Bienvenue à Sott.net
mer., 23 sept. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

La Science de l'Esprit
Carte

Einstein

La coopération avec ses semblables a rendu l'homme plus intelligent

Selon une étude publiée hier, l'être humain aurait développé son cerveau au fil du temps parce qu'il s'est vu obligé de travailler en équipe, de coopérer avec ses semblables pour survivre.
Le cerveau des Homo sapiens est beaucoup plus développé que celui des hominidés précédents. Or, selon une équipe de chercheurs irlandais et écossais, ce développement viendrait de l'obligation qu'ont eu les humains de coopérer pour survivre. Avec un cerveau développé, l'homme a pu mettre en place des relations d'ordre social. Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont réalisé un modèle informatique reproduisant le cerveau humain, au sein duquel le réseau de neurones était capable d'évoluer pour orienter la réaction à adopter dans une série de défis sociaux. Ce cerveau virtuel a été confronté à deux situations différentes.

Dans le premier, deux criminels sont arrêtés par la police et chacun peut décider ou non de dénoncer son complice. Dans le second, les deux individus sont prisonniers dans leur voiture ensevelie par la neige et ils doivent évaluer la situation pour déterminer s'ils unissent leurs efforts pour s'en extraire ou s'ils se contentent de laisser l'autre agir. Les résultats publiés par la revue britannique Proceedings of the Royal Society B montrent que, plus son "cerveau" évoluait, plus l'individu était enclin à coopérer, ont découvert les chercheurs. Pourtant, dans les deux cas, l'individu était censé obtenir davantage de bénéfices en se montrant égoïste.

Family

Les enfants bilingues sont meilleurs pour le multitâche

Grandir dans un milieu où l'on parle deux langues a des avantages. Les enfants bilingues sont en effet plus à l'aise pour réaliser deux tâches simultanément. En revanche, cela a aussi ses inconvénients. Dans les tests de vocabulaire et de grammaire, les meilleurs sont ceux qui ne connaissent qu'une seule langue.

On le sait, la génétique n'explique pas tout, l'environnement a également son mot à dire sur le développement de l'enfant. Une nouvelle étude publiée dans Child Development vient d'en apporter une preuve supplémentaire en comparant les résultats d'enfants bilingues avec ceux ne maîtrisant qu'une langue, dans différents tests cognitifs. Et ils sont différents !

Des chercheurs de l'université York (Toronto, Canada) ont réalisé leur travail grâce à la coopération de 104 enfants de 6 ans, classés dans quatre groupes en fonction des langues parlées : anglais, chinois-anglais, français-anglais, espagnol-anglais. Au programme : des épreuves linguistiques et un exercice multitâche.

Evil Rays

Comment les stress psychologiques nous rendent malades physiquement

Image
Le stress peut provoquer des maladies. Des chercheurs viennent d'expliquer comment.

Stress et maladies

L'influence du stress sur la santé est de plus en plus reconnu. Néanmoins il reste parfois difficile à concevoir : comment un simple état psychologique pourrait-il augmenter ou diminuer nos chances de survie face à un cancer par exemple ? L'utilisation d'une psychothérapie de type cognitive pour gérer le stress s'est même montrée capable d'améliorer le pronostic dans le traitement du cancer du sein (1).

Le professeur Cohen et son équipe de chercheurs Américains ont mis au point un concept pour expliquer ces phénomènes : le stress provoque la production d'une hormone, le cortisol, dont le rôle est de mettre l'organisme en état d'alerte et qui contrôle les réactions inflammatoires de défense. Lorsque cette production de cortisol se prolonge les tissus deviendraient insensibles aux effets régulateurs du cortisol et la réaction inflammatoire s'emballerait. Les mécanismes inflammatoires sont en effet impliqués dans la plupart des maladies, physiques ou psychologiques.

Magnify

Heureux comme un conservateur ?

Une étude réalisée aux États-Unis sur les traits de personnalité des électeurs conservateurs (de droite) ou libéraux (de gauche) montre que les premiers semblent plus heureux que les seconds. Selon les mesures psychologiques réalisées auprès d'échantillons de plusieurs dizaines de milliers de personnes, les conservateurs sont plus optimistes, persuadés d'avoir leur destin en main, plus souvent croyants, et ont une meilleure estime d'eux-mêmes. Ces dimensions de personnalité font partie d'une tendance comportementale nommée « adaptation positive », qui consiste à adopter un point de vue positif et optimiste face à une situation donnée, plutôt que de vouloir changer la situation à tout prix.

À cet égard, les libéraux (plus réformateurs et insatisfaits face aux conditions sociales) souffrent davantage du monde dans lequel ils vivent et, plutôt que de s'adapter en développant un sentiment d'optimisme et d'autonomie, estiment indispensable de changer les règles du jeu social. On comprend les uns et les autres : quand on est plutôt satisfait, pourquoi vouloir changer le monde ? À l'inverse, pour changer les lois ou la société, mieux vaut ne pas se satisfaire d'un statu quo...

Family

Dépression chez la mère, risque plus élevé chez l'adolescent

Les jeunes enfants dont la mère souffre de dépression présenteront eux-mêmes un risque accru de dépression à l'adolescence, selon une étude canadienne publiée dans Public Library of Science (PLoS).

Ian Colman de l'Université d'Ottawa et ses collègues ont suivi 937 enfants de la naissance à l'adolescence.
""L'enfant peut vivre la dépression maternelle comme un traumatisme"", explique le professeur Colman. ""Un enfant de deux à cinq ans ressent un sentiment de perte lorsque sa principale fournisseuse de soins, sa mère, à qui il s'est attaché plus jeune, devient dépressive. Maman n'est plus là pour l'aider à traverser des phases cruciales de développement social et cognitif, une situation qui peut avoir des répercussions à long terme sur sa santé mentale.""

Chalkboard

Ken Robinson nous dit en quoi l'école tue la créativité

Sir Ken Robinson nous expose d'une manière amusante et profonde la nécessité de créer un système éducatif qui favorise (plutôt que rabaisse) la créativité.


Pour les sous-titres en français, cliquez ici.

Magnify

La circoncision à l'origine de troubles de la personnalité (incapacité de ressentir des émotions et impulsivité)

Traduit par Néo Trouvetout

La Revue internationale de santé masculine « International Journal of Men's Health » a publié la première étude qui examine le lien entre le traumatisme précoce de la circoncision et les troubles de la personnalité de type alexithymie. L'étude, par Dan Bollinger et Robert S. Van Howe, MD, MS, FAAP, a constaté que les hommes circoncis sont 60% plus susceptibles de souffrir de l'alexithymie, l'incapacité de ressentir des émotions

Les personnes souffrant d'alexithymie ont des difficultés à identifier et à exprimer leurs émotions. Cela se traduit par une incapacité à éprouver de l'empathie envers les autres. Les personnes souffrant d'alexithymie sont si éloignées de leurs sentiments qu'elles se considèrent comme étant des robots. Si elle a été effectuée à un âge précoce, (circoncision infantile), cela pourrait limiter l'accès au language et entraver le processus de socialisation qui débute tôt dans la vie. L'alexithymie à un stade modéré ou élevé peut interférer avec les relations personnelles et même entraver les psychothérapies. Le comportement impulsif est un symptôme clé de l'alexithymie et l'impulsivité est un précurseur de la violence.

Sherlock

Pas de règle ne signifie pas anarchie

De manière globale, les gens préfèrent se comporter de manière positive et sociale en communauté plutôt que de manière agressive, même si aucune règle n'est posée. L'étude a regardé le comportement de 400 000 participants dans un jeu de « vie virtuelle » nommée Pardus.

On a noté des millions d'interactions : communications, échanges commerciaux, amitiés qui vont et viennent, sommeil, déplacements, attaques et actions punitives, etc. Le jeu lui-même n'a aucune règle particulière. Curieusement, il n'y a pas d'anarchie. Les participants s'organisent avec de bonnes intentions. Quasiment toutes les actions sont de nature positive. On a aussi vérifié que le jeu complet (qui se déroule dans un univers futuriste) reflète ce qui se passe dans la réalité. On retrouve par exemple le nombre de Dunbar.

Question

Pourquoi, mais pourquoi, prenons-nous des décisions si peu rationnelles ?

Image

Fonctionner à l'instinct vous fait commettre plus d'erreurs. Crédit Reuters
Dans son dernier ouvrage, Thinking, Fast and Slow, Daniel Kahneman le père de l'économie comportementale déboulonne les derniers mythes de l'homo economicus rationnel et raisonnable. Et si la science nous montrait que nous n'étions pas si doués de raison...

Non content d'être considéré comme l'un des pères de l'économie comportementale, avec son comparse Amos Tversky, et d'avoir reçu le prix de la banque de Suède en sciences économiques (l'équivalent d'un Nobel en économie) en 2002, Daniel Kahneman vient, à 77 ans, de publier un nouvel ouvrage : Thinking, Fast and Slow.

Et vous, êtes-vous plutôt du genre à penser vite, ou lentement ? Ne vous dépêchez pas pour donner la réponse. Car c'est bien comme ça que vous pourriez finir par vous tromper. L'ennui, c'est que nous avons deux façons de prendre une décision :
- Le premier système, appelé heuristique, simplifie le processus. C'est un outil cognitif qui nous permet d'aller plus vite, en se fiant à notre intuition.
- Le deuxième système, lui, nécessite du temps et de la concentration, mais évite les erreurs du premier système.
Pour faire simple, si l'on vous demande de multiplier 2 par 2, c'est le premier système qui va se charger de vous fournir la réponse en quelques dixièmes de seconde. S'il s'agit de multiplier 17 par 24, vous feriez mieux de prendre votre temps, et laisser le deuxième système prendre le relais.

Magnify

Pourquoi nous nous trompons autant : les deux modes de fonctionnement de notre cerveau

Image

Pour Daniel Kahneman, notre mode de réflexion est composé de deux systèmes. Crédit Reuters
Qui n'a jamais eu conscience de prendre toujours la mauvaise décision ? L'idée peut paraître être le résultat de la malchance, pourtant cela pourrait tout simplement être scientifique.

« Thinking, fast and slow », Penser, rapidement et lentement. C'est le dernier ouvrage de Daniel Kahneman, prix Nobel d'économie 2002 qui livre les secrets de notre mode de pensée conscient et inconscient. Selon ses recherches, nous prendrions souvent les mauvaises décisions.

Pour Daniel Kahneman, notre mode de réflexion est composé de deux systèmes. Le premier, la pensée rapide (le Thinking fast) est inconscient, intuitif et ne demande pas trop d'effort. Ce système simplifie les événements et utilise un système d'association d'idées pour produire un rapide croquis d'une situation donnée. Le système 1 reconnait instantanément des modèles de situation et permet "de produire des solutions adéquates". C'est ce qui permet aux médecins, ou aux pompiers par exemple, de répondre rapidement à des urgences complexes.

Le deuxième système qu'il appelle pensée lente (Thinking slow) utilise davantage la réflexion, le raisonnement et demande beaucoup plus d'efforts. Évidemment la plupart des gens s'imagine utiliser le système 2 bien plus rationnel. Erreur ! C'est en réalité le premier système, la pensée rapide, qui régit nos décisions. Il y a beaucoup trop de choses à analyser pour que le deuxième système puisse tout prendre en charge. Et le système est bien plus difficile à faire fonctionner.