Bienvenue à Sott.net
dim., 28 août 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Cookies

Le sucre serait un véritable poison pour l'organisme

Le New York Time proclame que, selon des études menées par le renommé Dr Robert Lustig, le sucre serait très toxique.

Le journaliste conclut : « Ce n'est pas de trop manger qui vous rend malade; c'est de manger du sucre. Nous avons finalement la preuve qu'il nous fallait pour rendre un verdict ».

L'étude de l'endocrinologue nous démontre que la consommation de sucre est la seule à blâmer pour le diabète, indépendamment de tous les autres facteurs (obésité, urbanisation, activité physique, etc.).

Il rappelle d'ailleurs que « la toxicité des sucres est connue depuis très longtemps des biochimistes. Pour nos artères notamment, le sucre est un véritable poison ».

Health

Perturbateurs endocriniens : on en avale au quotidien

Des parabènes dans nos médicaments ou nos produits d'hygiène et de soin, des perfluorocarbones, des phtalates et des bisphénols dans les conditionnements alimentaires, les papiers et même dans les produits bio, des retardateurs de flamme dans nos canapés, des pesticides dans nos jardins, on ne compte plus les études qui alertent sur les dangers des perturbateurs, ni leurs effets néfastes sur la santé, obésité, fertilité, allergies...

Cette nouvelle enquête publiée par l'Association Générations futures frappe les esprits car elle traite dans ce premier volet, les expositions des enfants aux perturbateurs endocriniens au quotidien, en particulier via les produits alimentaires. Au même moment l'Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) appelle à de nouveaux tests pour pouvoir se déterminer.

L'Enquête EXPPERT 1 (EXposition aux Pesticides PERTurbateurs endocriniens) a analysé des études et enquêtes fouillées montrant l'omniprésence de très nombreux pesticides dans notre environnement et qui entraînent une exposition élevée. Il s'agit principalement de deux familles connues, les organophosphorés et les pyrèthrinoïdes auxquelles l'exposition peut être alimentaire. Selon le rapport, la majorité des produits alimentaires à base de céréales, soit 75% des échantillons analysés contiennent des résidus de ces pesticides et sur ces 75% produits « contaminés », tous contiennent une ou plusieurs substances, organophosphorées ou pyrethrinoides, suspectées d'être perturbatrices du système endocrinien. Céréales Spécial K3 ou encore biscuits BN blé complet fourrés à la fraise, céréales Chocapic, pain de mie Harris ou encore viennoiseries Pasquier ou Doowap, ces produits alimentaires contiennent des résidus de pesticides, informe le rapport. Pour les produits non alimentaires, sur les 181 produits commerciaux étudiés dans ce rapport, 108 contenaient - au moment des relevés - une ou plusieurs substances organophosphorées ou pyrethrinoides, suspectées d'être PE.

Flashlight

L'impact néfaste de la lumière sur le sommeil

Plus que le bruit, les lumières parasites et les températures trop élevées la nuit font partie des principaux perturbateurs du sommeil.

Et si le problème du sommeil n'était pas là où on pense? Quand on interroge les Français sur ce qui perturbe le plus leur sommeil, c'est le bruit qui est cité spontanément. Et pour cause, près d'une personne sur trois est gênée par le bruit en semaine ou le week-end. Il y a pourtant deux autres perturbateurs du sommeil qui mériteraient plus d'attention, d'autant qu'ils sont relativement plus faciles à contrôler: la lumière et la température ambiante.

Sans même que l'on en ait conscience, la lumière est un synchroniseur puissant qui recale en permanence notre horloge interne sur le cycle de 24 heures. Elle peut aussi maintenir en alerte notre cerveau, quoique cela devienne plus difficile lorsque l'on est éveillé depuis plus d'une quinzaine d'heures. La fatigue finit par l'emporter. En deçà, l'effet d'alerte est possible même avec de faibles intensités lumineuses, comme par exemple celle d'une pièce allumée la nuit.

Health

L'hypergravité et la microgravité affectent les processus sous-tendant la reproduction, les maladies cérébrales et le cancer

MONTRÉAL, le 13 mars 2013 - Des chercheurs de l'Université de Montréal ont découvert que les changements gravitationnels perturbent le processus de reproduction des plantes. Ils ont montré que la gravité module la circulation sur les « autoroutes » intracellulaires qui assurent la croissance et le fonctionnement de l'organe reproducteur mâle, le tube pollinique. « À l'instar de la reproduction humaine, les cellules spermatiques des plantes atteignent l'ovule par un conduit cylindrique. Contrairement aux animaux, ce conduit est formé par une seule cellule, et seulement deux gamètes mâles sont libérés à chaque fécondation, explique Mme Anja Geitmann, professeure au Département de sciences biologiques de l'Université. Nos découvertes apportent un éclairage nouveau sur l'évolution de la vie sur Terre et, comme ces autoroutes intracellulaires se retrouvent également dans les cellules humaines où des bouchons de circulation peuvent causer le cancer ou des maladies comme l'Alzheimer, nos recherches sont tout aussi profitables dans le domaine de la santé humaine. »

Les cellules animales et végétales s'apparentent à une ville où des usines, appelées organites, s'emploient à la fabrication, à la production d'énergie et au traitement des déchets. Un réseau d'autoroutes intracellulaires permet à ces usines de communiquer entre elles et d'échanger des composés, en plus de mettre la cellule en relation avec son environnement extérieur. La vitesse de transport du système autoroutier des cellules végétales est particulièrement élevée. « Les chercheurs savaient déjà que la gravité terrestre a influé sur l'évolution des cellules humaines, animales et végétales et que celles-ci y sont sensibles, précise Mme Geitmann. Nous commençons à entrevoir comment la gravité élevée, c'est-à-dire l'hypergravité, que l'on observe sur les planètes de grande taille, et la microgravité, qui ressemble aux conditions présentes sur un engin spatial, influencent les processus au sein des cellules humaines et végétales. Les processus de transport intracellulaire sont particulièrement sensibles aux perturbations, entraînant des conséquences considérables sur le fonctionnement de la cellule. Or, la façon dont ces processus sont affectés par les changements de gravité est peu documentée. »

Book

Virginie Belle en interview : alerte sur l'aluminium qui nous empoisonne

© Inconnu

Pour commencer cette année 2011, nous voulions absolument donner la parole à Virginie Belle, journaliste pour les quotidiens Le Parisien et France Soir qui fin 2010 a édité un essai stupéfiant sur les dangers de l'aluminium, alors qu'on en trouve dans nos vaccins, dans l'eau du robinet, dans nos rouges à lèvres, nos crèmes nourrissantes et même dans les déodorants.

Quand l'aluminium nous empoisonne aux éditions Max Milo est un bouquin nécessaire pour réveiller les consciences surtout à une époque où les scandales sanitaires émergent de toute part, avec le Médiator en tête.

Virginie Belle vous en parle dans cette interview, afin que plus tard on ne puisse plus dire : « ah bon, pourtant, je n'étais pas au courant ». Un essai édifiant et peu rassurant sur notre réalité.

Commentaire:
Voir aussi :
« Planète alu »

Virginie Belle interviewée :

Jean Pilette, Aluminium et vaccins, éd. à compte d'auteur - Fichier Pdf

Et :
« La quantité d'aluminium dans les vaccins injectés à nos enfants »


Syringe

Les leçons à tirer du pari perdu du Pandemrix

En complément du post de Jean-Claude Grange sur la narcolepsie et le Pandemrix. (1)

© Inconnu
Tyché, la déesse de la chance

J'avais, pour ma part, expliqué que l'adjonction de squalène dans le vaccin n'avait eu finalement pour avantage que l'augmentation de la marge bénéficiaire de GSK, qui a ainsi pu vendre au prix du vaccin vendu unitairement sans adjuvant, un vaccin conditionné par dix doses et contenant quatre fois moins d'antigène que le vaccin standard, l'antigène étant de loin le composant le plus coûteux du vaccin. (2) Aucun avantage de l'ajout d'un adjuvant n'a pu être démontré pour les vaccinés ou pour la santé publique, bien au contraire.

Le squalène n'avait été utilisé auparavant en tant qu'adjuvant que pendant la guerre du Golfe, sur les soldats américains et dans certains vaccins contre la grippe destinés aux personnes âgées. Il s'agissait du vaccin Gripguard en France (ou Fluad) de Novartis, dont la commercialisation a été suspendue début 2011 sur le territoire français.

Les inquiétudes suscitées à l'époque par l'adjonction d'un adjuvant dans le vaccin contre la grippe non éprouvé sur les tranches d'âge concernées par la vaccination ont provoqué l'hilarité de journalistes en vogue (3). Et des interventions rassurantes de la part des membres d'Infovac (cf.vaccination contre la grippe A H1N1 2009, FAQ, Infovac en PDF) site d'information sur les vaccins, réputé indépendant malgré l'omniprésence de liens et conflits d'intérêts parmi ses membres (4). Ceux-ci seraient toutefois plus crédibles si, contrairement à Catherine Weil-Olivier, ils montraient autant d'empathie envers les victimes d'effets indésirables de vaccins qui doivent suivre un chemin de croix pour obtenir une simple reconnaissance du statut de victimes de la part des pouvoirs publics, que celle-ci manifeste de soutien spontané envers les laboratoires victimes des « entraves réglementaires » qui les empêchent de vendre à grande échelle les mêmes vaccins partout dans le monde (5).

Bacon n Eggs

Il y a 4000 ans, nos ancêtres avaient de l'athérosclérose

Image
Des plaques d'athérome ont été retrouvées dans les artères de momies datant de 4000 ans av J-C, jusqu'au dix-neuvième siècle. Thierry Souccar commente ces résultats.

Une équipe de chercheurs a examiné au scanner les artères de 137 momies couvrant 40 siècles. Ils ont découvert des signes «certains ou probables» d'athérosclérose - la présence de calcifications dans les artères - chez un tiers de ces momies. Les résultats ont été publiés dimanche 10 mars dans le Lancet. Pour les auteurs de cette étude, l'athérosclérose pourrait affecter l'humanité depuis au moins 4000 ans.

Une étude de 2011 avait déjà trouvé des signes d'athérosclérose chez de nombreuses momies égyptiennes. Mais les auteurs de ce travail avaient avancé l'idée que l'alimentation des élites dans l'Egypte ancienne avait pu être trop riche en graisses (ils se basaient sur l'idée hélas répandue, mais pourtant fausse, selon laquelle les graisses « bouchent » les artères).

Candy Cane

Un lien évident entre le sucre et le cancer

Des chercheurs confirment qu'une consommation massive de sucre augmente les risques de cancer.

Nutrition News rapporte que des chercheurs espagnols ont finalement déterminé avec plus de précision les liens entre le cancer, ainsi que d'autres problèmes de santé, et une consommation élevée de sucre.

Il semble que ce soit véritablement la dose consommée qui soit en cause, notamment dans le développement du cancer et du diabète.

Peu dangereux à petites doses donc, même qu'on confirme l'utilité du sucre pour l'organisme, c'est lorsqu'on abuse de la substance que les problèmes peuvent poindre à l'horizon.

Eggs Fried

Nourritures sacrées et autres aphrodisiaques

© Inconnu

L'idée de base est simple : pour un désir puissant, il faut une nourriture puissante, et ce n'est pas un hasard si la plupart des langues utilisent le mot « appétit » pour parler à la fois de la nourriture et du désir sexuel.

Qu'est-ce qu'une nourriture « puissante » ? C'est en général ce que votre diététicien essayera de vous interdire, les nourritures riches en graisses et en cholestérol, comme les œufs, le beurre, la crème, la viande rouge, les morceaux gras de la volaille, les poissons, les crustacés.

Ces aliments sont appréciés par les cultures traditionnelles du monde entier comme favorisant la force, le désir et la fertilité, ce qui semble logique puisqu'une libido active est nécessaire aux personnes qui souhaitent procréer.

Commentaire: Il n'y a pas de mauvais cholestérol, car il n'existe qu'un seul type de cholestérol :
« Il n'y a qu'un seul type de cholestérol : voici pourquoi »

Les graisses saturées (notamment animales) sont en effet les plus adéquats, notamment pour le cerveau :
« La cétose et les cétones : comment une alimentation riche en graisse améliore le fonctionnement du cerveau »
« Leo Galland :The Fat Resistance Diet »
« Extrait de « FAT - Pourquoi on grossit », de Gary Taubes »

Le colza n'est pas une huile à recommander, et de plus, pour chaque huile, il existe une température critique (ou point de fumage) qu'il ne faut pas atteindre ou dépasser. Tout dépend également si l'huile est raffinée, vierge ou extra-vierge, semi-raffinée, non-raffinée...
Wikipédia

D'une façon générale, les huiles végétales devraient être réservées aux préparations à froid, mais vous pouvez l'utiliser en laissant couler un filet directement de la bouteille sur votre morceau de viande, par exemple. Tout comme le beurre ! Le délice d'une noisette de beurre sur une côte d'agneau ou une côte de porc... Les huiles saturées ANIMALES, telles que le saindoux ou la graisse d'oie ou de canard, sont les meilleures garanties que l'huile peut chauffer à haute température, sans dégradation de ses composants. Les huiles animales ont de tout temps été utilisées pour conserver la viande. Cela n'a rien d'anodin...

Voir aussi :
« Le régime paléolithique revisité »

Ainsi que le fil de discussion de notre forum sur le régime cétogène (en anglais).


Black Cat

Planète alu

Image
arte - Mardi 12 Mars à 20h50

Encore inconnu il y a un siècle, l'aluminium remplace désormais le fer dans la construction d'immeubles. Ses propriétés physiques en font un métal malléable, léger et inoxydable. Mais, lorsqu'il est utilisé dans les emballages de boissons ou nourriture, en chimie alimentaire, en pharmacopée ou à des fins cosmétiques, l'aluminium fait peser des risques sur la santé et l'environnement. Des études ont prouvé que l'aluminium, ses composants, ses sels ou ses dérivés favorisaient l'apparition du cancer du sein, d'allergies, d'infections auto-immunes, voire de la maladie d'Alzheimer.

Une étude remarquable, précise et implacable sur les dangers de l'aluminium, étayée de témoignages forts.

Commentaire: N'utilisez pas d'ustensiles en aluminium pour cuisiner ou stocker des aliments !