Bienvenue à Sott.net
jeu., 08 déc. 2022
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Black Magic

À quoi jouent les États-Unis et l'Allemagne ? par Thierry Meyssan

Sous nos yeux, l'Allemagne, qui vient de perdre son approvisionnement en gaz russe et ne pourra en obtenir au mieux que le sixième en Norvège, s'enfonce dans la guerre en Ukraine. Elle devient la plaque-tournante des actions secrètes de l'OTAN qui agit, en définitive, contre elle.
jjjj
Le conflit actuel est particulièrement opaque lorsque l'on ignore les liens entre les straussiens US, les sionistes révisionnistes et les nationalistes intégraux ukrainiens.

Blackbox

Est-ce que l'éclatement de l'Otan est possible ?

Kiev a préparé une demande d'entrée dans l'Otan de manière accélérée. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky a déclaré que l'Ukraine doit faire partie de l'UE et devenir membre de l'Otan.
fghj
« Nous voyons beaucoup de soutien ; cependant, nous avons besoin de plus que des mots et des promesses vides. On nous a dit : la porte est ouverte. Mais, jusqu'à présent, l'accès est uniquement autorisé. On voit que tous les membres de l'Alliance ne veulent pas nous voir comme membre. Soyons honnêtes », a déclaré Volodymyr Zelensky lors de son discours à la Conférence de Munich sur la sécurité.

Handcuffs

Comment l'Europe sombre dans le totalitarisme - par John Laughland

John Laughland , philosophe et essayiste, représentant éminent de la tradition conservatrice britannique, nous raconte comment il a été détenu par la police deux heures alors qu'il venait d'atterrir à Londres en fin de soirée, vendredi 7 octobre. Le motif ? Avoir dirigé il y a quelques années un institut visant à favoriser le dialogue avec la Russie.
kiuj

John Laughland
Radiographie implacable de la fin de l'état de droit dans le pays qui avait donné à l'Europe le "rule of law" et "l'habeas corpus". L'Europe et le monde occidental sombrent dans le totalitarisme. À vrai dire, nous y sommes déjà !

Jet5

Pepe Escobar : La terreur sur le pont de Crimée oblige la Russie à déclencher un « shock'n awe »

L'attaque terroriste contre Krymskiy Most - le pont de Crimée - a été la goutte d'eau proverbiale qui a fait déborder le vase en Eurasie. Le président russe Vladimir Poutine l' a bien résumé : « Il s'agit d'une attaque terroriste visant à détruire l'infrastructure civile critique de la Fédération de Russie.
fghj
Le chef de la commission d'enquête russe, Alexander Bastrykin, a confirmé face à face avec Poutine que l'acte de terreur sur le pont avait été menée par le SBU - les services spéciaux ukrainiens.

HAL9000

American Pravda : Gazoducs et Calamités

L'Europe est confrontée à sa pire crise énergétique depuis des générations, de nombreuses usines sont en train d'y fermer, et on s'attend à ce que l'hiver qui approche apporte son lot de graves privations. L'Allemagne, très industrialisée, est particulièrement durement frappée, avec plus de la moitié des petites et moyennes entreprises craignant d'être contraintes de mettre la clé sous la porte,une catastrophe économique qui présente des proportions dignes de la Grande Dépression.
ghjk
Le seul espoir de salut à court terme était la fin des sanctions autodestructrices que ces pays avaient imposées à la Russie, ce qui aurait permis le retour du gaz naturel russe abondant et peu onéreux avec la réouverture du robinet des gazoducs russes Nord Stream.

Pi

Derrière l'Ukraine, c'est toute la géopolitique planétaire qui est remise en question - par Jean Goychman

Jean Goychman nous propose une relecture de la géopolitique mondiale depuis 1945. Tout se passe, en effet, comme si les Occidentaux n'avaient pas voulu envisager 1989-1991 comme une fin de cycle (la guerre froide) mais comme un simple jalon dans une histoire inachevée, celle de la destruction de la puissance russe et de la marche des USA vers la domination en Eurasie.
bnm,

President Vladimir Putin et le Ministre de la Défense Sergei Shoig
Dans son discours du 30 septembre, Vladimir Poutine est allé au fond des choses. Depuis plus d'un siècle, un plan longuement élaboré pour arriver à mettre toute la population mondiale sous l'autorité d'un gouvernement unique. La première impulsion a été donnée par un groupe de jeunes lords anglais, conscient que l'élite britannique avait vocation à diriger le monde « pour le plus grand bien de l'humanité ». La puissance de la marine britannique, conjuguée à leur puissance financière au travers de la livre Sterling leur a permis de réaliser le Commonwealth.

Oil Well

Blinken : Washington envisage des mesures de rétorsion, y compris contre Riyad, après la décision de l'OPEP+

Blinken
© A News
Le secrétaire d'État américain, Anthony Blinken
Jeudi, le secrétaire d'État américain, Anthony Blinken, a déclaré que « les États-Unis étudiaient un certain nombre de mesures de rétorsion, notamment contre l'Arabie saoudite, après la décision de l'OPEP+ de réduire la production de pétrole ».

« En ce qui concerne nos relations ultérieures avec l'Arabie saoudite, nous envisageons un certain nombre de réponses possibles, en consultation avec le Congrès. Nous ne ferons certainement rien qui soit incompatible avec nos intérêts », a ajouté le ministre lors d'une conférence de presse à Lima.

Bulb

Ne participons plus au totalitarisme !

« Être des phares dans la tempête, démontrer qu'une autre voix est possible, à part cela, il n'y a plus grand-chose à faire », nous dit Caroline Escartefigues, psychologue clinicienne que nous avons rencontrée dans le Gard. Si vous n'avez plus envie d'entendre parler du Covid, pensez que nous parlons d'autre chose, car c'est ici encore une fois la démonstration que le Covid n'est qu'un épiphénomène, un symptôme d'un mal bien plus grand qui voit maintenant se concrétiser un effondrement de civilisation.
ghjk
Il vous reste donc à choisir, fermer les yeux et accompagner la chute, qui vous verra tomber aussi, ou les ouvrir et espérer enrayer ce qui est en cours. Il faudra pour cela sortir de la Science comme religion, pour revenir vers une science en conscience, accepter de s'ouvrir à une forme de spiritualité, agir collectivement de façon réellement subversive, faire un travail sur soi...

Brain

La politique par d'autres moyens

Putin &  General von Clausewitz
À l'exception peut-être du grand Sun Tzu et de son « Art de la guerre », aucun théoricien militaire n'a eu un impact philosophique aussi durable que le général prussien Carl Philipp Gottfried von Clausewitz. Ayant participé aux guerres napoléoniennes, Clausewitz s'est consacré, à la fin de sa vie, à l'ouvrage qui allait devenir son œuvre emblématique, un tome dense intitulé simplement « Vom Kriege » - De la guerre. L'ouvrage est une méditation sur la stratégie militaire et le phénomène sociopolitique de la guerre, fortement imprégnée de réflexions philosophiques. Bien que De la guerre ait eu un impact durable et indélébile sur l'étude des arts militaires, le livre lui-même est parfois assez difficile à lire - un fait qui découle de la grande tragédie que Clausewitz n'a jamais pu le terminer. Il est mort en 1831, à l'âge de 51 ans seulement, avec son manuscrit dans un désordre non édité ; et c'est à sa femme qu'il a incombé de tenter d'organiser et de publier ses documents.

USA

« Les États-Unis ne considèrent pas l'Ukraine comme un allié de l'OTAN, mais comme de la chair à canon », titre le Global Times

usa ukraine jeu échec
À l'occasion d'un récent vote du Conseil de sécurité de l'ONU, la Chine, de même que l'Inde, le Brésil et le Gabon ont refusé de condamner les référendums de rattachement de quatre ex-régions d'Ukraine à la Russie. En dépit des fantasmes occidentaux qui rêvaient de voir la Chine prendre ses distances avec la Russie, il n'y a eu aucune surprise du côté de la position chinoise qui est restée inflexiblement constante... La vision chinoise (ô combien réaliste) de l'implication occidentale en Ukraine est aujourd'hui résumée dans un titre du Global Times : « US doesn't see Ukraine as NATO ally, but as de facto cannon fodder » - « Les USA ne considèrent pas l'Ukraine comme un allié de l'OTAN, mais comme de la chair à canon » ! Notre camarade Gérard Luçon ne disait-il pas, avant même le 24 février, que l'Occident souhaitait faire la guerre à la Russie
« jusqu'au dernier ukrainien » ? Les bandéristes ukropithèques sont indéniablement bien partis pour exaucer ce vœu si cher au cœur (aussi bien qu'au porte-monnaie...) de leurs sponsors, héritiers de la doctrine Truman, sinistre personnage qui, alors qu'il n'était encore que sénateur, avait recommandé en 1941 (au moment même où Washington faisait économiquement et diplomatiquement pression sur le Japon pour qu'il se joigne à la croisade militaire antibolchévique du Reich), de laisser l'Allemagne nazie et l'Union Soviétique s'entre-détruire mutuellement et de les y aider, comme étant la meilleure méthode pour favoriser les intérêts américains...