Bienvenue à Sott.net
mar., 30 nov. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Comètes

Comet

La comète ISON se réveille

Image

La comète Ison approche. Elle promet un beau spectacle fin novembre, début décembre. ©D.Peach.
D'abord annoncée comme comète du siècle, Ison restait bien timide ; heureusement, son activité est franchement repartie à la hausse ces derniers jours.

ISON surveillée par Trappist

Depuis l'observatoire de La Silla, au Chili, le télescope belge Trappist suit activement la comète Ison. Le 5 novembre 2013, il a observé une première hausse de l'activité.

« Alors que l'activité est stable depuis environ un mois, la production de gaz augmente maintenant rapidement ! Elle a été multipliée par deux depuis le 1er novembre 2013, et principalement dans les dernières 48 heures », rapportait Emmanuel Jehin, chercheur à l'Institut d'astrophysique de Liège.

Le 12 novembre 2013, l'astronome annonce de nouveau une hausse de l'activité d'Ison : « Son flux lumineux à travers les filtre rouge et vert a doublé », indiquait Emmanuel Jehin.

Fireball 4

Quatre comètes à observer dans le ciel de novembre

Image
Quatre comètes remarquables à ne pas manquer aux dernières heures de la nuit !

Ce mois de novembre 2013 réserve aux observateurs de l'hémisphère nord, avant le lever du Soleil, de nombreuses occasions d'en avoir plein les yeux. Parmi le plaisir de parcourir les fins de nuits tapissées d'étoiles à la rencontre des constellations du printemps (visibles en cette saison à la tombée de la nuit !) et celui d'admirer Jupiter puis Mars (et aussi Mercure et Saturne aux la lueurs de l'aube ...), s'ajoute celui de suivre l'évolution de quatre comètes remarquables : ISON bien sûr, Lovejoy (surprenante), Encke et Linear X1. Il est assez rare d'en réunir autant, au cours d'une même période, dans l'écrin de la nuit boréale.

D'abord, il y a la fameuse comète ISON. Attendue depuis des mois, elle est sur le point de frôler notre étoile le 28 novembre prochain, à une distance de (seulement) 1,1 million de kilomètres. Si elle réchappe de ce flirt avec le brasier solaire, nous la reverrons les jours suivants toute étincelante et triomphante ! Cependant, les spécialistes préfèrent être prudents et ne pas s'emballer trop vite sur sa luminosité. Le spectacle peut être très impressionnant comme décevant. Cela dépend de la véritable taille de son noyau, de sa densité et si elle a été fragilisée par une collision dans le passé. Autant de paramètres encore mal connus qui empêchent de la caractériser avec précision et, par conséquent, de prédire son évolution.

Fireball

Les astronomes, choqués, découvrent un nouveau type de météore

comete
L'objet de ces photographies prises par Hubble n'est pas une comète. Selon la NASA, c'est « quelque chose » qu'aucun astronome n'a jamais vu avant. C'est un astéroïde avec six queues de comètes, mais qui ne se déplace pas comme une comète et qui n'est pas fait de glace. Il est juste... accroché là-haut, tournant comme un beau diable.

Selon le chercheur principal, David Jewitt, de l'Université de Californie à Los Angeles,
« Nous étions littéralement abasourdis quand nous l'avons vu [dans la ceinture d'astéroïdes du système solaire], complètement assommés. ».
La NASA quant-à elle, affirme que
« Contrairement à tous les autres astéroïdes connus, qui apparaissent simplement comme de minuscules points de lumière, cet astéroïde, P/2013 P5, ressemble à un arroseur de pelouse en rotation. Les astronomes sont intrigués par l'apparence inhabituelle de l'astéroïde. »
Jewitt et ses collègues ont tout de même une théorie, et précisément, un choc spatial. P/2013 P5 serait un fragment d'un astéroïde plus grand qui se serait disloqué dans une collision datant d'il y a environ 200 millions d'années. Ces météorites ne sont pas rares et ont une constitution particulière car elles ont été chauffées à 1500 degrés Fahrenheit pendant longtemps. Cela signifie que l'astéroïde est composé de roches métamorphiques et ne contient pas de glace comme toute comète qui se respecte.

Commentaire: A cause de leur vielles croyances, les astronomes semblent être incapables de voir que toutes les météorites peuvent être chargées électriquement dans un Univers Électrique ! Voir : The Apocalypse: Comets, Asteroids and Cyclical Catastrophes


Fireball

Météorite de Tcheliabinsk : de nouveaux secrets percés grâce aux vidéos amateurs

En analysant les vidéos amateurs diffusées sur internet et montrant l'astéroïde qui s'est abattu sur la ville de Tcheliabinsk, des chercheurs sont parvenus à reconstituer sa trajectoire. Ils ont même réussi à calculer que cette météorite mesurait une vingtaine de mètres et pesait 12.000 tonnes.


Chaque jour, ce sont environ 100 tonnes de matières météoritiques qui s'abattent sur Terre. La grande majorité arrive au sol à l'état de poussière et, dans 85% des cas, elles s'échouent dans les océans. Il est donc rare qu'une météorite tombe sur une zone habitée et plus rare encore qu'elle blesse ou tue des individus. Pourtant, le 15 février dernier, une météorite s'est abattue sur la ville de Tcheliabinsk, en Russie.

Faisant plus de 1.500 blessés, l'incident n'a cessé de faire parler de lui depuis et les astronomes ont multiplié les études pour en savoir plus sur le mystérieux astéroïde. Trois nouvelles viennent tout juste d'être publiées. D'après les dernières estimations, la déflagration a émis une énergie équivalente à 500.000 tonnes de TNT lors de l'entrée de l'astéroïde dans l'atmosphère terrestre. C'est la force d'environ 30 bombes identiques à celles tombée à Hiroshima et 30 fois plus brillant que le Soleil à son maximum de luminosité.

Toutefois, l'astéroïde s'est semble t-il fragmenté avant impact, ce qui a déjà considérablement réduit les dégâts qu'il aurait pu causer. Ainsi, c'est davantage l'onde de choc de la désintégration que les fragments eux-mêmes qui ont provoqué des dégâts et fait des blessés.

Comet

La comète ISON devient de plus en plus visible, bientôt à l'oeil nu

Des chercheurs japonais ont filmé le voyage de la comète ISON, de plus en plus visible à mesure que le bloc de glace cosmique s'approche du soleil qu'il devrait frôler le 29 novembre.


Grâce à une caméra spéciale attachée à un télescope de l'observatoire de Tottori au Japon, des scientifiques ont pu filmer la comète ISON (voir les images ci-dessus). Celle-ci, actuellement à une centaine de millions de kilomètres du soleil, devrait effleurer l'étoile le 29 novembre.

Plus la comète s'approche du soleil, plus elle devient visible, explique le professeur Junichi Watanabe de l'Observatoire national astronomique du Japon. Les chercheurs s'attendent à un spectacle d'une rare intensité.

Visible avant l'aube

En Europe, la comète peut être visible avant l'aube avec une paire de jumelles et pourrait l'être à l'oeil nu lorsqu'elle sera à proximité du soleil.

Il restera ensuite à savoir si la comète aura survécu à son passage si près du soleil, où le gros bloc de glace cosmique subira une température de l'ordre de 2700°C. Il pourrait alors être visible à l'oeil nu à la fin du mois décembre lors de son passage près de la Terre.

Comet 2

Accroissement soudain de la luminosité de la comète LINEAR X1

Explosion soudaine de la comète LINEAR à 450 millions de km de la Terre.

Les astronomes amateurs qui suivent la méconnue comète Linear X1 furent tous surpris de découvrir sur les images qu'ils ont réalisé le 20 octobre dernier, une augmentation significative de sa luminosité. Distante alors de 450 millions de kilomètres de la Terre, elle apparait 100 fois plus brillante que ce qui était initialement prévu. En l'espace de deux jours, son atmosphère - ou coma - s'est considérablement étendue. Vu de la Terre « cela correspond 65 000 kilomètres par jour soit un peu moins d'un kilomètre par seconde » témoigne l'astro-photographe Nick James.
Image

La comète Linear X1 le 29 octobre 2013

Comet

Florilège de photos de la comète ISON


Retenez bien son nom car on risque d'en reparler beaucoup dans les prochaines semaines. Frôlant le Soleil le 28 et 29 novembre prochain, elle pourrait être une des plus brillantes et spectaculaires comète de ce siècle. En attendant la périhélie, découvrez une sélection des plus belles photos d'astronomes amateurs qui l'observent chaque jours.
Image
Voyageant depuis la fin du mois de septembre dans le système solaire interne, la comète ISON poursuit sa course qui l'a conduit pour la première fois prés du Soleil. Si prés d'ailleurs, environ 1,1 millions de kilomètres (seulement) le 28 novembre prochain, que beaucoup s'interrogent si son noyau de roches et de glaces résistera à une température évaluée à 2 500° C lorsqu'elle frôlera littéralement notre étoile. Si c'est le cas, nous avons de grandes chances alors de l'admirer au crépuscule aussi brillantes que Vénus les jours suivants. Pour l'instant, patience.

Sun

Eruption solaire face à la Terre et explosion de la comète C/212 X (Linear)

Éruption solaire : la Terre est face au groupe de taches solaires AR1877 qui a éclaté le 24 octobre à 00 h 30 UT (le 23 octobre à 5:30 pm PDT), produisant une éruption solaire de classe-M9.1.

Activité solaire 23 et 24 octoreb 2013
© NOAA/SWPC Boulder
Un éclair de rayonnements UV extrême a ionisé la haute atmosphère terrestre et créé une brève coupure de courant HF radio sur le côté ensoleillé de la planète.

CME axés sur la terre : durant les premières heures du 22 octobre, un long filament de magnétisme a éclaté sur le soleil :
L'explosion a jeté une CME déséquilibrée dans l'espace, et une nouvelle analyse suggère qu'elle pourrait être axée sur la terre.

Explosion de comète

explosion C/2012 X1 LINEAR
A près de 450 millions km de la terre, la comète C/2012 X 1 (LINEAR) a explosé. Les astronomes amateurs ont signalé une augmentation de 100 fois dans la luminosité de la comète par rapport aux prévisions et le coma de la comète aujourd'hui ressemble à celui de la Comète 17p/Holmes en 2007.

À l'aide d'un télescope télécommandé à 0,5 mètre au Nouveau-Mexique, les observateurs européens Ernesto Guido, Martino Nicolini et Nick Howes ont pris cette photo de l'explosion sphérique le 21 Oct :

Fireball 4

La comète ISON, aux dernières nouvelles

Image
Cette image du télescope spatial Hubble montre la comète ISON qui nous visite en cet automne, tel qu'elle apparaissait le 9 octobre dernier. Rappelons qu'une comète est une boule de glace riche en minéraux, traînant derrière elle une queue plus ou moins longue de poussières et de plasma qui la rend visible. Toute autre description relevant d'ailleurs du pur fantasme. La comète ISON a été découverte en septembre 2012 par un télescope de 40 centimètres du Réseau Optique Scientifique International (d'où l'acronyme qu'est son nom).

Sur cette image, le noyau solide de la comète n'est pas résolu, car il est trop petit. S'il s'était trouvé brisé en plusieurs morceaux (chose rendue possible par le réchauffement progressif par le Soleil durant l'approche de la comète) le télescope Hubble aurait vu les signes de cet éclatement : de multiples fragments.

Comet 2

Une comète visible à l'oeil nu pour Noël ?

Image

Image prise par le télescope Hubble de la comète ISON le 10 avril 2013
Astronomes et simples Terriens rêvent depuis des mois de ce cadeau de Noël inespéré: une comète si brillante qu'elle sera visible à l'oeil nu fin décembre... à condition que le gros bloc de glace cosmique survive à son passage près du Soleil, ce qui est loin d'être sûr.

Depuis qu'elle a été identifiée par des astronomes amateurs russes en septembre 2012, la comète ISON fait l'objet de toutes les attentions. Mais elle a beau avoir été scrutée à la loupe par les experts du monde entier - 600 observations effectuées au cours des deux dernières semaines - de nombreuses incertitudes demeurent quant à sa taille, sa densité, sa composition et au sort qui l'attend.

Une seule chose est certaine, sa trajectoire va amener ISON au plus près du Soleil le 28 novembre, à seulement 1,17 million de kilomètres de sa surface. Elle y subira alors une température de l'ordre de 2.700°C, selon l'Institut de mécanique céleste (IMCCE) de l'Observatoire de Paris.