Bienvenue à Sott.net
ven., 26 août 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Health

Danger : des nanoparticules dans nos assiettes

A notre insu, les nanoparticules ont envahi notre environnement quotidien. Présentes dans de multiples produits de consommation courante - crèmes solaires, textiles, articles de sport, carburants, pneus, appareils électroménagers, panneaux solaires, ciments, peintures, vernis, équipements médicaux... - , elles se sont aussi introduites, subrepticement, dans nos assiettes. Cela, sans que le consommateur en soit averti par un étiquetage spécifique, pourtant requis par la réglementation européenne. Et, surtout, sans qu'il se doute des dangers potentiels de ces substances. C'est ce que révèle une enquête de l'association Agir pour l'environnement, rendue publique mercredi 15 juin.

© Google
Un peu de nano ?

Commentaire :
Certaines nanoparticules (naturelles ou artificielles), diffusées dans l'environnement, notamment par l'air ou via les eaux usées 4, causent les problèmes inflammatoires pulmonaires les plus vifs 5, et sont fortement suspectées d'avoir des effets négatifs sur l'environnement 6, et sur la santé quand elles sont inhalées ou qu'elles pénètrent le corps via la peau, l'eau ou l'alimentation ; « Les études toxicologiques démontrent clairement que la très petite taille des nanoparticules est un élément-clé au niveau de la toxicité, surtout au niveau des particules non ou peu solubles (...) les propriétés de surface, la capacité à induire des radicaux libres ou à libérer certains ions peuvent également influer substantiellement sur la toxicité. Plusieurs effets pulmonaires ont été documentés dont la capacité de certaines nanoparticules à induire des granulomes pulmonaires. Les données actuellement disponibles semblent indiquer par ailleurs que l'absorption cutanée serait relativement limitée » (Source : Ostiguy et al., février 2006 7). (Source : Wikipedia )

Commentaire: Lire aussi :


Bacon n Eggs

Le cholestérol n'est vraiment pas le méchant auquel nous pensions

Traduction : SOTT

Pendant des années, nous avons été endoctrinés à éviter le cholestérol : qu'en serait-il si cette affirmation était fausse ? En fait, le cholestérol est un matériau de construction indispensable à notre corps et il constitue une clé pour être en bonne santé. Tout se résume à savoir ce qu'il faut conserver et abandonner dans notre alimentation.

Commentaire : La consommation de graisses saturées n'explique en RIEN le nombre de maladies cardio-vasculaires ! La question qui se pose à nous aujourd'hui, c'est de comprendre pourquoi soixante ans ans après, nous en sommes toujours à croire un mythe. Parce que, et comme l'explique Gary Taubes dans ses ouvrages sur le sujet, « ces recommandations, qui vouent aux gémonies les graisses d'origine animale, ne sont pas fondées sur des études scientifiques sérieuses. ». Il suggère « qu'elles sont largement en cause dans l'épidémie d'obésité qui frappe les États-Unis (et les pays « occidentalisés »). Il montre « comment l'industrie agroalimentaire s'est emparée de cette aubaine, créant un énorme marché de produits pauvres en graisses. ». Et Big Agra était ravie, et l'est depuis plusieurs décennies, tout comme Big Pharma. Voir les deux articles ci-dessous pour comprendre en quoi les études utilisées pour vouer aux gémonies les graisses saturées ne sont pas sérieuses, comprendre pourquoi et comment le mythe a duré aussi longtemps et quelles en sont les conséquences aujourd'hui.

Le cholestérol est-il un AMI ou un ENNEMI ?

© Frédérique Koulikoff
Athérosclérose - Coupe schématique d'une artère saine et d'une artère athéroscléreuse
Nous avons besoin de cholestérol pour fonctionner correctement. Le cholestérol fait partie de la famille des lipides tout comme les acides gras saturés et les acides gras poly-insaturés, et il constitue un matériau de construction essentiel de notre corps. Le cholestérol n'est pas un nutriment dit « essentiel » (bonne nouvelle pour les végétariens/végétaliens), ce qui signifie que notre corps peut le fabriquer lui-même sans qu'il soit nécessaire d'en absorber via l'alimentation.

Le cholestérol a plusieurs fonctions dans notre organisme. Chaque cellule du corps l'inclue dans la constitution de sa membrane (parmi d'autres lipides), notre peau s'en sert pour synthétiser la vitamine D avec l'aide du Soleil, et certaines hormones sont constituées de cholestérol. Les hormones sexuelles, comme l'œstrogène, la progestérone et la testostérone, sont fabriquées à partir de cholestérol. Les glandes surrénales l'utilisent pour former des hormones intervenant dans les situations de stress comme le cortisol. Nous avons également besoin de cholestérol pour la formation de bile, un suc digestif utile dans la digestion des graisses de notre alimentation.

Commentaire: Pour aller plus loin sur les graisses saturées en général : Et ne manquez pas la vidéo sous-titrée en français et réalisée par l'équipe de SOTT sur la controverse des graisses saturées.




Magic Wand

Équilibrez vos hormones naturellement

Traduction : SOTT

Que ce soit dans mon cabinet privé ou lors de mes sessions Skype, il y a une question qui revient maintes et maintes fois. Même après être passé par le régime et les compléments alimentaires, tout le monde veut savoir : « Qu'est-ce que je peux faire maintenant (pour aider mes hormones) ? ».
© sheknows.com
Au cours des années (par des années, je veux dire les treize années de pratique - ouhhh où est passé ce temps ?), j'en suis venue à découvrir une habitude simple qui peut faire toute la différence dans vos hormones.

Petit rappel du contexte avant de commencer

Quand on pense « hormones », on a tendance à porter toute l'attention sur la glande thyroïde. On pourrait dire que la thyroïde est une star de cinéma dans le genre système endocrinien, pour deux raisons :
  1. Elle est facile à tester. Les tests sanguins pour la thyroïde sont des tests de routine vérifiant l'état de cette glande, même s'ils ne sont pas infaillibles.
  2. Elle est facile à traiter. Il existe des médicaments qui sont facilement prescrits pour traiter les problèmes thyroïdiens, même s'ils peuvent ne pas être la réponse à votre cas médical. Même avec cette situation de « star », votre thyroïde n'est pas votre système endocrinien dans son ensemble.
Bien ... vous avez saisi ? Votre thyroïde n'est PAS votre système endocrinien.

Bacon n Eggs

Ancel Keys : graisses, cholestérol et 60 ans de propagande mensongère !

© Inconnu
Les graisses saturées sont vitales pour le corps et l'esprit, et il a été démontré que diminuer leur consommation conduisait à une augmentation d'une multitude de maladies et de la mortalité.

Commentaire : À l'heure où plusieurs parlementaires français (députés de droite comme de gauche) déposent une proposition de loi visant à rendre obligatoires les menus végétariens dans les cantines scolaires (jeudi 8 octobre 2015), tout en arguant que, se faisant, nos chers enfants ne risquent aucun problème de santé, il n'est que temps de remettre, une fois de plus, les pendules à l'heure en ce qui concerne les bienfaits d'une alimentation riche en graisses saturées - issues notamment des protéines animales - absolument nécessaires au bon fonctionnement cellulaire.



Cela fait un moment que je veux parler des graisses et notamment des graisses saturées, mais je ne savais pas par où commencer. C'est vrai quoi les graisses, le mythe du cholestérol​, le mythe des soi-disant graisses saturées tout est lié et par conséquent c'est difficile de trouver un enchaînement logique. Gné ? Là je vous vois vous dire « bordel Guillaume qu'est ce que tu racontes maintenant ?!​ Le cholestérol et les graisses saturées sont des mythes ?!
 » .

OUI ! Plusieurs fois on m'a attaqué avec des commentaires du style : « Non, mais tu racontes n'importe quoi il faut fuir les graisses saturées dans une alimentation saine et équilibrée car ça augmente le CHOLESTÉROL ! » En lisant ça parfois je pleure, parfois je rigole, mais à chaque fois j'me dis « faut faire un article pour rétablir un peu de vérité »... puis je procrastine, saleté de procrastination ! Je te vaincrai un jour, JE TE VAINCRAI... mais on verra ça demain.

On commence donc avec le commencement et un petit bond en arrière dans les années 50 à la rencontre de l'homme qui a bouleversé l'histoire de la nutrition, Ancel Keys.

« L'épidémie » de crise cardiaque et l'arrivée d'Ancel Keys

Une maladie inexpliquée

Aux États-Unis, dans les années 50, tout le monde s'inquiète car les hommes mourraient de plus en plus de crises cardiaques. Avec les autopsies, ils constatent rapidement la présence de cholestérol dans les artères et celui-ci devient donc le suspect numéro 1. Les scientifiques pensent donc qu'il faut réduire​ la consommation de cholestérol alimentaire pour réduire les risques. Mais dès 1952, cette hypothèse est écartée car il est constaté que le cholestérol alimentaire n'a pas beaucoup d'impact sur le cholestérol sanguin. Ce constat c'est un certain Ancel Keys qui le fait. Pour comprendre la suite de l'histoire il faut bien cerner le personnage.

Commentaire: France 5 a diffusé le 6 octobre dernier, le documentaire de Bruno Timsit intitulé Cholestérol, le coupable idéal et diffusé dans le cadre d'une soirée thématique elle-même titrée Le danger du cholestérol - Mythe ou réalité. Nous vous en proposons ici le visionnage intégral de ce documentaire.


Nous ajoutons également et pour étoffer encore un peu plus l'article, l'excellente interview du docteur de Lorgeril qui est aussi chercheur au CNRS, intitulée L'arnaque du cholestérol et des statines.


Et cette autre vidéo que vous trouverez dans l'article : La controverse des graisses ce que vous ignorez sur les bonnes graisses


Bacon n Eggs

Malbouffe industrielle et Santé : que vive le bon gras !


Comment: Si les fous qui nous gouvernent n'ont pas ravagé la planète d'ici-là, si les sorciers noirs de l'agrochimie et des biotechnologies n'ont pas exterminé, par leurs sciences et leurs brevets, tout ce qui reste encore de naturel et de vivant sur cette terre, si les changements terrestres qui se profilent à l'horizon ne se hâtent que moyennement, imaginons, déraisonnablement, l'émergence rapide d'un nouveau paradigme nutritionnel ou le gras retrouverait la juste place qui est la sienne... et notre santé, tout son éclat :

Le National Obesity Forum (Grande-Bretagne) vient de rendre public un rapport qui bouscule les idées préconçues enfoncées dans nos têtes depuis le développement accéléré et généralisé de la malbouffe industrielle. Manger des graisses animales et végétales est bon pour la santé ! À condition toutefois que ces graisses n'aient pas été intentionnellement modifiées par hydrogénation partielle. Naturellement les critiques souvent violentes ont été immédiates. Manger des œufs, de la viande grasse, des fromages, du beurre, permet, selon ce rapport, de réduire l'obésité, le diabète de type 2 et les pathologies qui y sont associées.

Ce rapport sulfureux considère que le corps médical s'est focalisé sur l'apport en calories des aliments mais n'a pas dirigé son approche sur la qualité des aliments dans leur globalité. Et c'est là la grande erreur. Tant en Grande-Bretagne qu'aux USA, deux personnes sur trois souffrent de surpoids et la raison en est l'alimentation constituée de plats cuisinés produits industriellement. C'est plus facile, plus rapide et on a plus de temps pour regarder la télévision. Qui sait exactement ce que contient une soupe de légumes prête à être réchauffée que l'on trouve sur les linéaires de n'importe quel supermarché ? Qui connait la provenance des ingrédients d'une pizza congelée prête à être mise au four ? Ne parlons même pas des pâtisseries qui peuvent se conserver 8 jours voire plus sans que leurs propriétés gustatives aient été dégradées.

Cow Skull

Pollution marine : effet du plastique sur les poissons... que nous mangeons


Commentaire : Est-il possible de croire que nous ayons réussi à polluer les 1,37 milliard de kilomètres cubes d'eau salée présents sur notre planète ? Oui. Avec moult variations sur le thème ; c'est qu'il conviendrait de préciser où l'on pourrait ne pas trouver de plastiques, ou d'autres polluants, sur Terre, cela serait plus rapide. Un aperçu de notre présent, fait de paillettes en plastiques qui augurent bien mal d'un avenir brillant :

© Sputnik/Alexei Filippov
La pollution des océans causée par des particules microscopiques de plastique ne tardera pas à se répercuter sur la santé de l'homme, qui consomme des poissons de mer.

Les chercheurs continuent à étudier les conséquences de la pollution des océans par les déchets plastiques. Une étude récemment effectuée dans ce domaine a donné des résultats inquiétants: des générations entières de poissons considèrent les matières plastiques comme un plat gourmand et les consomment avec satisfaction. On dirait des adolescents qui préfèrent le fastfood à la cuisine santé...

Les biologistes de l'université d'Uppsala (Suède) ont révélé l'effet des particules de plastiques sur les œufs de poissons, rapporte le magazine Science.

Eggs Fried

Pourquoi vos grands-parents n'avaient pas d'allergies alimentaires... mais vous oui

Est-ce-que vos grands-parents avaient des allergies alimentaires ? Les miens non. Une comparaison de l'épidémie croissante des allergies alimentaires, s'aggravant à chaque génération.



Alors, pourquoi vos grands-parents n'avaient pas d'allergies alimentaires ? C'est vraiment très simple...

1) Ils mangeaient des aliments entiers et de saison.

La nourriture provenaient de fermes et de petits marchés dans les années 1900, et parce que les conservateurs alimentaires n'étaient pas encore largement utilisés, la nourriture était fraiche. En raison de l'absence de produits alimentaires transformés, leur régime étaient riche en nutriments leur permettant d'obtenir la nutrition dont ils ont besoin de par leur alimentation.

Pour les bébés, le lait maternel a été précieux et il était toujours de saison.

2) Ils ne faisaient pas de régime, et ne jouaient pas à des jeux restrictifs avec leur corps et leur métabolisme. Ils mangeaient de la nourriture lorsque la nourriture était disponible.

Nos grands-parents n'étaient pas victimes de régimes à la mode, du marketing alimentaire, du calcul des calories, et d'autres habitudes alimentaires néfastes qui sont populaires aujourd'hui (en partie parce que l'infrastructure de commercialisation n'existait pas encore). En raison de cela, ils avaient un métabolisme sain, et mangeaient selon les besoins et les envies de leur corps.

Commentaire: 6b) Ils ne recevaient pas un tas de vaccins

8) Les variétés de blé n'avaient pas encore été sélectionnées pour contenir un maximum de gluten


Cookies

De la drogue dans nos assiettes : le prix de nos dépendances


Commentaire : A l'heure ou l'on découvre que la majorité des problèmes de santé sont directement liés à l'alimentation, pourquoi ne pas tenter, devant la difficulté que peut représenter une révolution alimentaire personnelle, de redéfinir d'abord notre rapport à celle-ci ? C'est que si l'on écoute la propagande des médecins-nutritionnistes-spécialistes officiels, médiatisés, arrogants, qui ne reflètent eux-même que rarement la santé que leur savoir est censé nous apporter, il « faut manger de tout » et « savoir aussi se faire plaisir », parce que nous avons la chance d'avoir enfin accès à tous les types d'aliment et que, après tout, il n'y a pas de mal à se faire du bien...

En réalité, il est fort probable que ces deux dogmes préceptes soient responsables d'une bonne partie de l'état de santé catastrophique de l'humanité, prise dans son ensemble. Les autochtones du monde entier, de l'Arctique à l'Australie, de l'Afrique à l'Amérique du Sud, n'ont eu qu'a souffrir de l'introduction de nouveaux aliments et d'une nouvelle façon de manger. La notion de diversité alimentaire ne va t-elle pas à l'encontre de ce que la nature nous propose, par les spécificités du biotope dans lequel un être humain évolue et se développe à un endroit précis, au fil des saisons ?

Quand au gout et au plaisir, on constate que ceux-ci ont été trompés, pervertis. S'il ne s'agit pas non plus de faire de ses repas une affreuse routine quotidienne dénuée de toute délectation, il peut être utile de prendre conscience que la multitude des saveurs artificielles auxquelles nous sommes habitués, déjoue, elle, les signaux envoyés par notre corps, pour un résultat mortifère. Utile aussi de constater que la société moderne, loin de proposer l'épanouissement émotionnel, spirituel et créatif tant attendu, ne propose qu'une relation de dépendance, symptôme de toute les détresses, en toute chose, et en particulier concernant la nourriture. Substituts, compensations, récompenses : autant de béquilles psychologiques et affectives, inefficientes, négociées pourtant au prix de notre santé.


Percer le mystère de notre alimentation est devenu un cauchemar ! En abusant de notre confiance, l'industrie alimentaire, a révélé combien elle était prête à jouer avec notre santé. Chips, gâteaux, céréales, plats préparés, cuisine surgelée... en 50 ans, l'alimentation industrialisée a su se rendre indispensable. Les produits de cette industrie florissante occupent trois fois plus de rayonnage que les fruits et légumes dans les supermarchés.
© Infrarouge

Commentaire: Quelques pistes de réflexions :


Bacon n Eggs

Être végan peut-il vous tuer en haute montagne ? Oui

© Agencias
Maria Strydom y su esposo.
Un couple d'Australiens vegans voulait prouver que leur régime alimentaire n'empêchait pas de gravir l'Everest. Malheureusement, la jeune femme a succombé, son mari a été hospitalisé.

L'idée était louable. Prouver qu'être vegan n'empêche pas de réaliser certains exploits sportifs. Franchir les sept sommets les plus hauts du monde, dont l'Everest, par exemple. C'est le défi que s'était lancé un couple de scientifiques australiens, vegans, c'est-à-dire qui ne mange aucun produit ou aliment issu des animaux ou de leur exploitation.

Mais le défi du couple a viré au drame. Maria Strydom, 34 ans, est décédée lors de la descente. Elle a succombé à une embolie pulmonaire, liée au mal des montagnes. Rien n'indique que son régime alimentaire soit en cause dans son décès. "Après avoir atteint le sommet hier, elle a dit se sentir très faible et avoir une perte d'énergie (...) signes du mal des montagnes", a expliqué un sherpa qui accompagnait le couple à l'AFP.

Commentaire: Comme Sott.net le documente depuis de nombreuses années, une alimentation végétarienne ou végane est l'un des pires régimes pour être en bonne santé :


Cow Skull

Une super-bactérie cauchemardesque antibio-résistante de plus en plus répandue

© afp.com/Bodo Marks
La bactérie "cauchemardesque" en question est une souche mutante de la bactérie E. Coli qui résiste à tous les antibiotiques.
Déjà connue en Europe et en Chine, une super-bactérie résistante aux antimicrobiens a été découverte aux États-Unis et renforce les inquiétudes concernant la perte d'efficacité des antibiotiques.

Une super-bactérie résistant aux antimicrobiens a été identifiée pour la première fois aux États-Unis. Une femme de 49 ans souffre d'une infection urinaire provoquée par une souche mutante de la bactérie E. Coli qui résiste à tous les antibiotiques, y compris celui considéré comme la dernière ligne de défense appelé Colistine, selon une étude publiée jeudi dans la revue médicale Antimicrobial Agents and Chemotherapy.

Commentaire: L'élevage industriel, et l'agriculture moderne de manière générale, font aussi leur part de sale boulot, ici , en France et en Europe ; idem pour les sur-prescriptions médicamenteuses des médecins, encouragées par les labos :