SOTT Focus:


SOTT Logo Media

SOTT Focus: Résumé SOTT des changements terrestres - Mars 2022 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

Ces dernières années, l'hiver a continué à gagner du terrain sur le printemps, et cette année ne fait pas exception.
Résumé Sott mars 2022
© Sott.net
Une tempête hivernale tardive accompagnée de vents violents et de neige a balayé le nord-est des États-Unis qui a conduit à une chute des températures et rendu les déplacements périlleux. La vallée de l'Ohio a connu les plus fortes chutes de neige qui ont recouvert certaines parties de Nashville (Tennessee) et de Cincinnati. Certaines parties du Colorado, du Nouveau-Mexique, du Minnesota, du Dakota du Nord et de la Californie ont également signalé des chutes de neige tardives tout au long du mois. En outre, et à la suite d'une chute soudaine des températures et d'averses de neige qui ont engendré une très mauvaise visibilité pour les conducteurs, six personnes ont trouvé la mort dans un carambolage impliquant soixante véhicules sur l'Interstate 81 dans le comté de Schuylkill, en Pennsylvanie.

À la fin du mois, une grande partie du Royaume-Uni est restée soumise à des températures négatives en raison d'un souffle soudain d'air arctique qui a entraîné des chutes de neige jusqu'au sud de Londres. Les déplacements et l'alimentation électrique ont été perturbés dans les parties nord du pays.

Stormtrooper

SOTT Focus: Les forces armés ukrainiennes tirent sur la gare de Kramatorsk avec un de leurs missiles Tochka U et accusent la Russie

Le 8 avril 2022, les Forces Armées ukrainiennes (FAU) ont tiré sur la gare de Kramatorsk, où se trouvait une grande quantité de civils cherchant à évacuer la ville, avec un missile Tochka U, faisant plus de 30 morts et 100 blessés. Sans surprise l'Ukraine et l'Occident essayent de faire porter la responsabilité de ce carnage à la Russie. Sauf qu'il y a un gros problème : la Russie n'utilise plus de missiles Tochka U depuis plusieurs années.
missile Tochka U ukrainien
Le 8 avril vers 10 h 30 heure locale, alors que les habitants de Kramatorsk faisaient la queue à la gare pour évacuer la ville avant son encerclement complet, les Forces Armées ukrainiennes ont lancé sur la zone un missile Tochka U à sous-munitions, provoquant un véritable bain de sang : plus de 30 morts et plus de 100 blessés.

Video

Flashback SOTT Focus: Le documentaire d'Oliver Stone « Ukraine on Fire », ou comment les États-Unis (et non la Russie) ont détruit l'Ukraine — MàJ avec vidéos en vostfr + entretien doublé en français avec le réalisateur Igor Lopatonok

Le documentaire phare d'Oliver Stone, Ukraine on Fire (l'Ukraine en feu), est enfin disponible en Occident. Mise à jour du 9 avril 2022.
Ukraine on Fire
L'Ukraine, cette « frontière » entre la Russie et l'Europe dite « civilisée », est à feu et à sang. Depuis des siècles, elle est au cœur d'une lutte acharnée entre certaines puissances qui cherchent à contrôler ce riche territoire et l'accès de la Russie à la Méditerranée.

Le massacre de Maïdan début 2014 a déclenché un soulèvement sanglant qui a débouché sur l'éviction du président Viktor Ianoukovytch, la sécession de la Crimée et sa réintégration au sein de la Russie, et une guerre civile dans l'Est de l'Ukraine.

Les médias occidentaux ont présenté la Russie comme l'instigatrice de ces troubles, et cette dernière a été sanctionnée et unanimement condamnée. Mais la Russie était-elle vraiment responsable de ces événements ?

Commentaire: Voir aussi :


Arrow Down

SOTT Focus: Les racines nazies de la Maison de Saxe-Cobourg-Gotha (Windsor) mises en lumière par de nouvelles révélations

Au milieu de la tempête de désinformation orwellienne qui façonne notre monde actuel, le haut est devenu le bas, le blanc est devenu le noir et le bien est devenu le mal [plus que jamais sans doute - NdT].
Edouard VIII et les nazis
© Popperfoto/Getty ImagesLe duc de Windsor, qui fut pendant quelques mois en 1936 le roi Édouard, lors d'une tournée dans l'Allemagne nazie en 1937.
Bien que les maux du nazisme aient été vaincus principalement grâce aux sacrifices consentis par les Russes pendant la Seconde Guerre mondiale, il est de plus en plus courant d'affirmer que le véritable méchant de la grande guerre était Staline. Et en dépit du fait que les nazis refusant d'accepter le changement social et économique ont été absorbés par la machine de renseignement dirigée par les Five Eyes pendant la Guerre froide — lesquels ont donné naissance à des nazis de deuxième et troisième générations présents en Ukraine aujourd'hui — on nous répète que l'Ukraine est un temple de la liberté et un phare de la démocratie sur le territoire duquel nous devrions risquer d'allumer le feu nucléaire mondial pour le défendre.

Lorsque des vérités gênantes sont capables de percer l'illusion enivrée de Novlangue orwellienne qui a contaminé les grandes lignes de la pensée actuelle, elles constituent une véritable bouffée d'air frais. L'une de ces vérités concerne la reconnaissance par les médias mainstream de l'authenticité du contenu scandaleux et funeste de l'ordinateur portable de Hunter Biden. Ces révélations ont forcé les États-uniens à prendre conscience que leur actuel président a, sous le règne d'Obama, directement bénéficié des systèmes de pots-de-vin et de corruption qu'il supervisait alors qu'il était vice-roi d'une Ukraine infestée de nazis.

Gold Seal

SOTT Focus: La situation militaire en Ukraine et les racines du conflit, par le Centre français de recherche sur le Renseignement


Commentaire : L'article qui suit est peut-être le compte rendu le plus clair et le plus raisonnable de ce qui s'est passé en Ukraine. Son importance tient au fait que son auteur, Jacques Baud, colonel à la retraite des services de renseignement suisses, a été à plusieurs reprises un participant majeur et haut placé aux opérations de formation de l'Otan en Ukraine. Au fil des années, il a également eu de nombreux contacts avec ses homologues russes.


Poutine Maître du Jeu ?
Première partie : en route vers la guerre

Pendant des années, du Mali à l'Afghanistan, j'ai travaillé pour la paix et ai risqué ma vie pour elle. Il ne s'agit donc pas de justifier la guerre, mais de comprendre ce qui nous y a conduit. Je constate que les « experts » qui se relaient sur les plateaux de télévision analysent la situation à partir d'informations douteuses, le plus souvent des hypothèses érigées en faits, et dès lors on ne parvient plus à comprendre ce qui se passe. C'est comme ça que l'on crée des paniques.

Le problème n'est pas tant de savoir qui a raison dans ce conflit, mais de s'interroger sur la manière dont nos dirigeants prennent leurs décisions.

Essayons d'examiner les racines du conflit. Cela commence par ceux qui durant les huit dernières années nous parlaient de « séparatistes » ou des « indépendantistes » du Donbass. C'est faux. Les référendums menés par les deux républiques auto-proclamées de Donetsk et de Lougansk en mai 2014, n'étaient pas des référendums d'« indépendance » (независимость), comme l'ont affirmé certains journalistes peu scrupuleux, mais de référendums d'« auto-détermination » ou d'« autonomie » (самостоятельность). Le qualificatif « pro-russes » suggère que la Russie était partie au conflit, ce qui n'était pas le cas, et le terme « russophones » aurait été plus honnête. D'ailleurs, ces référendums ont été conduits contre l'avis de Vladimir Poutine.

En fait, ces Républiques ne cherchaient pas à se séparer de l'Ukraine, mais à avoir un statut d'autonomie leur garantissant l'usage de la langue russe comme langue officielle. Car le premier acte législatif du nouveau gouvernement issu du renversement du président Ianoukovitch, a été l'abolition, le 23 février 2014, de la loi Kivalov-Kolesnichenko de 2012 qui faisait du russe une langue officielle. Un peu comme si des putschistes décidaient que le français et l'italien ne seraient désormais plus des langues officielles en Suisse.

Cette décision provoque une tempête dans la population russophone. Il en résulte une répression féroce contre les régions russophones (Odessa, Dniepropetrovsk, Kharkov, Lougansk et Donetsk) qui s'exerce dès février 2014 et conduit à une militarisation de la situation et à quelques massacres (à Odessa et à Marioupol, pour les plus importants). À la fin de l'été 2014, ne restent que les Républiques auto-proclamées de Donetsk et de Lougansk.

Bad Guys

SOTT Focus: Deux semaines pour aplanir le monde

« Tout ceci n'est qu'une digression. Le vrai pouvoir, celui pour lequel nous devons nous battre nuit et jour, n'est pas le pouvoir sur les choses, mais sur les hommes. Comment un homme affirme-t-il son pouvoir sur un autre ? ... En le faisant souffrir. L'obéissance ne suffit pas. S'il ne souffre pas, comment pouvez-vous être sûr qu'il obéit à votre volonté et non à la sienne ? Le pouvoir consiste à infliger la douleur et l'humiliation. Le pouvoir consiste à mettre en pièces des esprits humains et à les reconstituer dans des formes nouvelles qu'il aura choisies. Commencez-vous à entrevoir, alors, le genre de monde que nous sommes en train de créer ? »

~ George Orwell, 1984
« Nous devenons esclaves au moment où nous remettons entièrement les clés de la définition de la réalité à quelqu'un d'autre, qu'il s'agisse d'une entreprise, d'une théorie économique, d'un parti politique, de la Maison Blanche, de Newsworld ou de CNN. »
~ B.W. Powe
Le Covid-19 a disparu comme par magie.

coronavirus
Après plus de deux ans de bombardement ininterrompu de « nouvelles » sur le Covid, cela fait plus d'une semaine qu'aucun article sur le sujet ne fait la Une. Les médias donnent et les médias reprennent. En escamotant soigneusement la « crise Covid », les responsables de ces méfaits tentent de nous faire oublier ce qu'ils nous ont fait, à nous et à nos familles, et les dommages permanents qu'ils ont causés à la société. Repensez à ce qu'était la vie il y a deux ans et imaginez si quelqu'un vous disait qu'une « urgence sanitaire » nécessiterait une répression de toute vie sociale et économique.

Pills

SOTT Focus: De la grippe A(H1N1) à la Covid-19 : l'OMS ne répond plus qu'aux industriels

C'est avec un très vif plaisir que nous accueillons ce jour Michel Cucchi en tant que nouveau membre AIMSIB . Docteur en médecine, docteur en sociologie et directeur d'hôpital, il travaille sur le risque collectif depuis une quinzaine d'années, autant dire que la gestion de la pandémie de covid par les institutions sanitaires a mis sa rigueur intellectuelle à rude épreuve car les prodromes de cette catastrophe étaient déjà perceptibles en 2009. Leurs échos nous aident à comprendre la perversité de la situation sanitaire actuelle et proposent quelques pistes pour en sortir. Voici une démonstration remarquable de la perversité de la situation sanitaire actuelle, ce coup-ci par écrit (*). Très bonne lecture.
aaaaaaaaaaa
Ce document propose une compréhension des modes d'influence de l'industrie du médicament sur la décision publique en prenant appui sur la gestion aujourd'hui correctement documentée de la grippe A(H1N1) et en prolongeant la réflexion sur la gestion de la pandémie de covid. Il propose cinq pistes pour une réappropriation de la santé par les autorités publiques dans un régime démocratique.

Gold Bar

SOTT Focus: La Russie fixe le prix de l'or et relance les achats officiels de lingots

La banque centrale de Russie a repris lundi ses achats d'or auprès des banques locales, mais elle a défini un prix fixe pour le métal précieux. À partir de cette semaine, la banque centrale russe paiera un prix fixe de 5 000 roubles (52 $) par gramme entre le 28 mars et le 30 juin, a déclaré la banque vendredi. Ce prix est inférieur à la valeur actuelle du marché, qui est d'environ 68 dollars. La banque centrale a ajouté que la reprise des achats permettra de garantir l'approvisionnement et la production ininterrompue d'or local.
lingots d'or russes
© Shutterstock
Il y a deux semaines, la banque centrale russe avait annoncé qu'elle mettait fin à ses achats officiels d'or auprès des banques locales en raison d'une hausse de la demande des consommateurs ordinaires. En effet, lorsque le rouble s'est effondré, les Russes ont en mars massivement acheté de l'or pour protéger leurs économies. Les grandes banques russes ont signalé une ruée des consommateurs vers les lingots et les pièces. La Sberbank, la plus grande institution financière de Russie, avait alors indiqué que la demande d'or et de palladium avait quadruplé au cours des dernières semaines. Parallèlement, le ministère russe des finances a également qualifié l'or d'« alternative idéale » au dollar américain.

Commentaire: Voir aussi :


SOTT Logo

SOTT Focus: Sur le fait de disparaître

L'intégralité des archives d'On Contact, l'émission nominée aux Emmy Awards que j'ai animée pendant six ans pour RT America et RT International, a disparu de YouTube. L'interview avec Nathaniel Philbrick sur son livre sur George Washington a disparu. Disparue, la discussion avec Kai Bird sur sa biographie de J. Robert Oppenheimer. Disparue, mon exploration avec le professeur Sam Slote du Trinity College de Dublin sur Ulysse de James Joyce. Disparue, l'émission avec Benjamin Moser sur sa biographie de Susan Sontag. Disparue, l'émission avec Stephen Kinzer sur son livre sur John Foster Dulles et Allen Dulles.
Chris HEDGES
Disparus aussi, les entretiens avec les critiques sociaux Cornel West, Tariq Ali, Noam Chomsky, Gerald Horne, Wendy Brown, Paul Street, Gabriel Rockwell, Naomi Wolff et Slavoj Zizek. Disparus, les entretiens avec les romanciers Russell Banks et Salar Abdoh. Disparue, l'interview de Kevin Sharp, ancien juge fédéral, sur le cas de Leonard Peltier. Disparus, les entretiens avec les économistes David Harvey et Richard Wolff. Disparus, les entretiens avec les vétérans et diplômés de West Point Danny Sjursen et Eric Edstrom sur nos guerres au Moyen-Orient. Disparues, les discussions avec les journalistes Glenn Greenwald et Matt Taibbi. Disparues, les voix de ceux qui sont persécutés et marginalisés, notamment l'avocat des droits de l'homme Steven Donziger et le prisonnier politique Mumia Abu Jamal. Aucune des émissions que j'ai réalisées sur l'incarcération de masse, où j'interviewais des personnes libérées de nos prisons, n'est plus présente sur YouTube. Les émissions avec les caricaturistes Joe Sacco et Dwayne Booth ont disparu. Ils ont fondu dans l'air, sans laisser un seul support derrière eux.

Syringe

SOTT Focus: Les effets dévastateurs de la protéine spike du Sras-Covid et des « vaccins » associés — Une « toxine foreuse » qui perfore les membranes cellulaires !

La protéine spike fait des trous dans les membranes cellulaires à des concentrations bien inférieures à celles atteintes par la « vaccination », contribuant à une maladie de type Covid et à des dommages mitochondriaux. Mais qu'en est-il pour le « vaccin » Johnson & Johnson ? [J&J est le seul « vaccin » qui détruit le site de clivage de la furine, voir plus loin dans l'article - NdT]
Protéine Spike
© Inconnu
La protéine spike des « vaccins » Covid subsiste chez l'être humain pendant au moins quatre mois après l'injection. Il s'agit d'une toxine qui perfore directement les membranes cellulaires. Elle provoque des lésions mitochondriales dans les cellules et une maladie de type Covid chez les souris.

Mais se retrouve-t-elle chez l'être humain à des concentrations qui créeraient ces problèmes ? Et les modifications apportées aux protéines spike du « vaccin » sont-elles susceptibles de réduire cette toxicité ?

Cet article est le premier d'une série dans laquelle je décrirai les mécanismes potentiels de la toxicité de la protéine spike et des effets secondaires des « vaccins », et je présenterai des mesures que les « vaccinés » peuvent prendre pour se protéger contre ces effets, voire en guérir. Dans ce premier article de la série, nous examinons la protéine spike en tant que toxine capable de percer des trous minuscules. Tout d'abord, quelques informations essentielles.

Commentaire: Voir aussi les articles suivants :