Bienvenue à Sott.net
ven., 18 août 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Propaganda

Ostéoporose : la propagande bat son plein

© Inconnu

L'ostéoporose est un facteur de risque de fracture parmi d'autres. L'industrie et ses alliés en ont fait une maladie qu'il faudrait dépister. Et traiter. A l'occasion de « La journée mondiale de l'ostéoporose », la propagande bat son plein.

L'industrie pharmaceutique et l'industrie laitière ont réussi à transformer un simple facteur de risque de fracture - le vieillissement des os, en maladie « mortelle et silencieuse », l'ostéoporose. Je raconte ce fabuleux tour de passe-passe dans mon livre Le mythe de l'ostéoporose et je montre comment il a généré un marché du dépistage, des traitements et de la prévention (les 3 à 4 laitages par jour) de plusieurs milliards d'euros.

L'industrie est également à l'origine de la Journée mondiale de l'ostéoporose, un rendez-vous qui sert de piqûre de rappel aux médecins et aux pouvoirs publics pour que perdurent examens et médicaments.

La Journée mondiale de l'ostéoporose tombait dimanche 20 octobre, et elle a été l'occasion d'une mobilisation des « associations » comme on le dit prosaïquement des sociétés de médecins qui reçoivent de l'argent de l'industrie pharmaceutique et de l'industrie agro-alimentaire.

Bizarro Earth

Autisme aux Etats-Unis : un sur quatre-vingt-huit

Au fil du dernier et passionnant livre d'André Cicolella, Toxique planète (Seuil, coll. "Anthropocène", 310 p., 19 euros), on croise quelques chiffres ahurissants. Tous font pièce à cette épidémiologie de comptoir selon laquelle "tout va bien, car l'espérance de vie continue d'augmenter".

© Franck Fife/APF
Rappelons d'ailleurs ici que la notion d'espérance de vie repose sur un postulat dénué de tout fondement, selon lequel la santé à venir des nouveau-nés sera nécessairement identique à celle qu'ont connue les vieillards d'aujourd'hui au cours de leur vie.

Parmi ces chiffres, qui montrent l'importance de l'environnement pour la santé publique, certains sont si incroyables qu'ils soulèvent immédiatement le scepticisme. On croit à une erreur. A une virgule en moins ou un zéro en trop. Exemple : le toxicologue, président du Réseau environnement santé (RES), écrit qu'aux Etats-Unis les troubles du spectre autistique (autisme, syndrome de Rett ou d'Asperger, etc.) touchent "un enfant sur quatre-vingt-huit". Allons donc... Un sur quatre-vingt-huit ? Une prévalence si élevée semble impossible. Alors, on vérifie. Et ce que l'on découvre est plus perturbant encore.

D'abord, le chiffre en lui-même existe bel et bien. Ce n'est pas une coquille. Et ce n'est pas le fruit d'une étude douteuse ou controversée. Il a été publié en mars 2012 par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains. Pour l'établir, les CDC surveillent depuis 2007 quatorze sites répartis sur l'ensemble du territoire américain et comptabilisent les enfants atteints de troubles autistiques au sein d'une même classe d'âge du cours élémentaire. Il y a bien plus inquiétant que ce taux d'un sur quatre-vingt-huit : il y a l'évolution de l'indicateur. En surveillant les mêmes communautés et en utilisant les mêmes critères de diagnostic, la prévalence de ces troubles a augmenté de 78 % entre 2007 et 2012.

Health

Du mercure dans le mascara : l'ONU ne l'interdit pas

Il y a du mercure dans votre mascara, mais l'ONU est d'accord avec ça.

© Shutterstock
L'ONU n'a pas tranché sur la présence de mercure dans le mascara
Le 10 octobre dernier, près de 140 pays ont signé la Convention Minamata de l'ONU qui interdit l'utilisation de mercure dans les savons et cosmétiques. La France en fait partie. Mais le mascara et d'autres produits pour les yeux ne sont pas concernés par cette interdiction.

Pourquoi ? Car ces produits contiennent seulement des "traces de contaminants" et qu'"aucune autre alternative sûre et efficace n'est disponible", explique le traité. Comprendre: les marques n'ont pas encore trouvé de manière efficace de faire du mascara sans mercure.

A l'inverse, le mercure utilisé dans les savons et les cosmétiques (comme les crèmes éclaircissantes) a des effets sur l'organisme humain et, de plus, se retrouve dans les eaux usés et contamine les poissons.

Bacon

Mythe : les graisses animales font grossir

Autre mythe très répandu, particulièrement chez les femmes, et oh combien fallacieux : la notion que les graisses - et particulièrement les graisses animales saturées - font grossir, et qu'en réduisant notre consommation, on perd « automatiquement » du poids.

FAUX !

Réalité numéro 1 : Les pays où l'on consomme le moins de graisse - particulièrement de graisse saturée - sont aussi les pays ou les taux d'obésité sont les plus élevés

Plusieurs études (dont celle que résume le schéma très parlant ci-dessous en Suède) démontrent que plus une population a limité sa consommation de graisses saturées (et par effet compensatoire, augmenté sa consommation d'huiles végétales, d'acides gras-trans et surtout, de sucres/glucides), plus le taux d'obésité a augmenté.

© Inconnu
Le phénomène est particulièrement évident aux États Unis comme les schémas ci-dessous nous permettent de voir d'un seul coup d'œil :

De 1909 à 1985, baisse radicale de la consommation de graisses animales saturées (beurre, saindoux) et augmentation de la consommation de matières grasses issues d'huiles végétales (huile, margarine, végétaline)...

Commentaire:
Gary Taubes : les recommandations nutritionnelles rendent les gens malades
Le régime paléolithique revisité
Leo Galland : The Fat Resistance Diet
Extrait de « FAT - Pourquoi on grossit », de Gary Taubes
Un régime fort en glucides lié à la progression du cancer ?
La vitamine D, le cancer du sein et Big pharma, ou le bon la bête et le truand !
La cétose et les cétones : comment une alimentation riche en graisse améliore le fonctionnement du cerveau
L'Épidémie d'obésité, gracieusement offerte par l'industrie agroalimentaire
L'ADN « poubelle » viral, le régime cétogène qui améliore l'ADN et les effets cométaires
Un lien évident entre le sucre et le cancer
Une présentation du régime cétogène


Water

Ce qui arrive dans votre corps 30 mn après avoir bu un Coca

© Inconnu

Soleil, chaleur, gorge sèche. Votre main se referme sur la canette en fer-blanc, glacée, et constellée de petites gouttes d'eau.

Vous faites pivoter l'anneau du couvercle... « Pshhht ! », c'est le soulagement.

Le liquide pétillant s'écoule à flots dans votre gorge. Le gaz carbonique vous monte au nez,vous fait pleurer, mais c'est si bon ! Et pourtant...

Une dizaine de minutes plus tard

La canette vide, vous avez avalé l'équivalent de 7 morceaux de sucre ! [1] En principe, vous devriez vomir d'écœurement [2] Mais l'acide phosphorique contenu dans la boisson gazeuse masque le sucre par un goût acidulé, donnant ainsi l'illusion de désaltérer. [3]

Après une vingtaine de minutes

Votre taux de sucre sanguin augmente brutalement, mettant une première fois votre organisme à l'épreuve.Votre pancréas s'emballe, sécrète de l'insuline en masse. Celle-ci est malgré tout vitale, elle seule peut permettre de transformer l'énorme surplus de sucre que vous avez dans le sang en graisse, ce que votre corps est mieux capable de supporter. En effet, il peut stocker la graisse, certes, sous forme de bourrelets disgracieux, mais provisoirement inoffensifs, tandis que le glucose est pour lui un poison mortel lorsqu'il est en haute dose dans le sang. Seul le foie est capable de stocker le glucose mais sa capacité est très limitée.

Bacon

L'aliment interdit à consommer sans modération

© Inconnu

Les autorités de santé vous répètent sur tous les tons que les graisses sont mauvaises pour la santé, et en particulier les graisses saturées. Tout le monde ou presque le croit, bien que peu de personnes sachent ce que veut dire au juste graisses « saturées ». Mais est-ce important ? Pas besoin d'avoir fait dix ans de médecine pour imaginer que quelque chose de « saturé », c'est forcément mauvais pour la santé, n'est-ce pas ?

« J'sature ! »

En réalité, un acide gras « saturé » est simplement un acide gras dont tous les atomes carbones sont liés au nombre maximal d'atomes d'hydrogène. Chaque liaison carbone est occupée, et on ne peut plus ajouter d'autres atomes.

La conséquence est que la molécule est plus stable, et moins susceptible de s'oxyder. C'est une très bonne chose car les graisses oxydées sont plutôt mauvaises pour la santé. Selon plusieurs études, le cholestérol oxydé est un marqueur de l'athérosclérose, le vieillissement et le rétrécissement des artères, facteur d'accident cardiaque. (1)

Mais ce n'est pas tout.

Commentaire:
Gary Taubes : les recommandations nutritionnelles rendent les gens malades
Leo Galland : The Fat Resistance Diet
Extrait de « FAT - Pourquoi on grossit », de Gary Taubes
La cétose et les cétones : comment une alimentation riche en graisse améliore le fonctionnement du cerveau
Une présentation du régime cétogène
Le régime paléolithique revisité


Pills

Creutzfeldt-Jakob : un britannique sur 2 000 est porteur du prion MCJ

Image
© Sbrandner/Wikimedia Commons
Accumulation d'un prion.

En Grande-Bretagne, près d'une personne sur 2000 est porteuse de la protéine prion anormale responsable de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), aussi connue comme la " maladie de la vache folle ", selon une étude publiée mardi.
Avec une fréquence plus élevée qu'attendu du vecteur de la maladie de la vache folle, il s'avère nécessaire de prendre des mesures de précaution, notamment en ce qui concerne la transmission par transfusion sanguine ou par des instruments de chirurgie. Il faut également mettre au point des tests sanguins pour détecter le prion, selon les chercheurs. Pour réaliser l'étude, ils ont en effet examiné des appendices prélevés sur des patients de tous les âges.

Une personne porteuse du prion ne développe pas forcément l'affection. Pour la France, selon les données actuelles (voir http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thema ... embre-2013 ) tous les cas identifiés ayant développé la maladie étaient homozygotes Met-Met pour le codon 129 du gène de la protéine prion (PRNP) ; ils ne présentaient aucun facteur de risque identifié pour les autres formes reconnues de MCJ.

Syringe

Des Canadiens peaufinent un traitement du virus d'Ebola

Image
© Gary Kobinger. Christopher Black / La Presse Canadienne
TORONTO - Des chercheurs canadiens du Laboratoire national de microbiologie sont à peaufiner un traitement possible pour une des maladies les plus terrifiantes du monde, une infection au virus d'Ebola.

Les scientifiques ont récemment annoncé que leur traitement a sauvé sept singes sur huit, trois jours après qu'ils aient été infectés par le virus d'Ebola Zaïre, la souche la plus mortelle connue du virus.

Ambulance

Une mutation génétique accélérerait la maladie d'Alzheimer

Une mutation génétique serait à l'origine de l'aggravation rapide des symptômes de la maladie d'Alzheimer. Pour ses porteurs, elle multiplierait également par 3 ou 4 le risque de développer la maladie.

Image
© Nicolas Tucat - AFP
Les porteurs d'une mutation génétique développeraient beaucoup plus vite la maladie d'Alzheimer
Les porteurs d'une mutation génétique, liée à la maladie d'Alzheimer, développeraient la maladie trois ans plus tôt que la moyenne. Celle-ci entraînerait en effet l'accélération de la perte de leurs cellules cérébrales. C'est ce que révèle une étude américaine, publiée dans la revue New England Journal of Medicine daté de jeudi.

Ambulance

La pollution de l'air extérieur est cancérigène, selon l'OMS

Après avoir analysé des études portant sur des milliers d'hommes et de femmes suivis pendant plusieurs décennies, les experts du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence spécialisée de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), sont arrivés à la conclusion que la pollution de l'air qui nous entoure est cancérigène (voir le PDF, en anglais).

La pollution atmosphérique a été classée dans la catégorie "cancérigène certain", a annoncé, jeudi 17 octobre à Genève, le directeur du CIRC, Christopher Wild. Le gazole et les particules fines avaient déjà été classés dans la catégorie "cancérigène certain" en juin 2012.

"Les experts ont conclu (...) qu'il existe des preuves suffisantes pour dire que l'exposition à la pollution de l'air extérieur provoque le cancer du poumon. Ils ont également noté une association positive avec un risque accru de cancer de la vessie", a précisé l'IARC dans un communiqué.