Bienvenue à Sott.net
mar., 18 jan. 2022
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Covid

Dominoes

COVID-19, s'est-on trompé ? - Professeur Sucharit Bhakdi

Pf Sucharit Bhakdi

Pf Sucharit Bhakdi
Le prof. Dr. Sucharit Bhakdi explique les faits. Directeur de l'Institut de Microbiologie médicale et d'Hygiène à l'Université Johannes Gutenberg de Mayence pendant 22 ans, il est l'un des infectiologues les plus respectés au monde, et l'un des chercheurs les plus cités en Allemagne.

Les dangers du Covid-19 ont été complètement surévalués, en le rendant coupable de décès dont il n'est pas responsable (co-morbidité). Il juge que pour son pays, l'Allemagne, les moyens de subsistance des individus sont menacés pour conjurer un danger inexistant. Et que les mesures imposées s'avèrent un désastre pour la population, faisant d'énormes dégâts, mais n'apportant aucun bénéfice.

Il s'explique dans cette interview réalisée par Sibylle Haberstumpf, et soutenue par Julian Jeschonowski et Christian Kwoczek.

Les Corona Virus sont avec nous depuis des temps immémoriaux et jouent un rôle négligeable en médecine.

L'affirmation selon laquelle le COVID-19 est une variante virale particulièrement dangereuse est née de l'interprétation non critique et incorrecte des données de cas collectées au niveau international. La vérité est que le virus du COVID-19 n'est pas fondamentalement différent de ses frères et sœurs, et qu'il n'est pas le virus dévastateur qu'on voudrait qu'il soit.

Cult

Le Deep State donne ses ordres à Emmanuel Macron en passant par Lady Gaga

La chanteuse qui se fait vomir dessus et suspectée de rituels sataniques avec bains de sang dans ses suites, a envoyé un tweet à Emmanuel Macron pour lui rappeler ce que l'on attend de lui.
Lady Gaga
L'année dernière, vous avez montré votre leadership dans la lutte contre les pandémies. Nous avons besoin que vous souteniez la lutte mondiale contre #COVID19 par le biais des @UN (Nations Unis), @CEPI (Coalition pour les Innovations en matière de Préparation aux Epidémies - une fondation basée en Norvège qui finance le développement de vaccins) & @Gavi (un partenariat international qui favorise la vaccination). Nous sommes tous dans le même bateau en tant que #CitoyensGlobaux.
Bill Gates, Gavi Alliance, 2011

Bill Gates, s'exprimant lors de l'événement organisé par le Royaume-Uni sur les promesses de dons à l'alliance GAVI en juin 2011.

Health

Coronavirus : pour les patients ayant survécu à une infection sévère, le combat contre le virus ne fait que commencer

Dans ses manifestations cliniques les plus sévères, l'infection à coronavirus SARS-CoV-2 peut imposer une intubation et l'usage d'un respirateur artificiel, combiné à un traitement lourd pour restreindre le plus possible les lésions pulmonaires. Cependant, une fois en voie de guérison, le combat des patients est loin d'être terminé. Pour la plupart d'entre eux, des séquelles physiques et/ou psychologiques persisteront. Entre séances de kinésithérapie et psychothérapie, les médecins insistent sur le suivi médical post-infection des patients.

hospital

Les survivants de COVID-19 qui ont passé du temps sous respirateur artificiel peuvent développer des maladies à long terme / Farhad Babaei / Magnus New / Sipa / Newscom
Dans les prochains mois, les patients hospitalisés avec un COVID-19 sévère, certains ayant passé des semaines à respirer à l'aide d'un ventilateur mécanique, reprendront leur vie. Beaucoup seront probablement confrontés aux effets persistants du virus et des traitements d'urgence qui leur ont permis de survivre.

Commentaire: Lire aussi :


War Whore

Contrôles arbitraires et violences policières : la répression en temps de confinement

Depuis le début du confinement, les forces de l'ordre ont procédé à 8,2 millions de contrôle et 480 000 verbalisations. De nombreux témoins font état d'abus, de discriminations et de brutalités de la part des forces de l'ordre. Les organisations de défense des droits de l'Homme dénoncent des contrôles arbitraires et des violences policières. Tour d'horizon de la répression en ces temps confinés.
police, France
« J'ai senti que dans leur esprit, il y avait deux camps : les bons citoyens et les mauvais. » Mardi 17 mars au soir, Baptiste, ouvrier agricole, est contrôlé dans les rues désertes de Douarnenez alors qu'il se rend chez un ami pour récupérer un ordinateur, seul moyen de s'informer en ces temps confinés. Son tort ? Être sorti alors que le confinement vient juste d'être décrété le jour-même, depuis midi. Au cours du contrôle, Baptiste comprend que le PV signé ne fera pas nécessairement l'objet d'une amende. Cela dépendra du bon vouloir des agents. « On m'a dit que je prenais pour tous les Français qui ne respectaient pas les règles. » Chaque citoyen est désormais tenu de limiter ses déplacements et de se munir d'une attestation dérogatoire en cas de sortie de son lieu de confinement. Sous peine d'une amende forfaitaire [1].

Si la nécessité du confinement et du respect des gestes barrières lors des déplacements n'est, très largement, pas contestée, les témoignages d'abus de pouvoir, d'amendes pour des motifs absurdes, voire même de violences policières graves, se multiplient depuis le 17 mars. Une fois de plus, le ministère de l'Intérieur choisit la répression plutôt que la prévention. « Tout citoyen peut subir un contrôle d'identité sans même indice préalable d'infraction », déplore l'avocat Arié Alimi. Selon lui, nous assistons à une « inversion du paradigme de l'État de Droit » : « Tout citoyen dans la rue est un délinquant ou un contrevenant potentiel. » [2]

Arrow Up

Pour le professeur allemand Gérard Krause, épidémiologiste, le confinement provoque au final une augmentation de la mortalité

Gérard Krause

Gérard Krause
Gerard Krause est professeur en épidémiologie et chef du département au Helmholtz Centre for Infection Research. Il alerte sur le fait que les mesures de confinement pourraient provoquer plus de décès que le virus lui-même: Mehr Tote durch Anti-Corona-Maßnahmen als durch Virus?
(Plus de décès dus aux mesures anticorona qu'aux virus lui-même ?)
« Nous devons maintenir ces mesures aussi courtes et aussi légères que possible, car elles pourraient éventuellement causer plus de maladies et de décès que le coronavirus lui-même. Nous savons que le chômage, par exemple, provoque des maladies et même une augmentation de la mortalité. Cela peut aussi conduire les gens au suicide. La restriction de la liberté de circulation est susceptible d'avoir un impact négatif supplémentaire sur la santé publique. Il n'est pas si facile de calculer directement de telles conséquences, mais elles se produisent quand même et elles peuvent être plus graves que les conséquences des infections elles-mêmes.[...] »

Gift 2

Covid-19 ou le Couronnement - Dans quel monde voulons-nous vivre ?


Commentaire : Voici un article, qui pourra, certes, paraître long à certains de nos lecteurs, mais armez-vous de patience, car il a l'avantage de soulever la plupart des aspects du Covid-19 et de ses conséquences, tant au niveau individuel qu'au niveau collectif.


Pendant des années, ce qu'on jugeait normal s'est étiré jusqu'à approcher du point de rupture, telle une corde tendue de plus en plus fort, prête à être coupée en deux au moindre coup de bec du cygne noir. Maintenant que la corde s'est rompue, faut-il raccommoder ses extrémités ou bien continuer de défaire ses brins épars pour voir ce que l'on pourrait tisser avec ?
Le Couronnement de la Vierge (Vélasquez)
© Diego Vélasquez, 1635 - 1648
Le Couronnement de la Vierge est une huile sur toile de Diego Vélasquez conservée au Musée du Prado.
Le coronavirus nous montre que lorsque l'humanité se rassemble derrière une cause commune, un changement d'une rapidité phénoménale est possible. Aucun des problèmes du monde n'est techniquement difficile à résoudre ; tous proviennent de désaccords entre nous. Quand une cohérence (au sens ondulatoire) s'installe, les pouvoirs créatifs de l'humanité sont sans limites. Il y a quelques mois, une proposition de stopper les vols aériens commerciaux aurait semblé absurde. Il en aurait été de même pour les changements radicaux qui se mettent place aujourd'hui dans nos comportements sociaux, notre économie et le rôle des gouvernements. Le coronavirus démontre la puissance de notre volonté collective, lorsque nous nous mettons d'accord sur ce qui est important. Que pourrait-on accomplir d'autre, en nous mettant ainsi en état de cohérence ? Que voulons-nous accomplir, et quel monde allons-nous créer ? C'est toujours la question qu'apporte l'éveil d'une personne à son propre pouvoir.

L'apparition du coronavirus est semblable au moment où une personne dépendante est confrontée à sa propre addiction ; l'emprise de sa normalité est rompue. Interrompre une habitude, c'est la rendre visible ; c'est faire d'une contrainte un choix. Lorsque la crise se calmera, on pourra peut-être se demander si l'on veut revenir à la normale, ou si l'on a aperçu quelque chose pendant cette interruption de la routine que l'on veut emporter pour cheminer vers l'avenir. On pourra se demander, après que tant de personnes auront perdu leur emploi, si tous ces emplois sont bien ceux dont le monde a le plus besoin et si notre travail et notre créativité ne seraient pas mieux utilisés ailleurs. On pourra se demander, après en avoir été privés pendant un certain temps, si l'on a vraiment besoin de tant de voyages en avion, de vacances à Disneyland ou de salons professionnels. Quels secteurs de l'économie voudrons-nous rétablir et lesquels pourrait-on choisir de laisser tomber ? Et sur une note plus sombre, parmi les choses dont on nous prive en ce moment - libertés civiles, liberté de réunion, souveraineté sur notre corps, rassemblements publics, étreintes, poignées de main et vie publique - pour lesquelles aura-t-on besoin de faire preuve de volonté politique et personnelle afin de les restaurer ?

Bulb

Coronavirus : les clés pour reconnaître une opération mondialiste

La crise du coronavirus est une conception trompeuse avec un programme macabre. Elle inaugure le totalitarisme sanitaire, avec des restrictions des libertés fondamentales, la promotion de la peur d'autrui et des projets de vaccination forcée. Et elle ouvre la porte à une remise à zéro du système financier mondial agonisant.
Masque Covid-19
© Inconnu
Le coronavirus est une opération mondialiste d'une ampleur sans précédent. Son programme central semble être l'imposition massive de restrictions aux libertés fondamentales ( droit de réunion, de manifestation de masse, de libre circulation et d'expression ), la promotion de la peur d'autrui ( notions de "distance sociale" ) et des projets de programmes de vaccination forcée. En outre, l'effondrement induit de l'économie mondiale permettra de remettre sur pied le système financier mourant, et induira la ruine des secteurs moyens et inférieurs de l'économie mondiale. Elle prépare aussi le terrain pour l'acceptation de "mesures extraordinaires".

Ces concepts sont familiers au projet mondialiste, une ré-ingénierie du monde menée par une élite de puissances supranationales qui vise à créer un gouvernement mondial. Avec une formidable offensive de communication, presque tous les secteurs tombent sous le charme d'une crise artificielle qui remodèle les valeurs fondamentales de la coexistence sociale qui ont gouverné pendant des siècles.

Commentaire: Lire aussi :


Pills

Pr Perronne : « À l'hôpital de Garches, nous avons de bons résultats avec l'hydroxychloroquine »

Fervent défenseur du traitement à l'hydroxychloroquine et à l'azithromycine, pour le Pr Christian Perronne la question de son efficacité ne se pose plus.
Pr Perronne

Pr Perronne
Chef du service infectiologie de l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches, il le constate tous les jours depuis le début de l'épidémie : le traitement du Pr Raoult soigne et réduit considérablement les passages en réanimation.

Stormtrooper

Pr Perronne : « La France est en train de dérailler. En Allemagne les médecins sont libres. Ici tout est fliqué, j'ai l'impression de vivre sous une dictature. »

Christian Perronne

Christian Perronne
Christian Perronne est professeur de maladies infectieuses et tropicales et spécialiste de la maladie de Lyme. Le Pr Perronne a été membre de l'OMS et président de la commission des Maladies Transmissibles du Haut Conseil de la santé publique. Le Tweet :

SOTT Logo Media

Maître Carlo Brusa : « Le confinement est illégal et cela aura des conséquences énormes ! »

carlo brusa
Maître Carlo Brusa, invité une nouvelle fois sur la chaine YouTube Putsch Media, explique en quoi le décret qui a fixé le confinement des français est TOTALEMENT ILLÉGAL !! Et qu'il en est de même de la part de toutes les pseudo-démocraties sur la planète. Époustouflant !!

Ici le décret de loi concernant le confinement en date du 23 mars 2020.

Une fois de plus la démonstration par un professionnel de la loi de l'amateurisme de notre gouvernement, mais aussi son autoritarisme et sa violence envers la population. C'est un gouvernement qui ne connaît que le mensonge et la répression sous toutes les formes possibles. Source

« Un peuple qui élit des corrompus, renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. » - Orwell