Covid


Microscope 2

Dépistage du coronavirus : biologistes et médecins dénoncent des pénuries de matériel

biologie
© SPL/PHANIE

L'OMS continue d'appeler à dépistage massif et systématique des cas suspects en Europe. De plus en plus de scientifiques se prononcent aussi sur l'intérêt d'un dépistage massif et Olivier Véran a lui même indiqué que la France réfléchissait à un changement de stratégie. « La France se prépare à adapter sa stratégie de dépistage au moment où elle lèvera le confinement », a-t-il affirmé samedi.

Depuis le 7 mars dernier un arrêté permet aux laboratoires de biologie médicale de réaliser le test de dépistage avec remboursement. Mais dans un communiqué commun, 16 organisations de praticiens, biologistes, pharmaciens et médecins, parmi lesquels figurent la CSMF, la FMF ou le SML, pointent du doigt un obstacle majeur : une pénurie de réactifs. « Certains laboratoires qui avaient mis en place leur technique de dépistage il y a plusieurs jours sont contraints d'arrêter la réalisation de ces tests par manque de consommables », écrivent-ils.

Penis Pump

Respirateurs artificiels : l'état refuse l'aide proposée par les industriels

Ex-pdg d'ELF-Aquitaine, ancien président de la SNCF, ancien président de GAZ de France, ancien patron de Rhône-Poulenc, Loïk LE FLOCH-PRIGENT dévoile la réaction d'autres industriels français face à la crise sanitaire qui met la France sous cloche...
Loïk LE FLOCH-PRIGENT
Loïk LE FLOCH-PRIGENT
« Je ne comprends pas, compte tenu de l'existence de respirateurs uniquement fabriqués à l'étranger, je ne comprends pas pourquoi on n'en fait pas en France. Beaucoup d'industriels m'ont téléphoné pour me dire : nous avons des prototypes, nous avons proposé d'en faire, et nous n'avons aucune réponse de l'État depuis deux mois. »

Caesar

Meilleur du Web: Viktor Frankl - Dire oui à la vie dans les moments difficiles

Le sens de la vie selon Viktor Frankl repose sur le fait de trouver un objectif, d'en assumer la responsabilité pour nous-même et pour l'être humain en tant que tel. Ainsi, en sachant clairement « pourquoi », nous pourrons faire face à tous les « comment ». En nous sentant libres et certains de l'objectif qui nous motive, nous serons capables de générer des changements afin de créer une réalité beaucoup plus noble.
Pensées libératrices

Commentaire : Une multitude d'études scientifiques démontrent les effets dévastateurs de ce que l'on appelle le stress : destruction du cerveau, affaiblissement du système immunitaire, altération des gènes et des fonctions cognitives, avec toutes les maladies qui en découlent.

Pourtant, ici, le mal n'est pas une bactérie ou un virus que l'on peut observer au microscope, et c'est ce qui est tout fait étonnant : le stress est une réponse de l'organisme qui « dépend toujours de la perception qu'a l'individu des pressions qu'il ressent ». Autrement dit, l'interprétation et l'importance que nous choisissons de donner à des stimuli extérieurs déterminent leur bénignité ou leur nocivité. Pour peu que l'on reste dans le domaine circonscrit à la notion de « pression sociale ordinaire », bien entendu.

On ne parle pas ici de guerre ou de torture. C'est alors une très bonne nouvelle puisque l'on peut donc choisir, en toute conscience, volontairement, d'adopter une attitude réflexive plutôt que réactive, ce qui permet de relativiser la nature et l'intensité d'un problème qui se pose à nous. Adopter un mode de pensée qui court-circuitera toute réactivité ordinaire, celle, malavisée et irréfléchie, dont nous faisons preuve quand survient une difficulté, une épreuve, un impondérable. En outre, il existe des pratiques très efficaces qui permettent de « recevoir» différemment ce que nous considérons être des agressions extérieures : exercices de respiration, de relaxation, de méditation, pratique sportive, alimentation appropriée, sommeil de qualité.

On pourra aussi en déduire que si la pensée qui nous anime nous rend malade et peut nous faire mourir, à l'inverse, et sans aucun doute dans les mêmes proportions, il existe des pensées et des attitudes qui guérissent, qui soignent, qui améliorent.


Nous le savons, nous savons tous qu'il n'y a pas de question plus compliquée que le fait de définir ce qui est pour nous « le sens de la vie ». Une telle question englobe parfois des aspects philosophiques, capitaux et même moraux. Nous restons souvent dans les étiquettes classiques à savoir « Être heureux et rendre les autres heureux. », « nous sentir satisfaits », « faire le bien », etc.
« L'Homme peut conserver un vestige de la liberté spirituelle, d'indépendance mentale, même dans les circonstances les plus terribles de tension psychique et physique. »
En revanche, ceux qui en cherchant la réponse à cette question expérimentent un profond vide existentiel sont nombreux. Quel est pour moi le sens de la vie si la seule chose que je fais est de travailler, si toutes mes journées sont identiques et si en réalité je ne trouve un sens en rien de ce qui m'entoure ? Face à cette situation si commune, le célèbre neurologue, psychiatre et fondateur de la logothérapie, Viktor Frankl, avait pour habitude de donner une réponse assez judicieuse qui doit nous inviter à une réflexion adéquate.

Alarm Clock

Le danger caché du coronavirus : la stratégie du choc

La France au bord de la dictature néolibérale. La France est aujourd'hui sous confinement total pour protéger les français du coronavirus. Ce choix de confinement est la stratégie proposée par le gouvernement pour ralentir la progression du virus.

uuuu
Il s'agit d'éviter de surcharger les hôpitaux et donc éviter de se retrouver dans un scénario à l'italienne avec des milliers de gens qui meurent parce qu'il n'y a pas la place de les prendre en charge.

En Corée du sud la stratégie a été très différente. Ils dépistent tout le monde, isolent les malades et les soignent dans des centres dédiés pour ne pas contaminer plus de monde. La Corée du Sud n'a jamais été mise en quarantaine et ils ont finalement eu très peu morts.

Le confinement est une privation quasi-totale de liberté. Ce vendredi le parlement a donné tout pouvoir au Président pour faire passer toutes les lois qu'il jugera bonne pour l'économie par ordonnance. Pendant que nous sommes privés de la liberté de nous opposer, le Président a prévenu que beaucoup de choses allaient changer.

Le changement que nous devons craindre est celui décrit par Naomi Klein dans son livre « La stratégie du choc ». On verra dans cette vidéo ce qu'est la stratégie du choc, quelques endroits où elle a été vécue, ce qu'on peut craindre pour la France aujourd'hui et ce qui est déjà en train d'arriver avec la loi « urgence coronavirus ».

Smiley

Trop envie de sortir

Doucement la patience d'Eliott a ses limites ...
Le cas Pucine
Le cas Pucine - Confinement : Les Attestations

Question

Pourquoi tant de patients atteints de coronavirus sont-ils morts en Italie ?

La pandémie de coronavirus fait payer un lourd tribut à l'Italie, avec des hôpitaux débordés et un confinement national imposé. Mais les experts sont également préoccupés par un taux de mortalité apparemment élevé, le nombre de décès dépassant le total signalé en Chine.
Italia, trend
© InconnuCourbe Covid-19 Italie
Sur les 63 927 personnes atteintes de coronavirus en Italie, 6 077 sont décédées à ce jour. En revanche, la Chine compte beaucoup plus de cas, 81 496, mais 3 274 décès.

En termes très bruts, cela signifie qu'environ 9 % des patients atteints de coronavirus confirmés sont morts en Italie, contre 4 % en Chine. Selon cette mesure, l'Allemagne, qui a jusqu'à présent recensé 28 865 cas et 118 décès, a un taux de mortalité de seulement 0,4 %.

Alors pourquoi cette disparité ?

Selon le professeur Walter Ricciardi, conseiller scientifique du ministre italien de la santé, le taux de mortalité du pays est bien plus élevé en raison de la démographie - le pays a la deuxième population la plus âgée au monde - et de la manière dont les hôpitaux enregistrent les décès.

Black Cat 2

Et maintenant on culpabilise les citoyens

« Une des stratégies les plus efficaces mises en œuvre dans toute situation d'urgence par les pouvoirs forts consiste à culpabiliser les individus pour obtenir d'eux qu'ils intériorisent la narration dominante sur les événements en cours, afin d'éviter toute forme de rébellion envers l'ordre constitué. » Une tribune venue d'Italie qui s'applique à ce qui se joue aujourd'hui en France.
street,police
© Pedro Da Fonseca
Une des stratégies les plus efficaces mises en œuvre dans toute situation d'urgence par les pouvoirs forts consiste à culpabiliser les individus pour obtenir d'eux qu'ils intériorisent la narration dominante sur les événements en cours, afin d'éviter toute forme de rébellion envers l'ordre constitué.

Cette stratégie a été largement mise en œuvre dans la dernière décennie avec le choc de la dette publique, présenté comme la conséquence de modes de vie déraisonnables, où l'on vivait au-dessus de ses moyens sans faire preuve de responsabilité envers les générations futures.

L'objectif était d'éviter que la frustration due à la dégradation des conditions de vie de larges couches de la population ne se transforme en rage contre un modèle qui avait donné la priorité aux intérêts des lobbies financiers et des banques sur les droits des individus.

C'est bien cette stratégie qu'on est en train d'être déployé dans la phase la plus critique de l'épidémie de coronarivus.

Vader

Le coronavirus et la matrice de la peur pour changer de société

Alors que la France doit être confinée chez elle pour raison de coronavirus, mais que les autorités, suivant les recommandations de l'OMS et de l'UE, n'ont pas envisagé la fermeture des frontières, car il est des choses sacrées, il devient urgent de sortir de cette pandémie d'hystérie collective pour reprendre ses esprits. Avant que, jouant à merveille du ressort de la peur, nos populations aux aguets n'en appellent, affolées, à un système dictatorial. Pour les sauver de quoi ? De la maladie ? De la mort ? Soulignons simplement que le coronavirus a été découvert en 1937 et qu'il s'agit déjà de sa seconde pandémie.
coronavirus
Le coronavirus est l'objet de toutes les attentions. Mais d'attentions, semble-t-il, assez sélectives. Deux remarques, alors que chacun est appelé à s'enfermer chez soi, afin d'éviter de tomber malade. Afin certainement de vivre éternellement. Car ainsi, grâce au confinement, les maladies seront vaincues.

Première remarque : Si, le coronavirus est moins grave que la grippe. C'est pourquoi les médias les uns après les autres ne cessent d'expliquer que le coronavirus est plus grave (car plus mortel), et que finalement ça n'a rien à voir.

Syringe

Quand Patrick Cohen voulait expliquer la vaccination à Didier Raoult

Patrick Cohen : « Si ça ne circule plus, c'est peut être parce que les gens sont très vaccinés non ? »
Didier Raoult
: « Je suis content que vous vouliez m'expliquer la poliomyélite mais je vais vous l'expliquer moi ».
Patrick Cohen
© France 5Patrick Cohen
La vidéo :

Caesar

« Lui, il a pris le taureau par les cornes » : plongée dans le groupe Facebook pro-Didier Raoult

Plus de 120 000 inscrits en moins de quatre jours. Sur Facebook, le groupe « Didier Raoult vs Coronavirus » a fait le plein d'internautes depuis sa création vendredi. Tous soutiennent l'infectiologue qui prône l'usage de la chloroquine pour soigner les malades du Covid-19 ou, a minima, ils ne comprennent pas que la molécule ne soit pas donnée à davantage de patients.
Didier Raoult
Didier Raoult

Depuis trois jours, de très nombreuses publications sont partagées sur ce groupe, public et ouvert à tous. On y trouve, pêle-mêle, des articles de presse concernant la recommandation des autorités sanitaires de ne pas utiliser la chloroquine sauf pour les cas graves de Covid-19, des visuels avec des messages ou des extraits vidéos, ou encore des textes personnels. Chacun de ces posts recueille généralement des dizaines voire des centaines de commentaires en quelques heures.

« Éviter des centaines voire des milliers de morts »

Un même sentiment ressort de tous ces messages : l'incompréhension, alors que le nombre de nouveaux cas et de décès quotidiens en France augmente de jour en jour (au total, 19 856 personnes testées positives et 860 décès recensés lundi soir).

« Avec le nombre de morts qu'il y a, je ne comprends pas qu'on n'essaie pas de sauver des vies coûte que coûte. C'est ça qui me gêne : si ça s'emballe comme en Italie, on aurait pu éviter des centaines voire des milliers de morts avec la chloroquine », argumente auprès du Parisien Florent Lacasse, coach sportif de 39 ans installé à Aix-en-Provence.

Commentaire: Inutile de prendre un médicament pour soigner les formes bénignes qui représentes 98 pour cent des cas. Mieux vaut le réserver aux personnes âgées susceptibles de développer des complications. Si vous êtes en pleine forme, la vitamine C reste la meilleure prévention.