Bienvenue à Sott.net
mar., 18 jan. 2022
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Comètes

Meteor

La comète Lovejoy se lève sur la cordillère des Andes

Image

La comète Lovejoy vue depuis la cordillère des Andes. Crédit : Stéphane Guisard.
La comète Lovejoy produit un spectacle exceptionnel dans le ciel du matin pour les observateurs de l'hémisphère Sud. Stéphane Guisard l'a filmée depuis les hauteurs de Santiago du Chili.

La comète surprise

Découverte le 27 novembre 2011 par l'astronome amateur australien Terry Lovejoy, la comète C/2011 W3 Lovejoy est passée à seulement 140 000 km du Soleil le 16 décembre 2011.

Elle aurait pu ne pas s'en remettre. Mais, à la surprise générale, elle est réapparue de l'autre côté. Après un moment d'hésitation, son activité est repartie de plus belle sous l'œil du satellite d'observation du Soleil Soho.

Meteor

Spectaculaires images de la comète Lovejoy depuis l'ISS

C'est un spectacle extraordinaire qu'offre depuis quelques nuits la comète Lovejoy aux habitants de l'hémisphère sud. Les astronautes en profitent également : Dan Burbank, commandant de la Station spatiale internationale, a pu réaliser des images étonnantes.

Les astronomes les plus optimistes pouvaient-ils espérer un tel cadeau de Noël ? C/2011 W3, la comète découverte le 2 décembre dernier par l'astronome amateur australien Terry Lovejoy illumine le ciel de sa magnifique queue de poussière et de gaz. Ne vous précipitez pas dehors, seuls les observateurs situés dans l'hémisphère sud jouissent de ce spectacle.


La Nasa nous propose ici de spectaculaires images de la comète Lovejoy prises depuis l'ISS par le commandant Dan Burbank le 21/12/11. © Nasa

Meteor

La comète Lovejoy devient de plus en plus visible

Cela se passe dans l'hémisphère Sud, comme annoncé.

Une image en Nouvelle-Zélande, où la comète n'est pas visible à l'oeil nu mais captée par des (bons) appareils photo.
Image

Meteor

La comète Lovejoy a survécu à son passage solaire

Image

Sur cette image datant du 16 au matin, la comète Lovejoy est à droite du Soleil (celui-ci est caché par un masque), Mais on peut voir en plus la queue en bas à gauche laissée à son arrivée. Crédit : ESA / NASA
Contre toute attente, la comète Lovejoy a survécu à son passage rapproché du Soleil dans la nuit du 15 au 16 décembre, elle est de retour dans le champ du satellite solaire SOHO.

Affaible mais vivante

La comète découverte par l'astronome amateur Terry Lovejoy est passée à seulement 140 000 km du Soleil dans la nuit du 15 au 16 décembre. C'est très peu, c'est environ 1/10ème du diamètre du Soleil ! D'une taille estimée à 100 ou 200 m initialement, elle avait toute les chances de ne pas survivre à la fournaise solaire en se vaporisant intégralement. Mais il n'en est rien. Ce 16 décembre au matin, elle est de retour sur les images du coronographe du satellite d'observation du Soleil SOHO (image ci-contre). Il semblerait donc que le noyau de la comète soit plus gros que prévu.

Sun

La comète Lovejoy se brûle les ailes sous l'œil de SOHO

Image

La comète C/2011 W3 Lovejoy vue par le satellite SOHO. Crédit : ESA / NASA
Découverte il y a seulement quelques jours par l'astronome amateur Terry Lovejoy, la comète C/2011 W3 est en train de foncer vers le Soleil comme le montrent les images du satellite SOHO.

Une comète à observer sur la toile

Après deux découvertes en 2007, l'astronome amateur australien Terry Lovejoy a ajouté une nouvelle comète à son tableau de chasse le 1er décembre. Baptisée C/2011 W3 Lovejoy, elle passe à seulement un cheveu du Soleil dans la nuit du 15 au 16 décembre (moins de 200 000 km).

La comète est déjà visible dans le champ du coronographe Lasco C3 du satellite SOHO. Dans la journée elle devrait devenir également visible dans le champ du coronographe Lasco C2 couvrant une région plus proche de la surface du Soleil. Vous pourrez même surveiller cette nuit sa disparition derrière notre étoile de 0h22 à 0h53, notamment sur les images de l'instrument ETI 304 de SOHO, ou bien dans le champ du satellite de SDO. Si vous vous trouvez dans la zone Pacifique vous pouvez aussi tenter cette observation avec une lunette équipée d'un filtre H alpha dédié à l'observation du Soleil.

Meteor

Harponner une comète pour y pénétrer

Un harpon spatial capable de pénétrer à l'intérieur d'une comète pour y recueillir des échantillons de matière est actuellement en cours de création à la NASA.

L'instrument est basé sur un concept développé par l'Agence spatiale européenne (ASE) auquel la NASA a ajouté une chambre vide qui permettra de recueillir des échantillons.
Image

Représentation du harpon prélevant des échantillons dans une comète © NASA

L'analyse de la composition des comètes pourrait aider les scientifiques à déterminer comment les planètes et le Soleil se sont formés. Ils pensent que les comètes sont constituées de matériaux primitifs gelés qui remontent à la naissance du système solaire, il y a de cela 4,5 milliards d'années.

Alarm Clock

Relier les points : Changements cosmiques, instabilité planétaire et météo extrême

Image
© NASA / SDO
Vue de l’éjection de masse coronale depuis le Solar Dynamics Observatory le 7 juin 2011.
Avec les changements terrestres qui se produisent maintenant clairement et le temps qui presse, les éditeurs de Sott.net font face à l'urgence de se mettre à jour submergés par une avalanche de nouvelles importantes et d'essayer de donner un sens aux choses ! Les événements climatiques récents ont été sans précédent : le printemps et le début de l'été ont été, pour le moins, bizarres sur tout le globe.

Vous parlez de météo ou d'un type géologique de phénomène ; quelqu'un dans le monde y a eu droit : volcans, séismes, pluies torrentielles, inondations, trous terrestres, tornades, sécheresses, incendies... même de la neige en été ! Passons-les tous en revue du mieux que nous pouvons en commençant par le haut : le facteur cosmique.

Meteor

La comète Garradd arrive

Image

La comète Garradd, le 17 octobre 2011. Crédit : Michael Jager.
Elle n'est pas visible à l'œil nu et ne le sera probablement pas. Mais la comète Garradd offre un beau spectacle aux amateurs bien équipés. Témoin, cette photo prise le 17 octobre 2011 par l'amateur autrichien Michael Jager.

La comète Garradd s'installe dans le ciel d'automne, en marge de la constellation d'Hercule. Autour du 15 novembre, elle présentera la particularité de rester presque totalement immobile d'un soir à l'autre.

Pour l'observer aux jumelles ou pour la prendre en photo, lisez tous nos conseils dans Ciel et Espace de novembre 2011.

Meteor

La chevelure d'Elenin repérée dans l'espace

Traduit par UFO et Nature

Image
Elenin a été brièvement célèbre pour les prédictions inexactes qu'elle pourrait frapper la Terre.

Au lieu de cela elle s'est désintégrée alors qu'elle s'approchait du soleil le mois dernier. Le week-end, l'astronome italien Rolando Ligustri a repéré le reste de la comète.

C'est le nuage allongé dans cette photo du 22 octobre, où Elenin serait apparu si elle était encore intacte. Une autre équipe d'astronomes-Ernesto Guido, Giovanni Sostero et Nick Howes ont repéré le nuage sur la même nuit. Au début, ils étaient sceptiques.

"Le nuage était extrêmement faible et diffus", explique Guido. "Nous nous sommes demandés si elle pourrait être dispersée au clair de lune ou quelque autre artefact transitoire".

Meteor

Une comète a failli tuer la Terre... il y a 120 ans

Image
Il y a 120 ans, la civilisation terrestre aurait pu être anéantie, des débris d'une comète étant passés à seulement quelques centaines de kilomètres de la Terre en 1883, indique un groupe de chercheurs mexicains dans un article publié par la bibliothèque électronique de l'Université de Cornell.

Les dégâts d'une collision avec ces fragments auraient équivalu à ceux de 3 000 événements de la Toungouska, indiquent l'astronome mexicain Hector Manterola de l'Institut de géophysique de l'Université nationale autonome du Mexique et ses collègues. Ils ont étudié les photos insolites réalisées par leur collègue et compatriote José Bonilla les 12 et 13 août 1883 et publiées par le magazine L'Astronomie en 1886.

En travaillant dans l'observatoire de Zacatecas, Bonilla a photographié 447 objets qui passaient devant le disque solaire. Ils étaient tous entourés d'un halo brumeux et laissaient une trace semblable. Le chercheur n'a pas pu expliquer ce phénomène. Le rédacteur du magazine a alors supposé qu'il pouvait s'agir d'oiseaux, de essaims d'insectes ou de poussière. Plus tard, ce phénomène a été considéré comme le premier cas d'enregistrement d'un OVNI.