Bienvenue à Sott.net
mar., 26 jan. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte


Health

L'ivermectine constitue-t-elle une alternative thérapeutique raisonnable contre le Sras-CoV-2 ?

Au cours des quatre dernières décennies, l'ivermectine a été prescrite à environ 3,7 milliards de doses dans le monde. Il s'agit avant tout d'un antiparasitaire, qui est aussi utilisé comme anti-viral, anti-bactérien, anti-cancéreux et anti-inflammatoire. C'est l'un des médicaments les plus sûrs créés dans l'histoire de la médecine et il est utilisé notamment contre le virus Ebola, le virus Zika et de nombreux autres parasites.
Ivermectine thérapie anti Sars-CoV-2 ?
© Capture YouTube
L'ivermectine fait par ailleurs partie du protocole proposé par le Dr.Gaby : « Covid-19 et vaccination expérimentale massive — Protégez-vous du pire grâce à ce protocole sanitaire »

Play

Les « vaccins » nouvelle génération et le Covid-19 — Interview intégrale du Docteur Christian Vélot (Mise à jour de la vidéo censurée)

Mise jour du 20 janvier 2020 : Étant donné que la vidéo initiale a été censurée (nous l'avons toutefois laissée comme élément de preuve), nous sommes remonté à la source. Vous trouverez donc ci-dessous la vidéo originale du Docteur Christian Vélot, inséré directement depuis le compte CRIIGEN de YouTube via le site Web du CRIIGEN, qui la propose en versions sous-titrée en espagnol et sous-titrée en anglais, au cas où vous souhaiteriez la partager avec des personnes qui ne comprennent pas le français. Du coup, la nouvelle vidéo (sous celle qui est censurée) est une vidéo et non pas un enregistrement audio comme stipulé dans l'article.

Puisque les vidéos disparaissent, mais pour le moment pas les écrits, vous pouvez aussi vous référer à l'article que nous avons publié et qui reprend les éléments contenus dans la vidéo : « CRIIGEN — Note d'expertise grand public sur les vaccins ayant recours aux technologies de modifications génétiques des organismes ».
Les explications du Dr Vélot, généticien moléculaire à l'Université Paris-Saclay et président du conseil scientifique du Comité de recherche et d'information indépendantes sur le Génie GENétique (CRIIGEN) fondé le 1er juin 1999, ont le mérite d'être claires et facilement accessibles à tous. Ce qui permet, au milieu de celles parfois confuses ou trop techniques, d'accéder à une meilleure compréhension de ce qu'est le Covid et de ce que sont les nouveaux « vaccins ». Merci à lui d'être aussi clair.
Christian Vélot
© Capture YouTube
Dans cette interview exclusive réalisée le 8 décembre 2020 par La chaîne qui pique sur YouTube, le docteur Christian Vélot commence par expliquer le principe des différents vaccins, des plus anciens aux plus récents. Puis il pointe les dangers potentiels de ces « vaccins nouvelle génération ».

Pour finir, le docteur en Biologie nous explique pourquoi le Covid-19 est loin d'être le virus extrêmement dangereux présenté par les médias de masse.

Note : la vidéo est un enregistrement audio :

Magnify

Le dispositif à ARNm anti-Covid n'est PAS un « vaccin », ni même un médicament, un traitement ou une thérapie — Alors, c'est quoi ?

La substance anti-Covid à ARNm préparée en laboratoire et désormais déployée par des militaires dans de nombreux pays du monde, n'est PAS un « vaccin ». Je le répète : ce n'est pas un « vaccin ». On peut certes le qualifier de beaucoup de choses, mais certainement pas de « vaccin ». Nous devons prendre conscience du fait que la fraudémique du Covid a rapidement accéléré les aspects technocratiques et transhumanistes du Nouvel Ordre mondial au point que des milliers de personnes font aveuglément la queue pour se faire injecter un « traitement » qui est aussi [et avant tout ? - NdT] un dispositif chimique, un système d'exploitation, un agent pathogène synthétique et un dispositif de production d'agents pathogènes chimiques. Comme nous l'avons vu dans un article précédent, cette nouvelle « concoction bizarre » anti-Covid constitue un tout nouveau type de technologie, potentiellement encore plus dangereux que le toxique vaccin moyen. Dans cet article, nous allons explorer plus en profondeur ce qu'est cette « concoction » à ARNm.
ADN et ARN
© Inconnu
Note du traducteur : Le choix a été fait de parler de « vaccin » uniquement pour définir que dans le cas de l'ARNm ce n'en est pas un, et pour parler de ce qu'il est dans son sens usuel. Dans tous les autres cas, le mot « vaccin » utilisé par l'auteur a été remplacé par d'autres mots ou expressions.

Quant à l'article précédent mentionné par l'auteur (publié le 10 janvier dernier), il fait le point sur les 10 choses à savoir sur cette « concoction » injectée dans le cadre de l'expérience qui constitue un viol du Code de Nuremberg et qui est dite « vaccinale » — pour soi-disant lutter contre le Covid-19 alors que les raisons sont selon toute apparence tout autres. Les sources en anglais ont été ajoutées pour permettre au lecteur de creuser plus loin : Sur les différents sujets listés ci-dessus, voir les articles suivants :

Les docteurs David Martin et Judy Mikovits expliquent que la « substance » anti-Covid n'est pas un « vaccin »


Voici le court extrait d'un échange entre les docteurs David Martin et Judy Mikovits (qui ont tous deux jusqu'à présent été très éloquents pour mettre en lumière les éléments relatifs à la soi-disant-pandémie de Covid) qui s'entretiennent avec Robert Kennedy Jr. et l'avocat Rocco Galati, lequel représente un groupe canadien de défense de la liberté qui poursuit en justice le gouvernement quant à la vaste escroquerie que constitue le Covid. David Martin fait valoir des points extrêmement importants sur le fait que nous ne pouvons pas étiqueter avec précision le dispositif que Moderna et Pfizer/BioNTech présentent de manière coercitive comme un « vaccin », puisque tant sur le plan médical que juridique, ça n'en est pas un :

Syringe

La Californie interrompt les injections d'un lot de vaccins Moderna Covid en raison d'un « nombre d'événements indésirables plus élevé que d'habitude »

Les responsables de la santé californiens demandent aux fournisseurs de vaccins d'arrêter d'administrer un lot de vaccins Covid-19 de Moderna, après qu'un nombre inhabituellement élevé de réactions indésirables ait été lié au médicament.
moderna
Les doses de Moderna Lot 041L20A sont soupçonnées de provoquer un «Nombre d'événements indésirables plus élevé que d'habitude» et devrait être mis de côté jusqu'à ce qu'une enquête appropriée puisse être menée, a déclaré dimanche le ministère de la Santé publique de Californie.

L'épidémiologiste d'État Dr Erica S. Pan a déclaré dans un communiqué que « Moins de 10 personnes » ont subi « une possible réaction allergique grave » et ont nécessité des soins médicaux au cours des 24 dernières heures après l'injection du lot spécifique de vaccins. Tous les incidents semblent s'être produits dans une seule clinique communautaire qui administrait le lot. Le site aurait fermé pendant plusieurs heures après la série d'effets indésirables, avant de passer à un autre lot du médicament.

Syringe

Au moins vingt-trois personnes décédées en Norvège quelques jours après avoir reçu le « vaccin » Pfizer/BioNTech — L'Agence norvégienne du médicament établit un lien

Mise à jour de dernière minute

Ce sont vingt-neuf personnes en Norvège — parmi celles âgées de plus de 75 ans qui ont reçu leur première injection — et 55 personnes aux États-Unis — parmi celles qui, selon les rapports soumis à un système fédéral, ont reçu soit le Moderna soit le Pfizer-BioNTech — qui sont déclarées mortes après avoir reçu la première injection du produit à ARNm dit vaccinal. Toujours aux États-Unis, et en plus des décès, il est fait état de 96 événements mettant la vie en danger, ainsi que de 24 handicaps permanents, 225 hospitalisations et 1 388 visites aux urgences.
Voici une nouvelle qui doit inquiéter en haut lieu les responsables d'une vaccination accélérée et non mesurée. Les responsables de la santé en Norvège affirment que vingt-trois personnes sont mortes dans les jours qui ont suivi l'injection de leur première dose « vaccinale » contre le Covid-19 de Pfizer. Selon le New York Post, les responsables de la santé norvégienne ont précisé que treize de ces vingt-trois décès, tous survenus dans des maisons de retraite, sont le résultat direct des effets secondaires du « vaccin ».
covid vaccin
© AP Photo
Un homme reçoit le 14 janvier 2021 un « vaccin » Covid-19 à Englewood dans le New Jersey aux États-Unis.
Sigurd Hortemo, médecin en chef de l'autorité sanitaire norvégienne a déclaré dans un communiqué :
« Les rapports suggèrent que les effets indésirables courants des vaccins à ARNm, tels que la fièvre et les nausées, pourraient avoir contribué à une issue fatale chez certains patients fragiles. »
Les treize personnes décédées avaient deux choses en commun : elles étaient âgées (au moins 80 ans) et fragiles.

L'Agence norvégienne du médicament a établi un lien entre treize décès et les effets secondaires du « vaccin » de Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, rapporte le média norvégien Norway Today, ce jeudi 14 janvier.

Syringe

Covid-19 et vaccination expérimentale massive — Protégez-vous du pire grâce à ce protocole sanitaire

En mars 2020, j'ai écrit l'article « D'abord ne pas nuire - Si les soins de santé primaires restent fermés, le bilan pour les personnes âgées sera pire que celui du Covid-19 ». Ma prédiction s'est avérée exacte. Pendant cette période, la pseudo-réalité du Covid-19 a altéré les soins de santé primaires jusqu'à les rendre presque méconnaissables.
Protestations anti-vaccins Covid
© Inconnu
Au cours de ma dernière année de pratique, j'ai décidé de donner la priorité à tout ce qui pouvait mettre en danger la vie des patients ou qui concernait les soins de santé primaires, en laissant la bureaucratie ou les suivis liés à la « pandémie » (qui en réalité se compose de personnes ne présentant AUCUN symptôme, du tout) au dernier rang de mes priorités (et l'administration me l'a en général reprochée). Cela m'a fait prendre conscience non seulement des dommages causés à notre société, mais aussi de l'absurdité qui règne aujourd'hui partout.

La campagne de vaccination a aujourd'hui concrètement commencé, tout comme la grippe hivernale saisonnière. Après un été et un automne sans aucun cas typique de Covid-19, les médecins renouent avec l'action. Certains viennent me voir pour des symptômes de la pneumonie Covid-19 que nous avons connue au printemps (et avant). Je soupçonne que les milliers de personnes qui ont déjà reçu les vaccins expérimentaux — approuvés contre le bon sens et les précautions élémentaires — sont liées à cette recrudescence. Par conséquent, et parce que je m'inquiète pour les millions de personnes qui envisagent de se faire vacciner — soit parce qu'elles croient que les vaccins Covid-19 les protégeront, soit parce qu'elles estiment n'avoir d'autre choix que de se les faire injecter — je me sens obligée d'écrire à nouveau.

Attention

FDA : le « vaccin » anti-Covid-19 peut déclencher 22 problèmes de santé graves, voire la mort !

La Food and Drug Administration états-unienne (FDA, Agence des produits alimentaires et médicaments) a discuté à huis clos d'une longue liste de problèmes de santé graves qu'occasionneront les « vaccins » contre le Covid-19. Ces « effets indésirables » ne sont pas rendus publics car les fabricants de vaccins et leurs cohortes de médias ont besoin que tout le monde croie que les vaccins sont « sûrs et efficaces ».
ikjuikjui
Mais la liste des effets secondaires est désormais publique. Une liste de 22 effets indésirables (dont la mort) a été discutée le 22 octobre 2020 lors de la réunion du comité consultatif de la FDA intitulée « Vaccins et produits biologiques connexes ». Cette liste est tirée d'une présentation du Dr Steve Anderson, titulaire d'un master en politique publique, directeur du bureau de biostatistiques et d'épidémiologie du Centre pour l'évaluation et la recherche en biologie. Il s'agit d'une liste préliminaire des effets secondaires très graves, qui n'inclut pas tous les effets secondaires mineurs et non documentés qui résulteront de ces injections.

2 + 2 = 4

Covid-19 — Le bilan 2020 en France par le Professeur Raoult

Le Professeur Didier Raoult a publié hier une vidéo dans laquelle il fait le bilan du Covid-19 pour l'année 2020.
Didier Raoult Bilan Covid 2020
© Capture YouTube
Il y aborde aussi les différents conflits d'intérêt de ceux qui affirment depuis le début de la « crise » que l'hydroxychloroquine ne fonctionne pas.


Health

En 2009, Pfizer a été condamné à une amende de 2,3 milliards de dollars pour vente frauduleuse de médicaments

Il y a quelques jours nous rappelions qu'en 2007, le groupe pharmaceutique américain Pfizer avait effectué au Nigeria des essais illégaux de médicaments qui ont tué ou handicapé des enfants. Les pratiques frauduleuses de ce groupe pharmaceutique sans éthique ne se sont cependant pas arrêtées là.
erth
En 2009, Pfizer a été condamné par la justice américaine à une amende de 2,3 milliards de dollars pour vente frauduleuse de médicaments. La question que cela pose est « peut-on faire confiance au vaccin anti-Covid-19 d'une entreprise aux pratiques si malhonnêtes et criminelles ? » Ci-dessous, la traduction du début d'un article de l'époque de Business Insider qui rapporte ces faits :

Syringe

« Cobayes humains » ? Ce que l'on ne dit pas sur le « vaccin » anti-Covid-19 de Pfizer

Bill Gates finance et fait la promotion sans relâche de nouveaux vaccins non testés censés nous protéger contre une mort « horrible » due au nouveau coronavirus et nous permettre également de reprendre une vie « normale ». Le géant pharmaceutique Pfizer vient d'annoncer ce qu'il prétend être des résultats spectaculaires obtenus lors des premiers tests sur l'homme. Ils utilisent une technologie expérimentale connue sous le nom d'édition de gènes, plus précisément l'édition de gènes de l'ARNm, une technique jamais utilisée auparavant dans les vaccins.
dddddddddd
Avant de nous précipiter pour nous faire vacciner dans l'espoir d'une certaine immunité, nous devrions en savoir plus sur cette nouvelle technologie expérimentale et son manque de précision.

Le monde de la finance est devenu très nerveux le 9 novembre lorsque le géant pharmaceutique Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont annoncé dans un communiqué de presse qu'ils avaient mis au point un vaccin pour Covid19 qui était efficace à « 90%« .

Le controversé chef américain du NIAID, Tony Fauci s'est immédiatement réjoui de la nouvelle. En effet, l'UE a annoncé qu'elle avait acheté 300 millions de doses de ce nouveau vaccin particulièrement coûteux. Si l'on en croit les marchés financiers, la pandémie serait de l'histoire ancienne.