Bienvenue à Sott.net
lun., 28 nov. 2022
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Cowboy Hat

John F. Kennedy, les services secrets et les riches texans fascistes

Image
© Inconnu
Un prospectus qui circulait le 21 novembre 1963 à Dallas au Texas, un jour avant l'assassinat de John F. Kennedy.
RECHERCHÉ POUR TRAHISON
CET HOMME est recherché pour des activités qui relèvent de la trahison contre les Etats-Unis.
  1. Trahison de la Constitution (qu'il a juré de faire respecter):

    Il est en train de détourner la souveraineté des Etats-Unis vers les Nations unies contrôlées par les communistes.

    Il trahit nos amis (Cuba, Katanga, Portugal) et fait ami avec nos ennemis (Russie, Yougoslavie, Pologne).
  2. Il a eu TORT sur d'innombrables questions affectant la sécurité des Etats-Unis (Nations unies-mur de Berlin-Suppression de missiles-Cuba-Marchés céréaliers-Traité d'interdiction des essais nucléaires, etc.)
  3. Il a été laxiste en imposant des lois d'enregistrement communistes.
  4. Il a donné son soutien et son encouragement aux émeutes inspirées par des communistes.
  5. Il a illégalement envahi un Etat souverain avec des troupes fédérales.
  6. Il a constamment nommé des anti-Chrétiens au gouvernement fédéral. Maintient la Cour Suprême dans sa direction anti-chrétienne.Des étrangers et des communistes connus abondent dans les bureaux fédéraux.
  7. Il a été pris dans des MENSONGES fantastiques envers le peuple américain (y compris des mensonges personnels comme son ancien mariage et son ancien divorce).
--------------------------------------------------------------------------

Le 21 novembre 1963, il y a 43 ans aujourd'hui, le 1.035ème jour du mandat de John F. Kennedy comme Président, il a demandé au Congrès 95,7 millions de $ en allocations supplémentaires pendant l'exercice 1964. Il a aussi demandé à ses conseillers économiques de préparer un programme "Guerre à la Pauvreté" pour 1964. Ensuite, le Président Kennedy et Mme Kennedy sont partis pour un voyage de deux jours au Texas. Ce devait être sa dernière journée complète sur Terre.

À la dédicace du Centre Médical Aéronautique de la Base de l'Armée de l'air Brooks, à San Antonio au Texas il a fait un discours dans lequel il s'est rappelé : "Frank O'Connor, l'auteur irlandais, dit dans un de ses livres comment, quand il était garçon, lui et ses amis marchaient à travers la campagne et quand ils sont arrivés au mur d'un verger qui semblait trop haut et trop douteux pour permettre à leur voyage de continuer, ils ont enlevé leurs chapeaux et les ont jetés par-dessus le mur - et alors ils n'eurent pas d'autre choix, que de les suivre... Cette Nation a jeté son chapeau par-dessus le mur de l'espace et nous n'avons pas d'autre choix que de le suivre."

MIB

John F. Kennedy et les Titans

Image
© Inconnu
JFK à son bureau
Le 19 novembre 1963, il y a 43 ans aujourd'hui, à une cérémonie dans le Jardin Fleuri de la Maison Blanche, John F. Kennedy a accueilli les officiers des associations d'éducation d'état de l'Association de l'Éducation Nationale, il a commenté : "Je comprends encore une fois d'une façon très personnelle qu'un flot énorme d'enfants entre dans nos écoles..."

Il était toujours soucieux des enfants, les siens aussi bien que les enfants de tous les Américains et du monde.

Plus tard ce même jour, le Président Kennedy a envoyé un message aux cérémonies de redédicace du cimetière national à Gettysburg en Pennsylvanie, écrivant:
"Les buts de la liberté et de l'indépendance, les obligations de garder nôtre un gouvernement du peuple et pour le peuple sont interminables."
Encore plus tard, le Président Kennedy a signé un projet de loi (HR1989) permettant à la législature des Îles Vierges de publier des bons d'obligations généraux. (PL88-180). Il a ensuite mis son veto à un projet de loi (S1201) pour la libération de James T. Maddux.

Entre 4h30 et 17h00, Kennedy a rencontré Dean Rusk et Phillips Talbott

C'était le 1.033ème jour de John F. Kennedy en fonction.

Pistol

John F. Kennedy et les cochons de guerre

Image
© Inconnu
Le président Kennedy reçoit le drapeau des exilés de Cuba (Brigade 2506) à Miami le 29 décembre 1962 et déclare : "Je promets de rendre ce drapeau à une Havane libre." Kennedy avait été mal informé des détails exacts de l'invasion cubaine projetée.

Le 18 novembre 1963, John F. Kennedy a prédit que le mois d'avril 1964 apporterait "l'expansion économique de temps de paix la plus longue et la plus forte dans toute l'histoire de notre Nation." Et il a ajouté : "La conquête permanente des ennemis sûrement efficaces de la misère et du désespoir, de la faim et de l'injustice est la tâche centrale pour les Amériques dans notre temps... ' Rien n'est vrai excepté qu'un homme ou des hommes y adhèrent - pour vivre pour elle, pour se consacrer à elle, pour mourir pour elle... '"

Le temps glissait dans ses mains... il lui restait quatre jours à vivre.

Et aujourd'hui - nous sommes si loin de son rêve que la plupart des citoyens américains ne peuvent pas même imaginer qu'il l'a presque fait se réaliser. Jamais auparavant dans l'histoire écrite de l'humanité, nous n'avions été aussi précairement en équilibre sur le point de la guerre totale et mondiale - une guerre dont l'humanité ne peut en sortir vivante - que nous pouvons seulement penser que ces forces qui ont horriblement mis fin à la vie de John Kennedy ont prévu le résultat. Mais, nous y viendrons assez tôt.

Alarm Clock

John F. Kennedy et la psychopathologie de la politique


Aujourd'hui je veux continuer avec le sujet de John Kennedy; il ne reste plus qu'une semaine avant l'anniversaire de sa mort, je me trouve donc devant le besoin de mettre vraiment les bouchées doubles pour arriver à l'heure à la fin du sujet. Il se trouve que maintenant que le sujet pèse si lourdement sur mon esprit, je constate qu'il y a des choses qui me rappellent constamment de ce que l'Amérique a perdu, l'état épouvantable du monde aujourd'hui en conséquence de cette perte et les raisons ultimes derrière tout cela.

SOTT a posté lundi deux ou trois articles qui ont attiré mon attention. Le premier était Le peuple inoffensif , Une interview d'Elizabeth Marshall Thomas.
En 1950, une fille de 19 ans a quitté l'Université d'élite Smith au Massachusetts pour se joindre à sa famille dans une expédition qui changerait leurs vies. Incitée par le désir de son père de visiter des lieux inexplorés, la famille se mit en route pour le désert du Kalahari à la recherche de Bushmen vivant "à l'ancienne méthode" des chasseurs-cueilleurs. La fille, Elisabeth Marshall Thomas, a continué à les célébrer dans son livre de 1959 The Harmless People (le Peuple Inoffensif) , qui est devenu un classique de l'anthropologie populaire. Presque 50 ans après, le dernier livre de Marshall Thomas The Old Way (L'Ancienne Méthode) revisite l'histoire - et constate que le destin des Bushmen est plus complexe qu'il ne semble.

Alarm Clock

John F. Kennedy, J. Edgar Hoover, le crime organisé et le village mondial

Image
© Inconnu
J. Edgar Hoover , Directeur du FBI

Saviez-vous que si nous pouvions réduire la population du monde à un village de 100 personnes exactement, avec toutes les proportions des hommes existants restant les mêmes, les données démographiques ressembleraient à quelque chose comme cela :
60 Asiatiques
14 Africains
12 Européens
8 Latino-américains
5 Américains du Nord ET Canadiens
De tous ceux-ci, 82 seraient de couleur et seulement 18 serait "blancs".

67 seraient non-chrétiens et seulement 33 serait chrétiens.

5 contrôleraient 32 % de toute la richesse mondiale et tous seraient des citoyens américains
80 vivraient dans un logement de qualité inférieure
24 n'auraient pas d'électricité (Et des 76 % qui ont vraiment l'électricité, la majorité l'utiliserait seulement pour la lumière la nuit.)
67 seraient incapables de lire
1 (seulement un) aurait une éducation universitaire.
50 seraient sous-alimentés et 1 mort de famine
33 n'auraient pas accès à une alimentation en eau sans risque
7 personnes auraient accès à Internet

Alarm Clock

John F. Kennedy et tous ces « ismes »

Image
© Inconnu
Le Lt. Gov Paul Johnson (au centre avec un chapeau) empêche le marshall James McShane et James Meredith (à droite) d'essayer d'entrer dans l'Université du Mississippi le jour de l'inauguration de Kennedy, le 20 janvier 1961.
Aujourd'hui, je veux revenir à mon projet sur JFK. Douze jours à partir de maintenant, il y a le 43ème anniversaire de son assassinat - un coup d'état virtuel effectué par l'Amérique Corporatiste et ses diverses connexions. Comme je le mentionnais quand j'ai commencé cette petite série en commémoration de John F. Kennedy, une étude serrée et soigneuse de l'histoire américaine révèle que le système américain fut installé pour promouvoir la loi du riche. C'était le Calvinisme avec un élan, et cet élan fut ce qui a attiré les personnes déviantes sans conscience pour lesquelles il semble que le système capitaliste fut inventé.

Juste pour appuyer l'argument, permettez-moi de présenter quelques définitions du web du capitalisme pour votre considération:
Bien qu'aujourd'hui il y ait des capitalistes idéologiques - des gens qui soutiennent un ensemble d'idées sur les bénéfices économiques et l'importance des "marchés libres" - le terme capitalisme fut d'abord utilisé pour décrire un système d'investissement et d'industrie privé avec peu de contrôle gouvernemental qui fit son apparition, sans une base idéologique, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne au 17 et 18ème siècles. Un "capitaliste" était un individu qui investissait de l'argent (ou du capital) dans une affaire donnée. Source

Bad Guys

JFK : les Bush et Le Roi perdu

Cet article fait suite à JFK : le gladiateur, et est le 3e de la série d'articles consacré à ce grand homme.

L'assassinat de John F. Kennedy ressemble beaucoup aux attentats contre le World Trade Center le 11 septembre 2001. Depuis ce jour terrible, il y a presque 43 ans, il y a eu plus de 2.000 livres écrits sur l'assassinat de JFK. Il y a eu aussi de nombreux programmes de télévision et plusieurs films. Il y a une théorisation et une spéculation sans fin quant à pourquoi John F. Kennedy fut exécuté par ce qui se résume à une équipe de tireurs, en plein jour, au milieu de Dallas au Texas, un jour ensoleillé de novembre. En outre, il y a eu un tas de mythes créés et propagés apparemment pour brouiller les pistes. La seule chose sur laquelle la plupart des partisans des diverses théories peuvent être d'accord est que le FBI et la CIA ont très peu fait pour aider la Commission Warren à résoudre le crime. Cela ressemble beaucoup au Rapport officiel sur le 11/9. Les deux événements ont été traités de la même manière, par « un groupe sélectionné de bureaucrates avec un ordre du jour de mensonges ».

Alarm Clock

Sim City et John F. Kennedy



Véritable Homme d'Etat Fils de Perdition


Quand j'ai relu les mots de John F. Kennedy, quand je considère la législation qu'il a cherchée à ordonner, quand je considère sa profondeur et son humanité absolues et le compare avec ce qui se cache et s'agite dans la Maison Blanche aujourd'hui, je suis littéralement écrasée. À quelle Profondeur du Désespoir avons-nous été aspirés depuis ce jour de novembre il y a 43 ans.

USA

La puanteur de l'hypocrisie étasunienne

Traduction SOTT

Image

Les dix années passées sous les régimes de Bush et d'Obama ont vu l'effondrement de l'État de Droit aux États-Unis. Les médias étasuniens couvrent-ils cette histoire inquiétante et extraordinaire ? Non, ils se préoccupent de l'État de Droit en Birmanie (Myanmar).


Le régime militaire qui dirige la Birmanie vient de libérer le leader pro-démocratique Aung San Suu Kyi qui était jusqu'alors assigné à résidence. Les médias étasuniens ont profité de cette occasion pour se pencher sur le cas de la Birmanie et de l'absence d'État de Droit. Je soutiens pleinement cette dame courageuse, mais à vrai dire, les États-Unis « de la liberté et de la démocratie » ont bien plus besoin d'elle que la Birmanie.

USA

L'impuissance des élections

Traduit par Jean-Louis Flémal pour Investig'Action

Image
Dans son roman historique, Le Guépard, Giuseppe Tomasi di Lampedusa écrit que les choses doivent changer, afin de pouvoir rester pareilles. C'est précisément ce qui s'est passé lors des élections américaines du Congrès, le 2 novembre.

L'exportation des emplois, qui a commencé à grande échelle avec l'effondrement de l'Union soviétique, a fusionné les démocrates et les républicains en un seul parti à deux noms. L'effondrement soviétique a modifié les attitudes au sein de l'Inde socialiste et de la Chine communiste et a ouvert ces pays, avec leurs importantes fournitures excédentaires de main-d'œuvre au capital occidental.

Poussés par Wall Street et Wal-Mart, les industriels américains ont déménagé vers l'étranger leur production destinée aux marchés américains afin de gonfler leurs bénéfices et les gains des actionnaires en utilisant une main-d'œuvre à bon marché. Le déclin de la main-d'œuvre industrielle américaine a réduit le pouvoir politique des syndicats et la capacité de ces derniers à financer le Parti démocrate. Le résultat final fut de rendre les démocrates dépendants des mêmes sources de financement que les républicains.

Avant d'en arriver là, les deux partis, malgré leurs similitudes, représentaient des intérêts différents et servaient de frein l'un à l'autre. Les démocrates représentaient le travail et se concentraient sur la fourniture d'un réseau de protection sociale. La sécurité sociale, Medicare, Medicaid, les tickets alimentaires, l'assurance chômage, les subsides au logement, l'éducation et les droits civiques étaient des préoccupations démocrates. Les démocrates étaient impliqués dans une politique de plein emploi et ils acceptaient une certaine inflation afin d'assurer davantage d'emplois.