Bienvenue à Sott.net
mer., 25 mai 2022
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Syringe

La Pologne refuse d'acheter les prochains « vaccins anti-Covid » Pfizer acquis par l'Union européenne et de payer les lots déjà reçus

Si la Pologne est très conformiste quand il s'agit de la nouvelle doxa hyper atlantiste de l'Union européenne, sur toutes les autres questions, elle marque la différence et fixe les règles de ce qu'elle entend être sa gestion des risques, en accord avec l'idée qu'elle se fait de sa souveraineté et de ses intérêts.
Drapeau Pologne

La Pologne dispose de 25 millions de doses inutilisées...
Dans cet esprit, elle vient de claquer la porte à l'entité en charge de la commercialisation des doses de vaccins anti-Covid. Les États membres sont sous obligation d'acquisition du produit pharmaceutique, dans le cadre d'un contrat d'achat anticipé, pensé et conclu par l'Union. De manière très atypique, le bloc régional fonctionne comme source d'approvisionnements, devenus coercitifs pour les États membres. C'est ce qu'Emmanuel Macron qualifie pudiquement de « groupement des achats ».

Le dernier contrat de ce type, troisième du genre, a été, pour mémoire, conclu le 21 mai 2021. Selon le communiqué de presse de la commission de santé de l'UE du 20 mai 2021,
« ce contrat a pour objet de réserver 1,8 milliard de doses supplémentaires pour tous les États membres entre 2021 et 2023. »
La zone UE compte 447 millions d'habitants.

Video

Deux vidéos « pépites » à ne pas manquer

Alain Foka
Aujourd'hui, 2 vidéos « pépites » à ne pas manquer.

Elles concernent la crise ukrainienne et ont été réalisées par un journaliste camerounais, Alain Foka, travaillant pour la chaîne de TV française RFI, mais s'exprimant à titre personnel sur son Blog. Ces deux vidéos devraient faire réfléchir les journalistes français sur l'exercice de leur métier.

- La première vidéo est une chronique parue en mars 2022 sous le titre : « Quel camp doit choisir l'Afrique dans la guerre en Ukraine ? »

Elle est pleine de bon sens et se passe de commentaires.

Elle a été visionnée 750 000 fois.

Apple Green

Les sanctions de l'OTAN et la catastrophe mondiale imminente du diesel

Dans le contexte de la crise inflationniste mondiale actuelle, les chefs d'État de l'OTAN et les médias grand public répètent à l'envi que les prix élevés de l'énergie sont le résultat direct des actions menées par Poutine en Ukraine depuis fin février. En réalité, ce sont les sanctions occidentales qui en sont responsables.
ñpol
Ces sanctions, qui comprennent la coupure de l'accès interbancaire SWIFT pour les principales banques russes et qui sont parmi les plus sévères jamais imposées, ont à peine un impact sur les actions militaires en Ukraine. Ce que beaucoup négligent, c'est le fait qu'elles ont un impact croissant sur les économies occidentales, en particulier celles de l'UE et des États-Unis. Un examen plus approfondi de l'état de l'offre mondiale du diesel est alarmant. Mais les planificateurs occidentaux des sanctions au sein du Trésor américain et de l'UE savent parfaitement ce qu'ils font. Et c'est de mauvais augure pour l'économie mondiale.

Cowboy Hat

La fin de la domination occidentale

Les sanctions occidentales contre la Russie, décidées unilatéralement par Washington, sont présentées comme une juste punition de l'agression contre l'Ukraine. Mais, sans parler de leur illégalité en Droit international, chacun peut constater qu'elles n'atteignent pas leur cible. Dans la pratique, les États-Unis isolent l'Occident en espérant maintenir leur hégémonie sur leurs alliés.
Thucydide

Pour Thucydide, l’ambition de Spartes et d’Athènes était la même et ne pouvait que les conduire à se faire la guerre. Au contraire, les dirigeants russes et chinois envisagent un monde multipolaire dans lequel chacun pourrait avoir des ambitions différentes. Rien ne les pousserait donc à se faire la guerre.
Les États-Unis, qui ne participèrent que tardivement aux Guerres mondiales et ne subirent aucune perte sur leur territoire, sont sortis vainqueurs des conflits mondiaux. Héritant des empires européens, ils ont élaboré un système de domination faisant d'eux le « gendarme du monde ». Cependant, leur hégémonie était fragile et ne pouvait résister au développement de grandes nations. Dès 2012, des politologues commencèrent à décrire le « piège de Thucydide » par analogie avec l'explication que le stratège grec avait donné des guerres opposant Sparte à Athènes. Selon eux, la montée en puissance de la Chine rendait aussi inévitable l'affrontement avec les États-Unis. Constatant que, si la Chine est devenue la première puissance économique mondiale, la Russie est devenue la première puissance militaire, Washington décida de les combattre l'une après l'autre.

Caesar

La honte (ou la stratégie du kazat'choc)

Au début des années 1930, ma grand-mère, entendant un discours de Hitler à la radio (ils habitaient dans l'est et elle comprenait l'allemand) s'écria : "Cet homme va mettre l'Europe à feu et à sang !"
ikjuy

Sur une muraille, Saint-Georges contre le dragon
Si une ménagère de l'époque était capable de percevoir la tragédie à venir, qu'en était-il des dirigeants européens ? Ceux-là mêmes qui fermaient les yeux ou encourageaient, souvent ostensiblement, le parti nazi et le réarmement de l'Allemagne face au "danger" soviétique ?

Calculator

Guerre d'Ukraine : la fascination de l'Occident pour le chaos commence à trouver ses limites

Le pari américain d'un enlisement russe en Ukraine est largement perdu. Pourtant, Washington et ses alliés ont tendance à redoubler la stratégie du chaos... en répétant qu'ils soutiendront l'Ukraine jusqu'à la victoire finale. Comme si les Occidentaux ne savaient pas faire autre chose que ce qui a échoué en Irak, en Afghanistan, en Libye, en Syrie ou au Kosovo.
iklo
En réalité, sur le terrain, les capacités de l'armée ukrainienne s'amenuisent tous les jours. Il n'y aura bientôt plus assez de soldats pour soutenir une guerre, quelles que soient les livraisons d'armes de l'OTAN. Et si ces livraisons ne finissent pas en cibles de tirs balistiques, elles viendront renforcer les stocks de l'armée russe.

Target

La fin de la domination mondiale des États-Unis et ce qui est en jeu

usa russie otan ukraine
Depuis quelques heures, nous y voyons plus clair. Les pièces du puzzle s'assemblent pour nous former une image globale. Le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov a annoncé cet après-midi sur la chaîne de télévision russe « Russia 24 », à la surprise générale, un autre objectif de guerre de la Russie en Ukraine, sans que les médias occidentaux n'en soufflent un mot : « Notre opération spéciale doit mettre fin à l'expansion inconsidérée, à la domination totale des États-Unis dans le monde, une domination qui s'accompagne de violations du droit international ». (source : https://m.ura.news/1052544901)

Snakes in Suits

Qu'est-ce que le « Grand Reset » et que veulent réellement les globalistes ?

davos great reset
J'ai entendu pour la première fois l'expression « Grand Reset » en 2014. Christine Lagarde, qui était à la tête du FMI à l'époque, devenait soudainement très virulente au sujet de la centralisation globale. Il s'agissait d'un programme qui n'était généralement murmuré que dans les coins sombres des livres blancs institutionnels et les réunions secrètes des élites bancaires, mais maintenant ces personnes devenaient plutôt bruyantes à ce sujet.

Bell

Ukraine, Russie, Syrie...Appréhender l'échiquier mondial

Afin de comprendre à quoi sert le conflit Ukrainien, il est nécessaire de comprendre les enjeux politiques, économiques et, surtout, qui tire les ficelles. Relater tous les jours la guerre, comme font la plupart des journalistes des médias dominants en mal de gros titres et de sensations fortes, n'apporte aucune compréhension des véritables faits.
fghj
Une minorité de politologues, d'écrivains et d'enquêteurs diffusent de très bonnes analyses, relayées dans les médias libres. S'informer est donc toujours possible, à condition de le vouloir et de reléguer les diffusions lénifiantes et soporifiques des journaux télévisés, de BFMTV et du reste du PAF - paysage audio visuel français — , à sa juste place qui est : la poubelle.

Bad Guys

Great Reset : la Bête est là ? avec Pierre Hillard

Pierre Hillard, docteur en sciences politiques, présente son dernier ouvrage "Des origines du mondialisme à la grande réinitialisation" publié chez Culture et Racines. Cet entretien pour "Politique & Eco" consiste à présenter les racines du mondialisme et ses fruits.
juik
Selon l'auteur, le covid n'est qu'un outil au service d'une cause supérieure :"Il y a des manœuvres idéologiques, financières et politiques visant à amplifier l'effet de cette pathologie sur la société française". Le but étant l'avènement du "Great Reset", promu par le Forum économique mondial de Davos, qui prévoit une réduction de la population mondiale, un programme de technologies implantables et une monnaie numérique mondiale permettant un suivi à la trace.