Bienvenue à Sott.net
mer., 27 oct. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Pestes

Bug

Ebola l'incontrôlable : de nombreuses questions sans réponse claire

Nous ne sommes spécialistes, ni des épidémies, ni des virus. Nous voudrions seulement résumer ici en quelques phrases et en quelques questions une situation qui nous concerne ou qui devrait nous concerner tous : celle de l'épidémie du virus Ébola qui s'étent actuellement en Afrique et qui touche des milliers de personnes.

fr ebola afrique

Principaux sites de manifestation de l'Ébola en Afrique lors de différentes épidémies observées depuis 1976
La maladie à virus Ébola est l'une des maladies virales les plus graves connues chez l'homme

Le taux de létalité (mortalité) peut atteindre 90 %. Les flambées de fièvre hémorragique provoquées par le virus Ébola surviennent principalement en Afrique. Il en est de même de la fièvre hémorragique dite de Marburg, très proche.

Commentaire: Une autre question : Le virus Ébola ne serait-il pas un bon outil pour éliminer des millions de personnes et contrôler les frontières d'un pays ?


Ambulance

30 Etats américains ont demandé l'aide du CDC pour examiner de potentiels cas d'Ebola

Traduit par Les Chroniques de Rorschach

Image
Trente États ainsi que le District de Columbia ont demandé l'aide du CDC ( Center for Disease Control) en vue de l'identification de cas potentiels d'Ebola. La carte ci-dessus est basée sur une liste de ces états fournie par le CDC.

Elle montre (en rouge vif) tous les Etats qui ont demandé l'aide du CDC depuis le 27 Juillet. Lorsqu'il est contacté pour un avis consultatif, le CDC examine les symptômes du patient et son historique de voyage et décide si oui ou non un test sanguin est nécessaire.

Dans la plupart des cas, le CDC est en mesure de se prononcer sur le virus Ebola sans la nécessité d'une prise de sang. La chaîne ABC News a rapporté mercredi que le CDC a été contacté 68 fois depuis la fin du mois dernier. Dans 58 de ces cas, l'hypothèse du virus Ebola a été écartée. Dans les dix cas restants, le CDC a ordonné un test sanguin. Sept de ces essais se sont avérés négatifs et trois sont encore en suspens.

Le CDC n'a pas encore transmis l'information sur l'emplacement des 10 patients qui ont reçu le test du virus Ebola, mais les rapports indiquent que des patients ont étés testés à New York, en Californie, au Nouveau-Mexique, dans le Maryland et dans l'Ohio. Les patients en Californie et au Nouveau-Mexique sont actuellement en attente de résultats de tests.

Bug

Ebola : menace réelle ou manipulation ?

bill gates ebola
Les médias de masse font un battage sur la plus grande épidémie « jamais vue » d'Ebola en Afrique de l'Ouest.

On nous dit que cette terrible maladie, qui provoque des symptômes qui ressemble à des scènes de film d'horreur, se répand aux Etats-Unis. Certains Américains annulent leurs vacances et refusent de s'embarquer dans un avion, pensant qu'ils pourraient y attraper le virus Ebola.

Les gens sont terrorisés par des images horribles, talonnés par la peur d'une mort rapide et terrible, et la peur des avions. Les craintes sont hors de proportion avec la réalité de la menace. Un air de déjà vu ?

Le 11 Septembre 2001, les américains ont été soumis à un contrôle psychique à partir d'un traumatisme, « une forme intensive de technique de lavage de cerveau connue sous le nom de coercition , décrit dans un livre de Douglas Rushkoff du même nom. Le contrôle psychique à partir d'un traumatisme, utilise la peur extrême ou la terreur pour façonner le subconscient de ses victimes. C'est une technique très efficace pour amener les gens à se soumettre à l'autorité sans se rendre compte de ce qu'ils font ni pourquoi ils le font.

Commentaire: L'hypothèse de la chercheuse Anne Sullivan, basée sur l'observation du gouvernement étasunien au cours des dernières décennies, est malheureusement dans le domaine du probable. La suite des événements nous apportera plus de données quant à sa réalité.


Bug

Le virus Ebola décrété «urgence de santé publique de portée mondiale»

ebola france
© (AFP/Inaki Gomez)
Le comité d'urgence de l'OMS, qui s'est réuni mercredi et jeudi à Genève, a souligné qu' « une réponse internationale coordonnée est essentielle pour arrêter et faire reculer la propagation internationale d'Ebola ».
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé ce vendredi qu'il fallait considérer l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola comme «une urgence de santé publique de portée mondiale». Le comité d'urgence de l'OMS, qui s'est réuni mercredi et jeudi à Genève, est «unanime», précise le communiqué. A présent, «une réponse internationale coordonnée est essentielle pour arrêter et faire reculer la propagation internationale d'Ebola».

Le directrice générale de l'OMS, le Dr Margaret Chan, appelle ainsi la communauté internationale à aider les pays touchés. L'épidémie d'Ebola est la plus grave en quatre décennies. L'épidémie a déjà fait à ce jour près de 1 000 morts et deux villes de Sierra Leone ont été mises en quarantaine.Elle a estimé que les pays d'Afrique de l'Ouest touchés par l'épidémie: Libera, Sierra Leone, Guinée et Nigeria, «ne peuvent y faire face par eux-mêmes» et a appelé «la communauté internationale à leur fournir le soutien nécessaire».

Mme Chan a ajouté qu'elle avait accepté les conclusions du comité et décrété cette «urgence de santé publique de portée mondiale», l'OMS coordonnant au quotidien la mobilisation internationale face à Ebola.

Bug

Le virus Ebola

fr virus ebola
© Illustration Wikmedia Commons
Virus Ebola, structure filamenteuse de la particule virale. Les filaments mesurent entre 60 et 80 nm de diamètre.
Principaux points

- La maladie à virus Ebola (autrefois appelée aussi fièvre hémorragique à virus Ebola) est une maladie grave, souvent mortelle chez l'homme.
- On enregistre au cours des flambées un taux de létalité pouvant atteindre 90%.
- Les flambées épidémiques surviennent principalement dans les villages isolés d'Afrique centrale et d'Afrique de l'Ouest, à proximité des forêts ombrophiles tropicales.
- Le virus se transmet à l'homme à partir des animaux sauvages et se propage ensuite dans les populations par transmission interhumaine.
- On pense que des chauves-souris frugivores, de la famille des ptéropidés, sont les hôtes naturels du virus Ebola.
- Les personnes gravement malades ont besoin de soins intensifs de soutien. Il n'existe pas de vaccin ou de traitement spécifique homologué, que ce soit pour l'homme ou pour l'animal.

Le virus Ebola est apparu pour la première fois en 1976, lors de deux flambées simultanées à Nzara (Soudan) et à Yambuku (République démocratique du Congo). Yambuku étant situé près de la rivière Ebola , c'est de là qu'est venu le nom de la maladie.

Le genre Ebolavirus est l'un des trois appartenant à la famille des filoviridés (filovirus), aux côtés des genres Marburgvirus et Cuevavirus. Il compte cinq espèces distinctes:

Ebolavirus Bundibugyo (BDBV);
Ebolavirus Zaïre (EBOV);
Ebolavirus Reston (RESTV);
Ebolavirus Soudan (SUDV);
Ebolavirus Forêt de Taï (Taï Forest TAFV).

Contrairement à RESTV et TAFV, BDBV, EBOV et SUDV ont été associés à d'importantes flambées de maladie à virus Ebola en Afrique. L'espèce RESTV, que l'on trouve aux Philippines et en République populaire de Chine, peut infecter l'homme, mais on n'a jamais signalé jusqu'à présent de cas de maladies ou de décès qui lui soient dus.

Health

Le monde est menacé par une épidémie plus dangereuse que celle du SIDA

Image

REUTERS/Tommy Trenchard
Une patiente présentant des symptômes du virus Ebola a été hospitalisée il y a quelques jours à Hong Kong.

Selon le quotidien China Daily, la femme âgée d'une quarantaine d'années est rentrée récemment d'Afrique, où l'épidémie a déjà emporté la vie de plus de 670 personnes. Le diagnostic qu'on craignait ne s'est pas confirmé, heureusement. Mais cela ne signifie pas que l'Asie reste à l'abri du virus africain.

L'Europe a également tiré ces jours-ci la sonnette d'alarme. Lundi dernier, un passager présentant des symptômes du virus Ebola est arrivé du Nigeria à Birmingham, le deuxième aéroport international de la Grande-Bretagne. Selon la chaîne Sky News, les analyses médicales menées sur le patient n'ont pas confirmé qu'il est atteint du virus Ebola. Mais le gouvernement britannique a toutefois tenu une réunion d'urgence du comité de crise Cobra en raison de la menace de l'épidémie.

L'épidémie du virus Ebola a éclaté en février de cette année en Guinée. Ensuite, le virus s'est propagé vers les Etats voisins, le Sierra Leone et le Libéria. Il y a quelques jours, le premier décès du virus a été enregistré dans la plus grande ville du Nigeria, Lagos. Pendant tout ce temps, 1100 cas de contamination ont été enregistrés, dont 700 mortels. C'est la première fois que le virus Ebola s'est avéré aussi dangereux, souligne le docteur des sciences biologiques, le vice-directeur du laboratoire de l'écologie et des virus de l'Institut de virologie Mikhaïl Chtchelkanov.
« Nous n'avons jamais vu d'épidémies d'une telle ampleur en zone urbaine », explique-t-il. « Dans les zones rurales d'Afrique les chercheurs ont observé de nombreuses maladies de ce genre. Mais ici il s'agit d'une maladie avec un fort taux de mortalité qui se propage dans la zone urbaine pendant une très longue période. Et l'Organisation mondiale de santé (OMS) ne peut rien faire pour arrêter la propagation de l'épidémie. C'est un cas hors du commun ».

Attention

Cas de peste bubonique en Chine

Image
© AFP
La bactérie de la peste bubonique
Après la mort d'une personne terrassée par la peste bubonique, la ville chinoise de Yumen a été en partie placée en quarantaine. Les autorités ont interdit aux habitants de quitter la ville.

Les autorités chinoises ont placé en quarantaine certains quartiers de la ville de Yumen, dans le centre du pays, où un habitant est mort de la peste bubonique la semaine dernière, ont rapporté mardi 22 juillet les médias chinois.

La victime, âgée de 38 ans, a été contaminée après avoir découpé une marmotte morte, qui était possiblement contaminée, pour nourrir son chien, selon le journal les Nouvelles de Pékin . La personne est décédée le 16 juillet. Les 151 personnes ayant été en contact direct avec la victime ont été placées en quarantaine, tout comme plusieurs quartiers de cette ville de 30 000 habitants, située dans la province du Gansu (nord-ouest de la Chine).

Health

Le chikungunya menace la métropole française

Image
SANTE - «20 Minutes» fait le point sur la situation alors que l'épidémie fait des ravages aux Antilles et menace de débarquer en métropole...

Le moustique tigre peut se piquer de faire trembler la France. A l'origine d'une grosse flambée de dengue et de chikungunya aux Antilles, l'insecte pourrait bien également importer l'épidémie en métropole. 20 Minutes fait le point sur la situation sanitaire alors que Marisol Touraine, la ministre de la Santé, effectue un déplacement sur le sujet aux Antilles, à partir de mercredi...

Où en est l'épidémie dans les Antilles?
«Majeure». Voilà le mot qu'a choisi Marisol Touraine pour qualifier l'épidémie de chikungunya aux Antilles. Avec «5.000 nouveaux cas par semaine», la ministre a décidé de se rendre sur place pour «marquer la mobilisation du gouvernement». La maladie a déjà «provoqué indirectement 33 décès chez les personnes âgées fragilisées», selon le ministère.

Les Faits: Une épidémie «majeure» aux Antilles

En tout, près de 100.000 personnes ont consulté un médecin pour cette maladie, soit environ 13,5 % de la population antillaise. Un millier d'entre elles ont dû être hospitalisées.

Y a-t-il eu des cas en métropole?
Publié ce mardi matin, le dernier bilan de l'Institut national de Veille sanitaire (InVs) fait état de «427 cas suspects de dengue ou de chikungunya signalés» depuis le 1er mai.

X

La Lettonie pourrait déclarer l'état d'urgence pour faire face à la peste porcine africaine

Traduction : SOTT

Image
La Lettonie pourrait déclarer un état d'urgence pour la zone est du pays, à proximité de la frontière avec la Bielorussie et la Russie, pour combattre une épidémie de peste porcine africaine chez certains sangliers et cochons domestiques.

La peste porcine a été découverte en Lettonie fin juin et plus tôt en Lithuanie et en Pologne. La maladie apparaît chez les porcs et les sangliers sauvages, et ses effets sont dévastateurs, souvent mortels, et aucun vaccin n'existe. Elle n'affecte pas les humains.

Jusqu'à présent, un total de huit sangliers sauvages et trois cochons domestiques ont été testés positifs en Lettonie.

« L'infection a commencé chez les sangliers sauvages et nous ne savons pas pendant combien de temps elle va continuer à se répandre », a dit Maris Balodis, chef du service chargé des questions alimentaires et vétérinaires du pays. « Aussi, les mesures que nous pouvons prendre dans une situation d'urgence sont préférables en ce moment. »

Commentaire: De manière intéressante, tandis que la Lettonie et la Russie se battent contre la peste porcine africaine, un autre virus tueur de porcs aux USA a exterminé plus de 10% de la population porcine. Lisez le fil de discussion de notre forum pour en apprendre davantage et voir comment diverses maladies virales ont le don d'apparaître soudainement pour faire grimper en flèche les prix du porc un peu partout. Coïncidence ?


Nuke

Fukushima : Tepco admet que la contamination soit descendue dans les couches profondes du sol

Fukushima
© Desconocido
Tepco admet « l'éventualité » que la contamination soit descendue dans les couches profondes du sol

Tepco admet finalement la « possibilité » que la contamination soit descendue dans les couches profondes du sol. Tepco l'a annoncé au cours de la conférence de presse extraordinaire du 24 juin 2014. Le Fukushima Diary signale cette possibilité depuis des mois (cf. La radioactivité augmente toujours, voir l'article précédent)

Tepco affirmait que les eaux extrêmement radioactives étaient descendues jusqu'à 15 m en sous-sol mais qu'elles avaient été arrêtées par la couche imperméable juste en dessous.
Or, dans un échantillon du 10 juin 2014, on relevait à nouveau entre 120 et 140 000 Bq/m³ de tritium à 25 m de profondeur en sous-sol.

Tepco est toujours « en investigation » pour en trouver la cause et ils affirment que la construction du mur congelé a pu accidentellement répandre la radioactivité.