Bienvenue à Sott.net
mar., 30 nov. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Vader

Fabriquer le terrorisme

I Want You
Traduction copyleft : Pétrus Lombard pour Alterinfo

Pourquoi le FBI orchestre-t-il de faux complots terroristes ?

Osman Mohamud, un adolescent somalo-zunien, est le dernier piégé à Portland en Oregon. L'article de William Mall et Nedra Pickler de l'Associated Press (27/11/2010) est en manchette sur Yahoo News : « Un adolescent d'origine somalienne manigance un complot à la voiture piégée dans l'Oregon. »

Le titre est trompeur, puisque l'article montre clairement qu'il s'agit d'un complot orchestré par des agents fédéraux. Dans ce reportage d'actualité, nous avons ceci : « La bombe était un faux subtil fourni par des agents [du FBI] et, selon les autorités, le public n'a jamais été en danger. »

Il a été fourni à l'adolescent une bombe bidon et un faux détonateur.

Trois phrases plus tard, les journalistes contredisent les dires des autorités en citant Arthur Balizan, un agent spécial du FBI en poste dans l'Oregon : « La menace était bien réelle. »

Les reporters contredisent ensuite Balizan : « Nick Shapiro, porte-parole de la Maison Blanche, a déclaré samedi que le président Barack Obama était au courant de l'opération du FBI avant l'arrestation de vendredi. Shapiro a dit que M. Obama affirmait que le FBI avait le contrôle total de l'opération et que le public n'était pas en danger. »

Puis, Shapiro se tacle en déclarant : « Les événements des 24 dernières heures soulignent la nécessité de rester vigilant contre le terrorisme ici et à l'étranger. »

USA

Ça sent de plus en plus l'économie crevée chez l'Oncle Sam

Traduction copyleft par Pétrus Lombard pour Alter Info

Image
À la veille de Thanksgiving, les versions anglaises en ligne de China Daily et People's Daily ont signalé que, pour leurs échanges bilatéraux, la Russie et la Chine ont conclu un accord d'abandon du dollar avec, à la place, leurs propres monnaies. Russes et Chinois ont dit avoir pris cette mesure pour protéger leurs économies contre les risques qui ont sapé leur confiance à l'égard du dollar comme monnaie de réserve mondiale.

Il s'agit d'une information importante, surtout pour l'actualité de la période engourdie des vacances de Thanksgiving, mais je ne la vois pas rapportée sur Bloomberg, CNN, le New York Times, ni nulle part ailleurs dans nos médias. L'autruche garde la tête dans le trou.

La Chine avait conclu plus tôt le même accord avec le Brésil.

Comme la Chine a une gros tas grandissant de dollars provenant de ses excédents commerciaux, elle signale préférer du rouble russe et du real brésilien à encore du dollar.

La presse financière zunienne trouve une consolation dans ces épisodes où la peur de la dette souveraine dans l'Union européenne envoie le dollar contre l'euro et la livre sterling. Mais ces aventures monétaires ne sont que des mesures d'acteurs financiers spéculant (shorting) sur la dette libellée en euros en difficulté. Il ne s'agit pas de mesures de renforcement du dollar.

USA

La puanteur de l'hypocrisie étasunienne, partie 2

Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info

Image
Dans un article récent, « La puanteur de l'hypocrisie étasunienne » je constatais que les responsables publics et les médias montent sur leurs grands chevaux au sujet de la primauté du droit en Birmanie au moment où, ici, l'abolition du principe de légalité se fait en douce. Le Zunien aime bien s'en prendre à des étrangers pour les turpitudes de son pays. À vrai dire, l'hypocrisie est devenue une singularité de chez nous.

L'hypocrisie est si banale ici aujourd'hui qu'on ne la remarque plus. Voyez la star de rugby zunien Michael Vick. Lors d'un match récent, dominant totalement le jeu, Vick a marqué 6 essais. Sa performance ayant atteint de nouveaux sommets d'adulation, la Radio publique nationale s'est montrée épatée du fait que le public sportif ne faisait pas montre d'une attitude plus ferme envers un bourreau de chiens qui a croupi un an et demi au bagne pour avoir monté des combats canins.

Je n'approuve certes pas la maltraitance animale. Seulement, où est l'indignation à l'égard de la torture perpétrée par le régime ? Comment le régime peut-il emprisonner quelqu'un pour sévices canins, tout en faisant l'autruche devant la torture perpétrée sur des individus par ses membres ?

MIB

L'emprise gestapiste de la TSA

Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info
Image
Il ne faut pas longtemps à un rond-de-cuir pour créer une tyrannie. Le 1er juillet, seize jours après que John Pistole, l'agent du FBI qui a pris la direction de l'Administration de la sécurité des transports (TSA), il à lâché à USA Today que la protection des trains et des métros contre les attaques terroristes sera aussi prioritaire pour lui que celle du transport aérien.

Il est difficile d'imaginer les New-yorkais passés au crible de manière obscène et pelotés de manière intime sur les quais du métro ou humiliés une heure ou deux à l'avance pour avoir l'autorisation de faire une course de 15 minutes en métro, mais une fois que les scribouillards ont pris le mors aux dents, ils poussent l'absurdité à sa conclusion logique. Les autobus seront les prochains, sauf qu'il est encore plus difficile d'imaginer les arrêts de bus en plein air transformés en zones de sécurité avec des contrôleurs et des tâteurs fouillant les passagers avant l'embarquement.

Les passagers de taxi seront-ils les prochains ? Dans ces pays musulmans où depuis des années les citoyens sont massacrés par le régime zunien, les moyens de représailles privilégiés contre les Zuniens sont les camions et les voitures piégés. Combien de temps faudra-t-il avant que Pistole n'annonce que la gestapo de la TSA va dresser des barrages routiers dans les rues, routes et autoroutes pour vérifier les bombes dans les voitures ?

Toute course de 15 minute à l'épicerie deviendra alors une véritable aventure quotidienne.

Eye 1

Alain Bauer, Grand Frère ou Big Brother ?

Image
© DDM, Max Lagarrigue
À 72 ans, Jacques, un Tarn-et-Garonnais a décidé de recruter des agents de renseignement

Notre périple débute dans une charmante bourgade nichée au cœur du Sud-ouest de la France. La vie y est encore rythmée par les clochers de brique rouge. Celui qui prendra le temps de s'arrêter pourra y contempler les champs de pommiers s'évanouir délicatement dans les brumes montant des flancs de Garonne. La vie y est bucolique et paisible. Notre étonnement fut d'autant plus grand d'apprendre les dernières nouvelles de Castelsarrasin relayées par le quotidien local. La Dépêche du Midi du jeudi 18 novembre 2010 annonce nonchalamment la création d'une officine locale promouvant l'espionnage et la dénonciation des citoyens par leurs pairs. En voici les premières lignes :
Castelsarrasin. Le « papy » espion reprend du service

À 72 ans, Jacques, un Tarn-et-Garonnais a décidé de recruter des agents de renseignement.

Retraité d'une entreprise de nettoyage industriel, Jacques K., 72 ans, n'a rien d'un agent secret ni d'un détective privé. Et pourtant, ce Tarn-et-Garonnais d'adoption qui a fait ses armes comme mécanicien dans la patrouille de France est en plein recrutement d'agents de renseignement sur le Tarn-et-Garonne. Pour qui ? Pour quoi ? On pourrait croire à un canular ou à un «hoax» tout droit sorti du web... Et pourtant, il n'en est rien. Le septuagénaire, qui ne fait pas mystère d'avoir été l'un des aviseurs de feu les renseignements généraux (RG), a depuis peu repris du service pour le compte de l'Anfass (l'Association nationale fraternelle des anciens des services de sécurité). Un club d'anciens combattants, de l'armée, de la police, des services secrets constitué depuis 2008 et dont le siège est basé à Limoges.

Eye 1

Aux larmes Citoyens !

Image

Eugène Delacroix : La Liberté guidant le peuple (1830)

Nul besoin d'être grand clerc pour percevoir le rythme effréné avec lequel la société française se délite depuis le sacre de sa majesté Sarkozy 1er.

Rallongement de la durée des cotisations, démantèlement de l'éducation, réduction des couvertures sociales, baisse du pouvoir d'achat, accroissement des inégalités, montée en flèche de la pauvreté, flambée du chômage... las, la liste est longue comme un jour sans pain. Et elle ne cesse d'enfler.

Et à chaque fois que la situation va vraiment mal, on repense avec nostalgie à cet événement fondateur de l'histoire française, de la culture française, de l'identité française, de la fierté française ; la panacée universelle face à tous les maux du peuple : la Révolution.

1789, et ses allègres étêtements d'aristocrates mécréants et d'ecclésiaste corrompus. Les têtes roulent, le sang coule. Chère révolution, salvatrice et purificatrice. Mère de notre hymne national et de la déclaration des Droits de l'Homme. Inspiratrice de tous les peuples opprimés. Joyau humaniste unanimement révéré aux quatre coins de la planète.

USA

John F. Kennedy et l'impitoyable conspiration monolithique


Comme je l'ai mentionné dans le chapitre précédent de la présente série, j'avais 11 ans et j'étais dans ma salle de classe de 6ème quand les nouvelles de l'assassinat de John F. Kennedy furent diffusées la première fois. Je n'étais pas ignorante de l'idée que le mal existait dans le monde, mais j'y ai pensé comme à quelque chose qui était personnel, local même, pas une sorte de force destructive traquant des sociétés entières. L'assassinat de John Kennedy était l'événement qui a changé tout cela. Bien que je ne fusse pas capable de le comprendre totalement alors, des années plus tard je fus mieux capable d'énoncer le visage du mal brut et effrayant que j'avais vu ce jour de novembre ensoleillé en 1963. Je ne savais pas alors que Kennedy lui-même l'avait déjà vu et l'avait décrit :
Car nous sommes confrontés, dans le monde entier, à une conspiration monolithique et impitoyable...

Cowboy Hat

John F. Kennedy, les services secrets et les riches texans fascistes

Image
© Inconnu
Un prospectus qui circulait le 21 novembre 1963 à Dallas au Texas, un jour avant l'assassinat de John F. Kennedy.
RECHERCHÉ POUR TRAHISON
CET HOMME est recherché pour des activités qui relèvent de la trahison contre les Etats-Unis.
  1. Trahison de la Constitution (qu'il a juré de faire respecter):

    Il est en train de détourner la souveraineté des Etats-Unis vers les Nations unies contrôlées par les communistes.

    Il trahit nos amis (Cuba, Katanga, Portugal) et fait ami avec nos ennemis (Russie, Yougoslavie, Pologne).
  2. Il a eu TORT sur d'innombrables questions affectant la sécurité des Etats-Unis (Nations unies-mur de Berlin-Suppression de missiles-Cuba-Marchés céréaliers-Traité d'interdiction des essais nucléaires, etc.)
  3. Il a été laxiste en imposant des lois d'enregistrement communistes.
  4. Il a donné son soutien et son encouragement aux émeutes inspirées par des communistes.
  5. Il a illégalement envahi un Etat souverain avec des troupes fédérales.
  6. Il a constamment nommé des anti-Chrétiens au gouvernement fédéral. Maintient la Cour Suprême dans sa direction anti-chrétienne.Des étrangers et des communistes connus abondent dans les bureaux fédéraux.
  7. Il a été pris dans des MENSONGES fantastiques envers le peuple américain (y compris des mensonges personnels comme son ancien mariage et son ancien divorce).
--------------------------------------------------------------------------

Le 21 novembre 1963, il y a 43 ans aujourd'hui, le 1.035ème jour du mandat de John F. Kennedy comme Président, il a demandé au Congrès 95,7 millions de $ en allocations supplémentaires pendant l'exercice 1964. Il a aussi demandé à ses conseillers économiques de préparer un programme "Guerre à la Pauvreté" pour 1964. Ensuite, le Président Kennedy et Mme Kennedy sont partis pour un voyage de deux jours au Texas. Ce devait être sa dernière journée complète sur Terre.

À la dédicace du Centre Médical Aéronautique de la Base de l'Armée de l'air Brooks, à San Antonio au Texas il a fait un discours dans lequel il s'est rappelé : "Frank O'Connor, l'auteur irlandais, dit dans un de ses livres comment, quand il était garçon, lui et ses amis marchaient à travers la campagne et quand ils sont arrivés au mur d'un verger qui semblait trop haut et trop douteux pour permettre à leur voyage de continuer, ils ont enlevé leurs chapeaux et les ont jetés par-dessus le mur - et alors ils n'eurent pas d'autre choix, que de les suivre... Cette Nation a jeté son chapeau par-dessus le mur de l'espace et nous n'avons pas d'autre choix que de le suivre."

MIB

John F. Kennedy et les Titans

Image
© Inconnu
JFK à son bureau
Le 19 novembre 1963, il y a 43 ans aujourd'hui, à une cérémonie dans le Jardin Fleuri de la Maison Blanche, John F. Kennedy a accueilli les officiers des associations d'éducation d'état de l'Association de l'Éducation Nationale, il a commenté : "Je comprends encore une fois d'une façon très personnelle qu'un flot énorme d'enfants entre dans nos écoles..."

Il était toujours soucieux des enfants, les siens aussi bien que les enfants de tous les Américains et du monde.

Plus tard ce même jour, le Président Kennedy a envoyé un message aux cérémonies de redédicace du cimetière national à Gettysburg en Pennsylvanie, écrivant:
"Les buts de la liberté et de l'indépendance, les obligations de garder nôtre un gouvernement du peuple et pour le peuple sont interminables."
Encore plus tard, le Président Kennedy a signé un projet de loi (HR1989) permettant à la législature des Îles Vierges de publier des bons d'obligations généraux. (PL88-180). Il a ensuite mis son veto à un projet de loi (S1201) pour la libération de James T. Maddux.

Entre 4h30 et 17h00, Kennedy a rencontré Dean Rusk et Phillips Talbott

C'était le 1.033ème jour de John F. Kennedy en fonction.

Pistol

John F. Kennedy et les cochons de guerre

Image
© Inconnu
Le président Kennedy reçoit le drapeau des exilés de Cuba (Brigade 2506) à Miami le 29 décembre 1962 et déclare : "Je promets de rendre ce drapeau à une Havane libre." Kennedy avait été mal informé des détails exacts de l'invasion cubaine projetée.

Le 18 novembre 1963, John F. Kennedy a prédit que le mois d'avril 1964 apporterait "l'expansion économique de temps de paix la plus longue et la plus forte dans toute l'histoire de notre Nation." Et il a ajouté : "La conquête permanente des ennemis sûrement efficaces de la misère et du désespoir, de la faim et de l'injustice est la tâche centrale pour les Amériques dans notre temps... ' Rien n'est vrai excepté qu'un homme ou des hommes y adhèrent - pour vivre pour elle, pour se consacrer à elle, pour mourir pour elle... '"

Le temps glissait dans ses mains... il lui restait quatre jours à vivre.

Et aujourd'hui - nous sommes si loin de son rêve que la plupart des citoyens américains ne peuvent pas même imaginer qu'il l'a presque fait se réaliser. Jamais auparavant dans l'histoire écrite de l'humanité, nous n'avions été aussi précairement en équilibre sur le point de la guerre totale et mondiale - une guerre dont l'humanité ne peut en sortir vivante - que nous pouvons seulement penser que ces forces qui ont horriblement mis fin à la vie de John Kennedy ont prévu le résultat. Mais, nous y viendrons assez tôt.