Bienvenue à Sott.net
mar., 30 nov. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Magnify

Les bactéries intestinales liées à notre régime alimentaire

Image
En avril dernier, les scientifiques du Laboratoire européen de biologie moléculaire ont montré que les bactéries qui peuplent notre intestin pouvaient être rangées en 3 écosystèmes différents. Aujourd'hui, deux études publiées dans la revue Science suggèrent que la présence de l'un ou l'autre des écosystèmes dépendrait de notre alimentation.

Si l'on savait déjà que les bactéries qui colonisent l'intestin humain pouvaient différer en genre comme en quantité d'un individu à l'autre, de nombreuses énigmes subsistaient sur cette flore intestinale. Mais peu à peu, les scientifiques élucident un mystère après l'autre. En effet, en avril dernier, des chercheurs du Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL) sont parvenus à démontrer que les fameuses bactéries constituaient trois écosystèmes différents : Bacteroïdes, Prevotella ou Ruminococcus. Des catégories nommées en fonction du nom de la principale bactérie.

Toutefois, les scientifiques ignoraient encore pourquoi telle ou telle bactérie prédominait chez un individu plutôt qu'un autre, précise Scienceetavenir. Du moins jusqu'ici, car deux nouvelles études publiées dans la revue Science fournissent une première réponse : ces écosystèmes dépendent directement de notre régime alimentaire. Plus précisément, au cours de la première étude, les chercheurs de l'Université de Pennsylvanie ont mis en évidence que les Bactéroïdes préféraient les intestins des personnes ayant un régime carné et riche en graisses saturées. En revanche, Ruminococcus apprécierait davantage l'alcool et les graisses polyinsaturées. Quant à l'écosystème Prevotella, il serait plutôt favorisé par une alimentation riche en sucres.

Syringe

Le vaccin contre la grippe A ou H1N1 est bien lié à des cas de narcolepsie

HELSINKI - Des chercheurs finlandais ont annoncé jeudi avoir confirmé un lien entre le vaccin Pandemrix contre le virus de la grippe A(H1N1) et l'accroissement de cas de narcolepsie chez les enfants.

"Les groupes de travail nationaux sur la narcolepsie confirment (...) que le vaccin Pandemrix distribué au cours de l'hiver 2009-2010 était bien un facteur de l'accroissement des cas de narcolepsie dans la population des 4-19 ans", annonce l'Institut finlandais de la santé et du bien-être (THL) dans un communiqué.

Dans cette classe d'âge, les patients à qui l'on a injecté le Pandemrix étaient 12,7 fois plus enclins à la narcolepsie que ceux qui n'ont pas reçu l'injection, souligne l'étude selon laquelle toutefois les sujets ayant développé la narcolepsie avaient des prédispositions génétiques.

La narcolepsie est un trouble du sommeil caractérisé par une somnolence excessive au cours de la journée, avec des accès de sommeil incontrôlables. Elle peut s'accompagner de pertes soudaines du tonus musculaire (cataplexie).

Heart - Black

Vous mangeriez de la viande synthétique?

Image

Photo: Blackened burger Louisiana cajun dust garnished with lettuce / pointnshoot via Flickr CC License By
De la viande de synthèse créée en laboratoire à partir de cellules animales pourrait bientôt être servie dans nos assiettes, d'après le New Scientist (relayé par notre grand frère Slate.com).

Des scientifiques hollandais de l'université de Maastricht ont en effet annoncé qu'à l'aide de cellules de cochons ils seraient capables de faire des saucisses synthétiques dans les six prochains mois. Pour des hamburgers cela prendra probablement un an.

Le quotidien britannique The Telegraph explique qu'avec la croissance actuelle de la population mondiale, on ne pourra bientôt plus produire assez de viande pour nourrir tout le monde. La viande de synthèse semble donc être une solution adaptée au futur problème de sous-production alimentaire.

Produire de la viande en laboratoire présente aussi l'avantage d'être plus écologique selon le Telegraph:
«Déplacer la production de viande de la ferme vers les laboratoires va aussi aider à diminuer les milliards de tonnes de gaz à effet de serre que les bétails relâchent, et permettre d'utiliser 99% de terre en moins qu'avec les élevages.»

Health

Sans viande, pas d'humanité

Coup dur pour les ayatollahs du tout végétal. En courant après des régimes alimentaires de plus en plus végétariens ou encore en sacralisant à outrance les animaux, au point de leur accorder plus de considération qu'à ses voisins d'en face, l'être humain serait sérieusement en train de faire fausse route. Une route «dangereuse» d'ailleurs, qui l'amènerait à rompre avec la dimension fondamentale de sa personne: son humanité, estime la préhistorienne française Marylène Patou-Mathis dans une étonnante brique qui retrace l'apport incontestable de la viande à... la grande aventure humaine.

Avec Mangeurs de viande. De la préhistoire à nos jours (Perrin), la spécialiste du Néanderthal, qui promène sa passion pour le Paléolithique moyen entre son bureau du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et celui du Muséum national d'histoire naturelle de Paris, n'y va pas par quatre chemins. «La consommation de viande a été le catalyseur de la séparation entre les grands singes, principalement végétariens frugivores, et les Australopithèques, les premiers hominidés, lance-t-elle à l'autre bout du fil. C'est donc par la viande que nous devenons des humains, puis des hommes sociétaux. Et il ne faut pas chercher à l'oublier.»

Heart - Black

Le Roundup de Monsanto et son glyphosate tue les bananes

Image
La banane se porte mal, elle est tuée par un champignon, le Fusarium, or le glyphosate que l'on retrouve dans le Roundup de Mosanto en favorise son extension.

Les bananes que nous mangeons aujourd'hui ne sont pas les mêmes que celles de la première moitié du 20e siècle. La monoculture a eu raison d'elles, pour quelques elles clonées à l'infini.

En fait les bananes d'abord résistantes au Fusarium, y sont maintenant devenues fragiles, en cause, le glyphosate du roundup de mosanto avec lequel on les traite.

Il existe des champignons parasites qui vivent aux dépens des plantes et des animaux, causant des maladies plus ou moins graves, et parfois même la mort. Parmi ces champignons, on trouve le Fusarium,qui se régale des bananes en autres et qui est responsable de putréfactions et de graves pertes agricoles.

Beaker

Vidéo - La grande invasion (des produits chimiques)

Après le livre publié en 2008, la journaliste Stéphane Horel réalise le documentaire La grande invasion dans lequel elle dénonce l'utilisation massive des substances chimiques dans nos produits de consommation. Des molécules telles que le bisphénol-A, les phtalates ou les PBDE soupçonnées de perturber l'organisme et en particulier le système endocrinien.


Pills

Lien entre antibiotiques et cancer du sein : Implications pour la médecine factuelle

Image
Publiée en 2004 dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), une étude documentait une relation directe entre le cancer du sein et l'usage d'antibiotiques. Après une brève agitation, l'étude a tout bonnement disparu de la conscience du public et de la médecine moderne. Ce qui rend cette étude digne d'intérêt, c'est qu'elle n'a pas été démentie. Depuis sept ans, une étude démontrant un grave inconvénient de l'une des méthodes les plus vantées de la médecine moderne n'a toujours pas été réfutée, et pourtant son importance est totalement méprisée.

Ce que cela révèle sur les objectifs et les intentions des procédés allopathiques, techniques et médicaments, est au mieux décourageant. On aurait pensé que les médecins seraient particulièrement inquiets du fait que le premier outil de soin des patients est clairement associé à une maladie mortelle. Pourtant, il n'y a eu aucun tollé, aucun changement concernant les méthodes. Chaque jour, des médecins attrapent leur bloc d'ordonnances et préconisent des antibiotiques à des patients pour des raisons les plus frivoles. Et ils ne parlent pratiquement jamais du risque accru de cancer à leurs patients, les victimes.

Les auteurs de l'étude se sont aperçus que leurs carrières sont en danger s'ils laissent l'étude en l'état. C'est pourquoi, un an après, ils en ont pondu une autre. Ils ont usé d'un charabia des plus tortueux jamais imaginés pour cacher les évidences de leur première étude. Voici la première phrase de leurs conclusions :
Par rapport au non usage, l'usage d'antibiotiques avant le diagnostic de cancer du sein n'a pas été lié à un profil de tumeur moins bénigne (tel que mesuré en taille et classe au stade de cancer), des tumeurs négatives des récepteurs des œstrogènes, ni associé à des caractéristiques de tumeur du sein moins bénignes.

Heart

Selon une étude de Cochrane, réduire le sel ne réduit pas les maladies du cœur

Image
La réduction de sel est actuellement un troisième rail [*] de la médecine. Il y a tout simplement trop de fric à gagner avec la chimiastrerie contre la pression artérielle, et il ne faut pas fâcher le gros business pharmaceutique.
[* Ndt : Third rail est une métaphore anglaise servant à qualifier un sujet tellement sensible et intouchable, que celui qui oserait le contester y laisserait des plumes (comme une loi canonique imposée par l'Inquisition ), tout comme le zigoto qui tenterait de racler ses semelles sur le 3ème rail du métro parisien, celui qui amène le jus sous 5.000 volts.]

Le sel ne cause pas de maladie cardiaque. Cette affirmation va à l'encontre d'une loi canonique de la médecine moderne. Même quand des études constatent sa justesse, les conclusions des auteurs essayent d'orienter en direction opposée. La révéler et dire la vérité tarirait vraisemblablement tout financement d'études futures. Toujours est-il, une autre étude a été incapable de trouver un lien entre la réduction de la consommation de sel et les maladies cardiaques.

Publiée dans Cochrane Library, intitulée Reduced dietary salt for the prevention of cardiovascular disease [Le régime pauvre en sel pour prévenir les maladies cardio-vasculaires], l'étude a été infoutue de trouver un lien entre la consommation de sel et les maladies cardiaques. Les auteurs ont déclaré :
Nous n'avons trouvé aucun indice solide prouvant que la réduction de sel réduit les causes de mort chez les normotendus... ou les hypertendus.

Observez à présent le contraste entre ce constat et leur conclusion :

Nos conclusions concordent avec la conviction selon laquelle la réduction de sel est bénéfique chez les gens normotendus et hypertendus.
Non, il n'y a pas de coquille. Bien qu'ils aient utilisé le terme « solide » pour atténuer leurs conclusions, les données montrent qu'ils n'ont trouvé aucune évidence prouvant que le sel est bon [ou mauvais] pour la santé cardiaque. La conclusion des auteurs continue en déclarant :

Heart - Black

Avoir des collègues désagréables peut nuire à votre santé

Travailler au quotidien avec des personnes grossières, brusques ou irrespectueuses, peut avoir un effet négatif sur sa vie personnelle, au delà du bureau, selon une étude de l'université de Baylor (Texas) annoncée la semaine dernière.

L'étude portant sur 190 travailleurs à temps plein et leurs conjoints a montré que des collègues agressifs peuvent entraîner du stress, des émotions négatives, un sentiment d'ostracisme et créer des problèmes au sein du couple.

«On pourrait prévenir ce stress en encourageant les travailleurs à chercher de l'aide au sein de l'entreprise ou auprès d'un conseiller en gestion du stress», explique Merideth Ferguson, professeur assistante à l'Université Baylor et auteur de l'étude.

Lorsque l'on est confronté à des collaborateurs irrespectueux, CNN conseille d'être objectif et de s'assurer que l'on n'est pas en train de sur-réagir. N'hésitez pas à en parler à un autre collègue afin d'avoir un autre avis et pour vous aider à prendre du recul.

Smoking

Nicotine contre Parkinson

Image

Les fumeurs ont un risque moins élevé d'être atteints de la maladie de Parkison. La nicotine éviterait la mort de certains neurones dopaminergiques qui, dans cette maladie, dégénèrent.
En stimulant leur activité électrique, la nicotine limiterait la dégénèrescence des neurones dopaminergiques chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative qui affecte environ 1,5 pour cent de la population après 65 ans. Elle se manifeste par une diminution de l'activité motrice, une lenteur des mouvements, une grande fatigue, des tremblements et une rigidité. Si les causes de la maladie demeurent inconnues, on sait que les neurones dopaminergiques (un type de neurones dont le neurotransmetteur est la dopamine) d'une région du tronc cérébral, la substance noire, meurent progressivement. Comment limiter cette neurodégénérescence et les symptômes moteurs associés ? Les fumeurs ayant un risque bien moindre de développer la maladie, on soupçonne la nicotine d'être un facteur protecteur pour les neurones dopaminergiques chez l'homme.