Bienvenue à Sott.net
jeu., 28 oct. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

La Science de l'Esprit
Carte

Bulb

Déchiffrer les mystérieuses voies du cerveau

Image
Des chercheurs financés par l'UE ont développé une nouvelle technique innovante capable de cartographier les connexions et fonctions des neurones dans le cerveau, rapprochant ainsi les scientifiques du développement d'un modèle informatique du cerveau.

L'étude, publiée dans la revue Nature, a été menée par un groupe de neuroscientifiques de l'University College de Londres (UCL) et en partie financée par une subvention de recherche du Conseil européen de la recherche au titre du septième programme-cadre (7e PC).

Il existe près de 100 milliards de neurones dans le cerveau, chacun étant connecté à des milliers d'autres, résultant en un réseau de 150 billions de connexions (ou synapses).

Dans la même lignée que la génomique, qui cartographie notre composition génétique, ce nouveau type de recherche est appelée 'connectomique' car elle vise à cartographier les synapses cérébrales. Une fois que les scientifiques auront compris ces connexions, ils pourront observer comment l'information est transmise par les circuits cérébraux et comprendre comment nos perceptions, sensations et pensées sont générées.

Family

Des psychiatres pathologiques redéfinissent le processus de deuil - en le qualifiant de trouble mental

Traduction : SOTT

Image
© Inconnu
Le chagrin suite à un deuil pourrait bientôt être diagnostiqué comme trouble mental suite à une proposition dont les critiques craignent qu'elle pourrait conduire les médecins à pousser à la consommation de psychotropes en cas de « chagrin dû au deuil ».

Les psychiatres chargés de réviser la « bible » officielle des maladies mentales recommendent des changements qui faciliteraient le diagnostic d'une dépression majeure chez les personnes endeuillées depuis peu.

Au lieu d'avoir à attendre des mois, le diagnostic pourrait être fait deux semaines après la perte d'un être cher.

L'édition actuelle du DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) - un guide influent utilisé dans le monde entier - exclut les gens récemment endeuillés du diagnostic de trouble dépressif majeur à moins que les symptômes ne persistent au-delà de deux mois. On appelle cela « exclusion du deuil », la théorie étant que le chagrin « normal » causé par un deuil ne devrait pas être catalogué comme trouble mental.

Commentaire: Comme l'a commenté un lecteur :
En gros, ces gros malades mentaux de psychiatres redéfinissent les émotions humains comme étant des maladies mentales. Par exemple, si un parent décède et que vous êtes triste, ce qui est normal chez les êtres humains sains et normaux, on vous prescrit des pilules car chez ces connards, c'est une maladie mentale, la tristesse.
D'autres états naturels sont en proie d'être labellisés comme maladies mentales, comme la timidité, le fait de ne pas avoir confiance dans son gouvernement, le fait d'être actif et indépendant, etc. En gros, le fascisme absolu.
En bref, bienvenue dans le Meilleur des mondes.

À lire aussi : Il n'y a aucune définition du trouble mental


Health

« Il n'y a aucune définition du trouble mental »

Image
Allen Frances est actuellement un psychiatre qui fait couler beaucoup d'encre autour du très critiqué DSM-V, le successeur attendu du DSM-IV. Il n'est pas le seul à critiquer le coeur du projet de mise à jour mais ce qui le distingue des autres, c'est son rôle majeur dans l'édition de la version précédente, l'actuel DSM-IV justement.

Ces doutes vont bien au-delà de l'écriture du nouveau manuel puisqu'il a déclaré, selon un article paru dans Wired (Inside the Battle to Define Mental Illness) "qu'il n'y aucune définition du trouble mental. C'est des foutaises. Nous avons fait des erreurs qui ont eu de terribles conséquences" puis de rajouter que "certains concepts sont virtuellement impossibles à définir et à délimiter précisément".

C'est un des auteurs du DSM-IV qui parlent, là !

Commentaire: Lire aussi : Des psychiatres pathologiques redéfinissent le processus de deuil - en le qualifiant de trouble mental


Heart

La Psychologie au-delà du cerveau

Traduction SOTT

Ce que découvrent les scientifiques en mesurant les battements de cœur


Le cerveau a longtemps bénéficié d'un statut privilégié en tant qu'organe du corps favori de la psychologie. Ceci, bien sûr, n'a rien de surprenant étant donné que le cerveau est le siège de presque toutes les opérations mentales, de la compréhension du langage à l'apprentissage du fait que le feu est dangereux, en passant par la remémoration du nom de son instituteur de maternelle, la classification des fruits et légumes et la prédiction du futur. Débattre de l'importance du cerveau en psychologie, c'est comme de débattre de l'importance de l'argent en économie.

Plus surprenant toutefois, est le rôle du corps tout entier dans la psychologie, et la capacité qu'ont des parties du corps à influencer et à réguler les opérations les plus intimes de la vie émotionnelle et sociale. L'activité gastrique de l'estomac, par exemple, correspond à l'intensité avec laquelle les gens éprouvent des sentiments comme le bonheur ou le dégoût. La manipulation d'objets de température et de texture différentes influence notre jugement sur le caractère « chaleureux » ou « rugueux » des gens. Et la production de progestérone et de testostérone par les ovaires et les testicules façonne le comportement, de la prise de risques financiers aux goûts en matière de shopping.

Magnify

Cerveau de gauche ou cerveau de droite ?

Image
Des chercheurs britanniques viennent de rendre publique une étude qui révèle que les structures cérébrales pourraient dévoiler les orientations politiques de leurs propriétaires.

Des scientifiques britanniques dévoilent dans une étude publiée dans la revue Current Biology, aux Etats-Unis, qu'il est possible de connaitre les orientations politiques d'une personne en fonction des caractéristiques physiologiques de ses structures cérébrales. Selon eux, les "progressistes" auraient par exemple un système cingulaire antérieur plus développé que les conservateurs. Une zone du cortex qui assure le transfert des informations entre les deux hémisphères, comme le rappelle l'AFP.

Ainsi, plus développée, elle faciliterait la gestion d'informations contradictoires. Les progressistes auraient alors davantage tendance à se montrer ouverts à de nouvelles expériences contrairement aux conservateurs, plus sensibles à la menace et à l'anxiété en cas d'incertitude. Chez ces derniers, ce sont d'autres structures cérébrales qui apparaissent plus développées. "Il est possible que les structures cérébrales ne soient pas figées tôt dans la vie mais qu'elles puissent être façonnées au cours du temps par nos propres expériences de la vie" indiquent les chercheurs.

Magic Wand

En colère ? Faites alors votre prière !

Une compilation d'études montre que les gens qui ont été provoqués par un commentaire insultant de la part d'un étranger montraient un niveau de colère moindre s'ils priaient pour une autre personne en même temps. Malheureusement pour les grenouilles de bénitier, cette actualité ne témoigne pas d'une quelconque intervention divine a priori. Il est plus logique de croire que l'acte de prier modifie la manière dont les gens voient une situation négative. En simple, la prière permet aux gens de gérer leur colère en modifiant leur point de vue, de sorte qu'ils prennent moins un évènement négatif à leur encontre pour une attaque personnelle.

Family

La politesse pour réduire les efforts

On nous apprend très tôt à être poli : cela témoigne du respect aux autres. Des chercheurs pensent que la courtoisie a également un sens bien pratique, quoique inconscient. Il s'agit de réduire le « travail » pour ceux qui sont impliqués. Cette recherche originale a considéré deux éléments que l'on croit complètement dissociés : l'altruisme et le contrôle moteur. En plus de la courtoisie, une autre contribution à l'oeuvre serait la représentation mentale des efforts physiques des gens ! Les études semblent montrer que nous sommes doués pour estimer les efforts à réaliser, par soi ou par les autres.

Heart

Les poules sensibles aux souffrances de leurs semblables

Image
Une étude britannique révèle que les poules sont aussi sensibles que les hommes aux souffrances de leurs semblables. De quoi faire réfléchir sur les conditions d'élevage des poulets en batterie.

Le magazine anglais Proceedings of Royal Society vient de publier une étude mettant en évidence que les poules éprouvent elles aussi de l'empathie. Les chercheurs de l'Université britannique de Bristol ont noté la réaction des poules dont les poussins avaient les plumes ébouriffées par des souffles d'air. Les résultats ont montré que leur rythme cardiaque et leurs gloussements augmentaient.

Magnify

Le pessimisme freinerait certains traitements médicaux

Les docteurs l'ont remarqué, l'efficacité d'un traitement diffère selon les patients. Une étude menée par des chercheurs britanniques et allemands vient de révéler un éventuel lien entre le pessimisme et l'impuissance de certaines thérapies.

Le docteur Randy Gollub est neurologue au Massachusetts General Hospital. Au vu de nombreux traitements inefficaces sur plusieurs personnes, il plaide pour que les médecins adoptent envers leurs patients une attitude plus optimiste. L'objectif : persuader les sujets qu'ils répondront de façon positive au traitement. La suggestion du docteur Gollub est pertinente si l'on en croit les résultats de la nouvelle étude menée sur le lien entre pessimisme et efficacité d'une thérapie.

Au cours de leur recherche, les scientifiques ont fait subir à 22 volontaires des rayons provoquant une sensation de brûlure avant d'administrer un analgésique dérivé de la morphine. Les volontaires ont confié qu'après chaque administration, la douleur était moins forte, prouvant l'efficacité du traitement.

Whistle

Ces études à la con qui nous prennent pour des connes

Article supprimé sur demande de Slate.fr (voir E mail ci-dessous)