Les Maîtres du MondeS


Star of David

Israël est aux prises avec son « moment Suez »

L'initiative diplomatique des États-Unis visant à publier une déclaration commune condamnant l'Iran pour son "attaque contre l'État d'Israël" s'est soldée par un fiasco, car elle n'a pratiquement pas trouvé preneur en dehors du bloc des nations occidentales.
fghj
C'est un coup dur pour l'amour-propre américain. Le coup le plus dur est que la Turquie, une importante puissance de l'OTAN et de l'Asie occidentale, que le président Biden courtise personnellement ces derniers temps, a refusé de signer la déclaration commune.

Les huit transfuges de la majorité mondiale qui se sont pliés au diktat américain sont deux francs-tireurs d'Amérique latine et de la région eurasienne, la Corée du Sud et trois pays insulaires du Pacifique.

L'ensemble de l'Afrique, de l'Asie occidentale, de l'Asie centrale, de l'Asie du Sud et de la région de l'ANASE ont refusé de s'associer à l'initiative américaine ! Bien entendu, aucun pays musulman n'a voulu signer cette déclaration commune.

Pirates

L' Iran dans le collimateur

Le groupe des Sept (États-Unis, Canada, Grande-Bretagne, Allemagne, France, Italie et Japon), convoqué par Giorgia Meloni, actuellement sous présidence italienne, a "condamné sans équivoque et dans les termes les plus forts l'attaque, directe et sans précédent, de l'Iran contre Israël". Elle a ainsi exprimé sa "pleine solidarité et soutien à Israël" et réaffirmé "notre engagement pour sa sécurité".
fghj
Le G7 se tait sur le fait que le lancement de drones et missiles est advenu en réponse à l'attaque israélienne contre le consulat iranien à Damas (Syrie), dans lequel ont été tués plus de dix diplomates et officiers. Il ignore que le Gouvernement iranien avait averti bien avant la Maison-Blanche de l'action démonstrative qu'il aurait à effectuer.

Commentaire: L'hypocrisie et le cynisme n'ont pas de limite.


Cruise Missle

Échec et mat

L'attention du monde entier s'est focalisée, à juste titre, sur les retombées de la riposte de l'Iran contre Israël les 13 et 14 avril 2024. L'objectif de l'Iran en lançant cette attaque était d'établir une posture dissuasive destinée à faire savoir à Israël et aux États-Unis que toute attaque contre l'Iran, que ce soit sur le sol iranien ou sur le territoire d'autres nations, déclencherait une riposte qui infligerait à l'attaquant des préjudices plus importants que ceux que ce dernier pourrait espérer infliger à l'Iran.
juyh
Lancement massif de missiles balistiques en Corée du Nord
Pour parvenir à ce résultat, l'Iran devait se montrer capable de vaincre les systèmes de défense antimissile balistique d'Israël et des États-Unis présents à l'intérieur et autour d'Israël au moment de l'attaque. L'Iran y est parvenu, avec au moins neuf missiles frappant deux bases aériennes israéliennes placées sous le bouclier de défense antimissile israélo-américain.

Bulb

Où la « patience stratégique » de l'Iran fait place à une sérieuse dissuasion

Les frappes de représailles de l'Iran contre Israël n'ont pas été menées en solo. Les partenaires stratégiques que sont la Russie et la Chine soutiennent Téhéran, et leur rôle dans le conflit en Asie occidentale ne fera que s'accroître si les États-Unis ne tiennent pas Israël à distance.
fghjk
Un peu plus de 48 heures avant le message envoyé par l'Iran à Israël à travers le ciel de l'Asie occidentale, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov a confirmé, officiellement, ce qui, jusqu'à présent, n'avait été, au mieux, que des propos diplomatiques feutrés : « La Russie reste en contact avec ses partenaires iraniens sur la situation au Moyen-Orient après l'attaque israélienne contre le consulat iranien en Syrie ».

Uzi

Le coût de la guerre

Les guerres ont un coût considérable. Celui contre les populations russophones d'Ukraine est principalement supporté par les Européens, tandis que celui contre les arabes de Palestine l'est par les États-uniens. Ces dépenses servent la même stratégie, celle de la domination globale des Anglo-Saxons.
ghjk
La guerre de l'Otan en Ukraine comporte une dépense militaire croissante. Selon les données officielles, la dépense militaire italienne a augmenté, passant de 21 milliards d'euros en 2019 à plus de 30 milliards en 2023, équivalents à une moyenne journalière annuelle de plus de 80 millions d'euros, en argent public soustrait aux dépenses sociales.

Big Bomb

L'Iran tire plus de 200 projectiles sur Israël, une base militaire touchée d'après l'armée israélienne

Dans la nuit de samedi 13 avril à dimanche 14 avril, l'Iran a lancé une attaque contre Israël en réponse au bombardement du consulat iranien à Damas qui a fait 16 morts le 1 avril.
fghj
L'Iran a lancé plus de 200 drones et missiles vers Israël, dont la "vaste majorité" a été interceptée sans conséquences graves, seule une base militaire ayant subi "des dégâts mineurs", a annoncé un porte-parole de l'armée israélienne dans la nuit de samedi à dimanche.

Binoculars

La mondialisation de la guerre

Dans leur phase d'expansion, alors qu'ils s'apprêtaient à évincer l'Empire britannique de son rôle d'hégémon mondial thalassocratique, les États-Unis ont eu largement recours à la guerre ; en particulier, après la guerre avec l'Espagne (qui a conduit à la conquête des Philippines), en intervenant dans la Première Guerre mondiale, puis dans la Seconde. Le point commun de ces guerres est la participation directe et massive — en hommes et en moyens — aux conflits.
hjkl
En particulier les deux guerres mondiales, qui se sont déroulées en Europe, en Afrique et dans l'Extrême-Orient asiatique — ainsi que dans toute la zone de l'océan Pacifique. Après avoir consolidé leur domination hégémonique grâce à leurs victoires sur l'Allemagne, le Japon et l'Italie, les États-Unis ont continué à utiliser la guerre de manière intensive comme instrument de domination au cours des décennies suivantes.

Moon

Macron prévient l'Iran de ne pas attaquer Israël

Le général américain Michael Erik Kurilla, chargé du Moyen-Orient, est en Israël, vendredi 12 avril, pour discuter avec de hauts responsables militaires des « menaces sécuritaires dans la région », dans un contexte d'escalade avec l'Iran, a annoncé le ministère de la Défense des États-Unis.
sdfg
Téhéran a de nouveau menacé mercredi de « punir » Israël, après une attaque le 1ᵉʳ avril sur le consulat iranien à Damas (Syrie) qui a fait 16 morts, dont sept membres du corps des Gardiens de la Révolution. Ces menaces de représailles de l'Iran font monter la tension au Proche-Orient, suscitant des appels à la retenue. (France Info)

Attention

Une riposte iranienne à l'attaque de son consulat à Damas pourrait généraliser la guerre

L'ayatollah Ali Khamenei, guide la Révolution iranienne, a écrit sur X : « Si Dieu le veut, nous allons faire repentir les sionistes de leur crime d'attaquer l'ambassade d'Iran à Damas ». « Aucune ambassade israélienne n'est plus en sécurité », a menacé le 7 avril le général des Gardiens de la révolution Yahya Rahim Safavi. « Les témoignages [des martyrs de Damas] doublent la motivation à lutter contre l'Amérique et le régime sioniste.
jhgf
Nous avons conclu un pacte avec Dieu pour continuer à lutter contre l'oppression et partout où musulmans et non-musulmans crient à l'aide, nous irons les aider selon le plan de notre Commandant en chef [l'Ayatollah Ali Khamenei] (...) Cette récente guerre changera à la fois le visage de la sécurité et celui de la culture et des médias dans le monde. Bien entendu, tous les crimes commis dans la région se produisent avec le soutien de l'Amérique et le silence traître de certains pays arabes ».

Bad Guys

L'éventualité d'une Guerre mondiale est-elle réelle ?

Une guerre atomique est possible. La paix du monde est suspendue au doigté des États-Unis que les « nationalistes intégraux » ukrainiens et les « sionistes révisionnistes » israéliens font chanter Si Washington ne livre pas des armes pour massacrer les Russes et les Gazaouis, ils n'hésiteront pas à lancer l'Armageddon.
fghj
Les guerres en Ukraine et à Gaza ont conduit plusieurs responsables politiques de premier plan à comparer la période actuelle avec les années 1930 et à évoquer la possibilité d'une Guerre mondiale. Ces craintes sont-elles justifiées ou s'agit-il d'une rhétorique visant à faire peur ?