Bienvenue à Sott.net
mer., 27 oct. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Février 2021 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

Aux États-Unis, des températures exceptionnellement froides et des records de chutes de neige ont continué de sévir pendant une bonne partie du mois de février et de vastes territoires ont été tapissés de blanc.
Résumé Sott février 2021
© Sott.net
La tempête hivernale Shirley a aussi bien touché le Sud profond que le Sud supérieur ainsi que la vallée de l'Ohio. Au Texas, les routes principales ont été bloquées, plus de quatre millions de foyers ont été privés d'électricité, et pas moins de dix millions ont été privés d'eau courante. Il s'agit de la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire de l'État.

Faute d'être préparées à une chute aussi soudaine des températures, toutes les infrastructures de base ont été touchées. Avec des éoliennes gelées et des panneaux solaires recouverts de neige, les « énergies vertes » se sont également avérées inutiles face à des situations extrêmes comme celles-ci. Est-ce un aperçu de ce qui pourrait se produire dans d'autres pays ?

À Chihuahua, au Mexique, où le même système météorologique a affecté les régions du nord et sa production d'« énergie verte », d'importantes coupures de courant ont également été signalées.

Dans les États Mid-Atlantic des États-Unis, la tempête a également provoqué des précipitations glaciales, causé plus de 212 000 coupures de courant et tué au moins douze personnes.

Dans le nord-ouest, et notamment dans la région de Portland en Oregon, des pluies verglaçantes ont également couvert de glace des routes, des lignes électriques et des arbres, et ont privé plus de 270 000 personnes d'électricité. À Seattle, un cumul de 30 centimètres de neige au milieu du mois a fait de ce jour-là le plus enneigé depuis cinquante-deux ans.

TV

Emmurés dans les mensonges — Le Bon, Bernays, Ellul : de la propagande et du consentement

Note du traducteur : Cet article a initialement été publié sur Sott le 11 février dernier, mais après vérifications, la traduction initiale ne rendait absolument pas hommage ni à John Waters ni aux citations d'auteurs. Afin de permettre au lecteur d'avoir accès à une information de qualité, l'article a été entièrement retraduit par nos soins. De plus, les citations ont chaque fois été directement tirées des ouvrages mentionnés et, lorsque cela nous a semblé opportun, élargies par rapport à l'article original. Toutes les emphases sont de notre fait.
La propagande n'est plus ce qu'elle était. C'est aujourd'hui quelque chose de bien pire. En partie à cause de l'action efficiente qu'elle exerce sur nous, nous n'avons pas la moindre idée du moment où elle se manifeste, ni de ses conséquences sur nous.
Propaganda
© Inconnu
Cet essai est une adaptation aux circonstances actuelles d'un chapitre de mon livre de 2018 Give Us Back the Bad Roads (Currach Press), intitulé « L'ingénierie du consentement ».
Je vois le même syndrome s'exprimer partout sur les visages : les gens préfèrent sauter sous un bus plutôt que de passer à proximité les uns des autres ; un journaliste que je croyais au moins vaguement intelligent a écrit sur des « cas » en pensant que les tests PCR font au sujet du Covid exactement ce qu'ils disent faire sur leurs notices d'utilisation ; un mouvement politique censé être pro-liberté qui exige un déploiement plus rapide des vaccins ; une demi-douzaine de policiers assis sur une femme et s'aidant les uns les autres pour la menotter parce qu'elle est à plus de cinq kilomètres de chez elle, sans que personne ne cille. Des signes de quoi ? Des signes de complicité dans une terreur qui dépasse l'entendement. Des signes de renoncement à disposer d'une réflexion personnelle. Des signes de reddition à l'insurmontable, à l'inévitable. Des signes d'emmurement dans les mensonges.

Syringe

Comment les « vaccins » Covid-19 pourraient détruire la vie de millions de personnes

En avril 2020, j'ai interviewé Judy Mikovits, médecin, sur le rôle potentiel que joue dans le Covid-19 les gamma-rétrovirus humains. Judy Mikovits est biologiste moléculaire[1] et chercheuse, et a été la directrice de recherche fondatrice du Whittemore Peterson Institute au Nevada.
Vaccin ARNm anti-Covid-19
© Inconnu
Son livre, Plague of Corruption [« Le fléau de la corruption », non traduit en français, et (préfacé par Robert Jr. F. Kennedy - NdT], a fini par être en 2020 un best-seller dans les listes du New York Times, de USA Today et du Wall Street Journal. Son nouveau livre, Ending Plague: A Scholar's Obligation in an Age of Corruption [« Mettre fin au fléau — Le devoir d'un universitaire à l'ère de la corruption », non traduit en français - NdT], sera, espérons-le, un grand succès aussi. Il est disponible en précommande sur Amazon.

Elle est peut-être à l'heure actuelle l'une des chercheuses les plus censurées de la planète, notamment en raison de sa large participation au documentaire Plandemic, qui a largement été diffusé (plandemicseries.com) [voir notre article avec la vidéo sous-titrée en anglais archivée par nos soins, et celui incluant Plandemic II — Indoctornation, avec la vidéo sous-titrée en français - NdT].

Cas concret : YouTube a suspendu notre compte pendant une semaine dès que nous avons mis en ligne l'interview d'aujourd'hui — même si la vidéo n'était ni encore RÉPERTORIÉE ni accessible au public. Pire encore, le troisième et dernier livre de Judy Mikovits, The Case Against Masks: Ten Reasons Why Mask Use Should Be Limited [« Le dossier contre les masques — Dix raisons pour lesquelles l'utilisation des masques devrait être limitée », non traduit en français - NdT], est si fortement censuré que personne ne peut l'acheter. Judy Mikovits a déclaré ce qui suit :
« Je n'ai même pas de copie. J'ai ici avec moi deux exemplaires des autres livres, mais je ne peux même pas l'acheter [le dernier - NdT]. Les vendeurs de livres, comme Amazon, les ont tous achetés à Skyhorse, l'éditeur, et ils en bloquent désormais l'expédition depuis l'entrepôt. »
Note du traducteur : Retrouvez l'interview complète sur Bitchute ICI et la transcription en anglais au format Pdf ICI.
Il est clair que Judy Mikovits est considérée comme une grave menace pour le statu quo technocratique, et une fois que vous aurez entendu ce qu'elle a à dire sur les « vaccins » Covid-19 — qui, comme vous le verrez, constitue une appellation complètement erronée — vous commencerez peut-être à comprendre pourquoi.

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Janvier 2021 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

Les hivers deviennent plus rudes et plus longs, ce qui a un impact sur les infrastructures de base et les cultures dans le monde entier. Il est clair que nous ne sommes pas bien préparés pour la prochaine période glaciaire.
Résumé Sott janvier 2021
© Sott.net
La tempête de neige la plus importante que les États-Unis aient connue jusqu'à présent a provoqué une baisse rapide de la température et a déversé de la neige du Midwest au Nord-Est, affectant des centaines de millions de personnes. Plus de la moitié des États-Unis présentait un manteau blanc et certaines villes ont reçu jusqu'à 50 centimètres de neige. Les États-Unis sont inlassablement confrontés à une succession de tempêtes hivernales.

L'Iowa a été frappé par une nouvelle chute de neige record ce mois-ci avec 50 centimètres de neige tombée à Des Moines, le mois de janvier le plus enneigé des 130 dernières années. Des chutes de neige extrêmes ont également enseveli le Texas et la vallée du Mississippi, plongeant 150 000 personnes dans le noir.

La Californie a fait face à 40 centimètres de pluie, des inondations, jusqu'à 2,50 mètres de neige, des coulées de boue, un glissement de terrain massif et des incendies. Une fois de plus, les conditions météorologiques extrêmes perturbent la vie de millions de Californiens, contribuant à un « exode massif » de l'État.

Syringe

L'ineptie des « vaccins » à ARN pour « traiter » le Covid-19

Le présent article fait suite à celui intitulé « Les preuves irréfutables de l'origine humaine du Sras-Cov-2 », publié en juin 2020 [le 1er juillet pour la traduction française - NdT], que nous vous invitons à lire d'abord. La conclusion en était en partie la suivante :
« Il est probable qu'une épidémie de grippe apparaîtra d'ici la fin de l'année 2020, comme chaque année. Ce virus sera, comme par hasard, considéré comme un proche parent du Sras-Cov-2, qui présentera peut-être des « caractéristiques supplémentaires terrifiantes ».

Nul besoin toutefois de désespérer, car à ce moment-là, les pouvoirs publics auront préparé un vaccin. C'est l'une des raisons pour lesquelles l'hydroxycholoroquine a été interdite. Si un traitement sûr et efficace existe déjà, qui acceptera un vaccin précipité et inconnu ? Un vaccin qui protégera prétendument les gens contre le Covid-20, mais qui sera en réalité conçu pour « annuler » les changements bénéfiques induits par la souche mutée du Sras-Cov-2.
[...]
Il est probable que la vaccination ne sera pas obligatoire. N'oubliez pas que les pouvoirs publics sont devenus pour le moment « plus affables et plus dociles ». Au lieu de recourir à la force brute, ces autorités publiques sont plus susceptibles d'exercer un chantage moral : « Faites-vous vacciner pour protéger les autres ! », combiné à un chantage social : « Pas de vaccin = pas de travail, pas de shopping, pas de voyage, pas de socialisation ! ». En gros, vous êtes libre de choisir entre le passeport d'immunité ou une peine de prison à vie dans une cellule isolée. »
Citation Denis Rancourt
© Sott.net
Citation de Denis Rancourt
Nous voici 7 mois plus tard. Comme on pouvait s'y attendre, de nouveaux variants sont apparus, les décès dus au Covid-19 d'origine humaine s'accumulent, le passeport vaccinal a déjà été adopté par plusieurs pays et les vaccinations ont commencé partout dans le monde.

En théorie, les médicaments, vaccins compris, sont approuvés et utilisés parce que leurs bénéfices dépassent de loin leurs risques. En ce sens, le médicament idéal présenterait un risque zéro et une efficacité totale contre une maladie incurable et mortelle. Nous verrons dans le présent article que les « vaccins » Covid-19, en particulier celui de Pfizer, sont quasiment à l'opposé du médicament idéal. Ils sont dangereux, inefficaces et ciblent une maladie bénigne pour laquelle des traitements efficaces et sûrs sont déjà connus.

Chess

Après le Covid, le Forum de Davos passe à la Grande Réinitialisation

Avec la présidence étasunienne de Biden, Washington a rejoint les Accords de Paris sur le réchauffement climatique [COP21 - NdT]. Alors que la Chine s'est engagée à respecter des normes strictes en matière d'émissions de CO2 d'ici 2060, le Forum économique mondial est sur le point de dévoiler ce qui va transformer notre mode de vie à tous, dans ce que le chef du FEM, Klaus Schwab, appelle la Grande Réinitialisation. Ne vous y trompez pas. Tout cela s'inscrit dans un programme planifié depuis des décennies par de vieilles familles riches comme Rockefeller et Rothschild. Brzezinski a appelé cela la fin de l'État-nation souverain. David Rockefeller l'a appelé « un gouvernement mondial ». George H.W. Bush en 1990 l'a appelé le Nouvel ordre mondial. Aujourd'hui, nous sommes en mesure de voir clairement ce qu'ils prévoient d'imposer, si nous leur permettons de le faire.
Pièces de jeu d'échec
© Inconnu
La Grande Réinitialisation du Forum économique mondial permettrait la mise en œuvre au XXIe siècle d'une nouvelle forme de contrôle total mondial. À propos de l'agenda de janvier 2021, le fondateur du FEM, K. Schwab, a déclaré :
« Nous n'avons qu'une seule planète et nous savons que le changement climatique pourrait être la prochaine catastrophe mondiale avec des conséquences encore plus dramatiques pour l'humanité. Nous devons décarboniser l'économie dans la courte fenêtre qui nous reste et mettre à nouveau notre pensée et notre comportement en harmonie avec la nature. »
La dernière fois que des protagonistes de ce genre ont fait quelque chose d'une telle ampleur, c'était en 1939, à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Le « War and Peace Studies »

À l'époque, la Fondation Rockefeller a financé un groupe stratégique top secret travaillant à partir du Council on Foreign Relations de New York. Ce groupe était connu sous le nom de War and Peace Studies et dirigé par le « Haushofer étasunien », le géographe Isaiah Bowman de l'université Johns Hopkins. Avant même que les chars Panzer allemands n'entrent en Pologne, ils planifiaient un monde d'après-guerre où les États-Unis apparaîtraient comme le seul vainqueur et remplaceraient les Britanniques en tant que puissance hégémonique mondiale.
Note du traducteur : Le « War and Peace Studies » est un projet réalisé par le Council on Foreign Relations (CFR) entre 1939 et 1945 avant et pendant la participation étasunienne à la Seconde Guerre mondiale. Au vu des occurrences qui sortent lors d'une recherche Google, le terme « War and Peace Studies » est aujourd'hui incorporé dans de grandes universités.
Par ailleurs, Haushofer était un géopoliticien allemand.

Yoda

Dolores Cahill — Les dangers mortels de la technologie à ARNm utilisée dans les concoctions dites « vaccinales »

Nous partageons dans cet article deux vidéos du professeur Dolores Cahill, biologiste moléculaire et immunologiste à l'Institut Conway de recherche biomoléculaire et biomédicale. Elle est spécialisée dans le transfert au sein des politiques sanitaires de la recherche scientifique.
Dolors Cahill
© Capture YouTube
Dolores Cahill, biologiste moléculaire et immunologiste
Dans la première vidéo de 15 minutes (en anglais et doublée en français, extrait de l'interview mené par Oracle Films le 31 décembre 2020), elle nous parle des soi-disant-vaccins à ARNm et des graves dangers qu'ils représentent. Elle y évoque également les cas de morts de bébés suite à la vaccination aux USA et du fait que les vaccins « récents » ne sont pas soumis à des tests d'innocuité.

La seconde vidéo (en anglais et sous-titrée en français) est un entretien d'une heure mené par FranceSoir en association avec BonSens. L'article a été publié le 14 janvier 2021 :
« Le professeur Cahill amène une vision sans concession du coronavirus, expliquant l'attitude « criminelle » des gouvernements envers leur population avec le confinement alors que des traitements en phase précoce existent (Zinc, Vit.C, Vit.D, Hydroxychloroquine et Ivermectine). Elle évoque sa vision de l'épidémie, les problèmes, la gestion de la crise, les vaccins et les complications liées à la vaccination.

Un debriefing qui intéressera les auditeurs est lié au fait que pour elle, les confinements et autres mesures sont non nécessaires et illégales. Elle finit par expliquer les problèmes avec les vaccins à ARN messager et les conséquences de ces vaccins sur le système immunitaire de chaque individu, chez qui la réponse du système immunitaire entraîne des effets secondaires. « C'est comme un jeu de roulette russe », nous dit-elle, et ces vaccins ne devraient jamais être donnés en double doses car cela risque d'entraîner des problèmes supplémentaires liés à la facilitation de l'infection virale par les anticorps (antibody dependend enhancement) dont on ne connaît pas la temporalité de l'effet.

Pour Dolores Cahill, cette approche des traitements à ARN messager ne leur octroie pas les conditions pour s'appeler « vaccin ». Ce sont des « dispositifs médicaux » ou des « thérapies géniques». »
Voir notre article sur les « dispositifs médicaux » en question « Le dispositif à ARNm anti-Covid n'est PAS un « vaccin », ni même un médicament, un traitement ou une thérapie — Alors, c'est quoi ? » :

Yoda

Faillite et ensauvagement des élites criminelles — « Une société en pleine décadence », par Michel Maffesoli

Le texte que je partage ici avec vous grâce à la bienveillance de son auteur, m'a transpercé et ébloui. Comme je lui ai écrit, j'ai mis plusieurs heures à me remettre de sa lecture.
Société
© Inconnu
Dieu sait pourtant si l'époque, dans sa folie, a été propice à susciter des réflexions et de mises en perspectives de qualité, dont j'ai eu l'honneur de re-publier un petit nombre sur ce blog. Et puis il y a des textes, parfois, d'une clarté qui atteint à l'incandescence, portés par un souffle rare, qui illuminent le champ de vision du lecteur. Celui-ci est de ceux-ci.

Il me faudrait des pages pour présenter Michel Maffesoli, un des tout grands penseurs de notre époque. Professeur émérite à la Sorbonne, il s'est inscrit dans un héritage somptueux (allant pour faire vite de Gaston Bachelard à Gilbert Durand, le défricheur lumineux des « structures anthropologiques de l'imaginaire », en passant par Jean Duvignaud, Georges Bataille, Julien Freund ou encore Georges Ballandier), produisant un renouvellement audacieux de la pratique socio-anthropologique et nourrissant une féconde descendance intellectuelle.

Dans laquelle j'ai l'heur de m'inscrire modestement puisque mon directeur de mémoire en anthropologie était au double bénéfice d'un doctorat en anthropologie (sous la direction de Gilbert Durand) et d'un doctorat d'État en Sorbonne (sous celle précisément de Michel Maffesoli.)

Celui-ci aborde ici un thème qu'il a abondamment défriché, de manière visionnaire, bien avant que qui que ce soit s'en préoccupe sérieusement : celui de la faillite des élites. Nous devons à Maffesoli des concepts essentiels pour comprendre l'effondrement de la modernité dans lequel nous nous trouvons engagés comme ceux de « tribalisme », de « nomadisme », d'« ensauvagement » ou encore d'« infosphère ».

Magnify

Le dispositif à ARNm anti-Covid n'est PAS un « vaccin », ni même un médicament, un traitement ou une thérapie — Alors, c'est quoi ?

La substance anti-Covid à ARNm préparée en laboratoire et désormais déployée par des militaires dans de nombreux pays du monde, n'est PAS un « vaccin ». Je le répète : ce n'est pas un « vaccin ». On peut certes le qualifier de beaucoup de choses, mais certainement pas de « vaccin ». Nous devons prendre conscience du fait que la fraudémique du Covid a rapidement accéléré les aspects technocratiques et transhumanistes du Nouvel Ordre mondial au point que des milliers de personnes font aveuglément la queue pour se faire injecter un « traitement » qui est aussi [et avant tout ? - NdT] un dispositif chimique, un système d'exploitation, un agent pathogène synthétique et un dispositif de production d'agents pathogènes chimiques. Comme nous l'avons vu dans un article précédent, cette nouvelle « concoction bizarre » anti-Covid constitue un tout nouveau type de technologie, potentiellement encore plus dangereux que le toxique vaccin moyen. Dans cet article, nous allons explorer plus en profondeur ce qu'est cette « concoction » à ARNm.
ADN et ARN
© Inconnu
Note du traducteur : Le choix a été fait de parler de « vaccin » uniquement pour définir que dans le cas de l'ARNm ce n'en est pas un, et pour parler de ce qu'il est dans son sens usuel. Dans tous les autres cas, le mot « vaccin » utilisé par l'auteur a été remplacé par d'autres mots ou expressions.

Quant à l'article précédent mentionné par l'auteur (publié le 10 janvier dernier), il fait le point sur les 10 choses à savoir sur cette « concoction » injectée dans le cadre de l'expérience qui constitue un viol du Code de Nuremberg et qui est dite « vaccinale » — pour soi-disant lutter contre le Covid-19 alors que les raisons sont selon toute apparence tout autres. Les sources en anglais ont été ajoutées pour permettre au lecteur de creuser plus loin : Sur les différents sujets listés ci-dessus, voir les articles suivants :

Les docteurs David Martin et Judy Mikovits expliquent que la « substance » anti-Covid n'est pas un « vaccin »


Voici le court extrait d'un échange entre les docteurs David Martin et Judy Mikovits (qui ont tous deux jusqu'à présent été très éloquents pour mettre en lumière les éléments relatifs à la soi-disant-pandémie de Covid) qui s'entretiennent avec Robert Kennedy Jr. et l'avocat Rocco Galati, lequel représente un groupe canadien de défense de la liberté qui poursuit en justice le gouvernement quant à la vaste escroquerie que constitue le Covid. David Martin fait valoir des points extrêmement importants sur le fait que nous ne pouvons pas étiqueter avec précision le dispositif que Moderna et Pfizer/BioNTech présentent de manière coercitive comme un « vaccin », puisque tant sur le plan médical que juridique, ça n'en est pas un :

Red Flag

La psychopathie et les origines du totalitarisme

Nombreuses sont les plus grandes horreurs de l'histoire de l'humanité à ne devoir leur apparition qu'à l'établissement et à l'application sociale d'une fausse réalité. Nous pouvons — avec reconnaissance envers le philosophe catholique Josef Pieper pour le terme et l'idée de son important essai de 1970 Abus de langage, abus de pouvoir — qualifier ces réalités alternatives de pseudo-réalités idéologiques.
foule de personnes floues
© Inconnu
Note du traducteur : James Lindsay, co-auteur avec Helen Pluckrose de Cynical Theories [« Théories cyniques », non traduit en français], semble avoir lu la Ponérologie politique d'Andrew Lobaczewski. Lindsay est, selon nous, l'un des premiers universitaires de renom à l'avoir fait et à avoir écrit quelque chose de substantiel à ce sujet (sans toutefois citer l'ouvrage en question, malheureusement). Compte tenu de sa formation en théorie critique, il est le candidat idéal pour accomplir cette mission, et sa manière de traiter de ce sujet présenté ici mérite d'être lue. Nous avons ajouté quelques commentaires qui mettent en corrélation certaines de ses idées avec la terminologie utilisée dans les travaux de Lobaczewski.
Les pseudo-réalités, par définition fausses et irréelles, engendreront toujours la tragédie et le Mal à une échelle au moins proportionnelle à la portée de leur emprise sur le pouvoir — ce qui constitue leur principal intérêt — que ce soit d'un point de vue social, culturel, économique, politique ou (surtout) une combinaison de plusieurs ou de tous ces éléments. Ces pseudo-réalités sont, lorsqu'elles surgissent et prennent racine, à ce point importantes pour le développement et les tragédies des sociétés qu'il est utile de souligner leurs caractéristiques et leur structure de base afin de pouvoir les identifier et leur opposer une résistance adéquate avant qu'elles ne débouchent sur des calamités sociopolitiques — qui peuvent aller jusqu'à la guerre, en passant par le génocide et même l'effondrement de la civilisation, toutes ces possibilités étant à même de provoquer la mort de millions de personnes et la ruine de millions d'autres dans la vaine poursuite d'une fiction pour laquelle ses adeptes sont, ou sont amenés à être, suffisamment intolérants.

La nature des pseudo-réalités

Les pseudo-réalités sont, en termes simples, de fausses constructions de la réalité. Il est évident, espérons-le, que parmi les caractéristiques des pseudo-réalités figure le fait qu'elles doivent présenter une compréhension plausible mais délibérément erronée de la réalité. Il s'agit de « réalités » sectaires au sens où elles reflètent la façon dont les membres des sectes vivent et interprètent le monde — tant social que matériel — qui les entoure. Nous devons considérer de prime abord que ces interprétations délibérément erronées de la réalité remplissent deux fonctions connexes. Premièrement, elles sont destinées à modeler le monde pour qu'il puisse accueillir une petite partie des personnes qui souffrent de limitations pathologiques quant à leurs aptitudes à faire face à la réalité telle qu'elle est. Deuxièmement, elles sont conçues pour remplacer avec force toutes les autres analyses et motivations, qui seront tordues jusqu'à déformation par et au profit de ces individus essentiellement ou fonctionnellement psychopathes aussi longtemps que leur règne pseudo-réel pourra durer.