Bienvenue à Sott.net
mar., 26 juil. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Apple Green

LaNutrition.fr publie le billet du Dr de Lorgeril refusé par Le Monde

Après avoir donné la parole à un médecin proche de l'industrie pharmaceutique, Le Monde a refusé de publier un point de vue du Dr de Lorgeril. LaNutrition.fr le reproduit ci-dessous.

Image
Dans la guerre médiatique qui se joue sur le front du cholestérol, chaque mouvement compte. Car l'industrie pharmaceutique se voit sérieusement menacée non seulement de voir les ventes de ses statines s'éroder, ce qui est de toute façon inscrit dans ses prévisions de recettes en raison des molécules généricables, mais surtout de voir ses prochains anticholestérols développés à grand frais, tués dans l'œuf. Quant à l'industrie agro-alimentaire, elle se tient coi, en pensant avec frayeur aux menaces qui pèsent sur ses margarines et autres yaourts anticholestérol. Sans parler des vendeurs de riz rouge et autres policosanol.

Voici les dernières nouvelles du front. Le Dr Michel de Lorgeril (CNRS, université Joseph-Fourier, Grenoble), éminent cardiologue français, sans aucun lien avec l'industrie pharmaceutique, auteur de Cholestérol, mensonges et propagande, a adressé il y a quelques jours un point de vue pour publication dans les pages débats du journal Le Monde. Réponse du journal ce lundi vers midi : « L'équipe des pages Débats a bien reçu votre point de vue. Nous l'avons lu attentivement et nous vous remercions de l'intérêt que vous portez au journal Le Monde. Malheureusement, il ne nous sera pas possible de le publier compte tenu de l'afflux de propositions que nous recevons pour un espace limité. »

Le 20 février, le journal Le Monde avait bizarrement trouvé la place pour publier un point de vue du Pr Gabriel Steg, médecin pourtant notoirement lié aux laboratoires fabriquant les anticholestérols. Il y défendait les statines en assurant que l'arrêt de celles-ci aurait des conséquences épouvantables : « Ce sont en effet les malades qui en paieront le prix par les accidents cardio-vasculaires évitables qui surviendront à la suite d'un traitement non pris ou interrompu. » Il ajoutait que la polémique portée par les livres de De Lorgeril et Even était « un coup porté à la santé publique ».

LaNutrition.fr publie ci-dessous le billet du Dr de Lorgeril refusé par Le Monde.

Attention

UE : une cinquantaine de nouveaux OGM autorisés à partir du 25 février ?

Depuis 2012, les États membres discutent avec la Commission européenne d'un règlement qui établira juridiquement la procédure d'évaluation des risques sanitaires des plantes génétiquement modifiées (PGM) avant autorisation. Le lundi 25 février, les États membres, dont la France, discuteront d'une nouvelle version de ce règlement, présentée par la Commission européenne [1]. L'ordre du jour annoncé prévoit la possibilité que ce règlement soit voté, ouvrant ainsi la porte aux autorisations de PGM en attente.

Les autorisations de PGM à la culture ont été de fait suspendues depuis décembre 2008 par la Commission européenne (à l'exception de l'autorisation donnée pour la pomme de terre Amflora de Bayer après pressions de l'entreprise [3]) jusqu'à l'adoption de nouvelles lignes directrices censées améliorer l'évaluation des risques sanitaires. A ce jour, une soixantaine de dossiers de demande d'autorisation sont en attente, dont 27 pour la culture. Les autres dossiers concernent l'importation.

Magnify

Nos ancêtres préhistoriques avaient moins de problèmes dentaires que nous

Image
Des chercheurs australiens ont comparé la plaque dentaire d'hommes préhistoriques avec celle des hommes modernes et ont montré que nos ancêtres présentaient moins de problèmes dentaires que nous.

Le bon équilibre de la flore bactérienne est essentiel au bon fonctionnement de notre organisme. Et notre bouche n'échappe pas à cette règle ! Partis de là, le professeur Alan Cooper et son équipe de l'université d'Adélaïde, en Australie, sont allés étudier cette flore dans la plaque dentaire de 34 squelettes d'hommes préhistoriques européens. Ils sont ainsi parvenus à retrouver l'ADN des bactéries qui étaient présentes au temps de ces lointains ancêtres.

Ceci leur a alors permis de déterminer quelles espèces bactériennes vivaient dans la bouche de nos ancêtres, au Mésolithique (il y a 7.500 ans), au Néolithique (il y a 4.000 ans), à l'âge de Bronze (il y a 3.000 ans) et au Moyen-Age (il y a entre 1.100 et 400 ans). Puis ils ont comparé ces données avec celles obtenus à partir de nos bouches modernes et les résultats ont été édifiants ! Les scientifiques ont en effet constaté que la bactérie responsable des caries, Streptococcus mutans, n'a véritablement commencé à envahir les bouches qu'après la Révolution industrielle, il y a 150 à 200 ans.

Pirates

Pesticides : les Français en ont plein le sang, des niveaux trois fois plus élevés que les allemands et les américains

Les Français ont plus de pesticides agricoles dans le sang que les Américains et les Allemands. C'est ce qui ressort d'une étude inédite de l'Institut national de veille sanitaire (INVS).

© Association fne
Les Français devancent les Allemands et les Américains au concours de celui qui a le plus de pesticides dans le sang. Les concentrations biologiques de plusieurs substances chimiques ont été mesurées, entre 2006 et 2007, par l'Institut national de veille sanitaire, sur un échantillon représentatif de la population (2 000 adultes pour les métaux, 365 pour le mercure, 400 pour les pesticides et les PCB) : les trois conclusions qui en découlent sont alarmantes.

Si les niveaux de plomb, cadmium, mercure, arsenic organique, sont stables ou en baisse, les pesticides, eux, sont présents dans notre sang à des niveaux au moins trois fois plus élevés que dans celui des Américains ou des Allemands. Ces pesticides sont largement utilisés en agriculture, en horticulture et pour un usage domestique (idéaux pour se débarrasser des insectes à la maison, désherber les allées, protéger les plantes du jardin, en finir avec les tiques et les puces de nos animaux de compagnie, ou les poux chez l'enfant).

Beaker

Les effets des perturbateurs endocriniens chimiques dévoilés

© Inconnu

C'est étonnant, mais ce rapport vient de l'Onu... Je vous avais alerté de la chose depuis pas mal de temps (informations complémentaires), donc on prendra cela comme une confirmation... L'avantage c'est que l'on sait à quoi s'en tenir en France pour l'instant...

*****************
Les perturbateurs endocriniens chimiques pourraient être en partie responsables de la recrudescence de malformations à la naissance, de cancers hormono-dépendants et de troubles neurologiques et psychiatriques, selon un rapport de l'Onu publié mardi.

Selon ce rapport conjoint du Programme des Nations unies pour l'Environnement (PNUE) et de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) intitulé « L'Etat de la science sur les perturbateurs endocriniens chimiques », « de nombreuses substances chimiques synthétiques dont les effets perturbateurs sur le système endocrinien n'ont pas été testés pourraient avoir des conséquences non négligeables sur la santé ».


Stop

Des pesticides plein les cheveux

© Inconnu

Une enquête publiée ce jour par Générations Futures révèle que les cheveux des riverains et des salariés d'exploitations viticoles renferment entre 5 et 11 fois plus de pesticides que le reste de la population... Décoiffant.

La France est le premier consommateur de pesticides en Europe avec 62 700 tonnes de substances actives vendues en 2011. Chiffre toujours en hausse, malgré le lancement, en 2008, du plan Ecophyto censé diviser par deux les quantités de pesticides épandus à l'horizon 2018. La vigne représente 3.7 % de la surface agricole française, mais elle utilise 20 % des pesticides. Résultat : nos meilleurs millésimes sont truffés de poisons (et notre sang aussi, au passage). Conséquence : les viticulteurs s'inquiètent de plus en plus pour leur santé.

Hearts

Cholestérol : les médecins ripostent

© Inconnu
Le cholestérol ne nécessite pas forcément un traitement médicamenteux

Dans leur ligne de mire, les propos du Pr Even. Marisol Touraine, elle, veut rassurer les patients.

Les médecins en ont assez. L'offensive du professeur Philippe Even, la semaine dernière, contre les médicaments anticholestérol, pousse, selon eux, les patients à prendre des risques avec leur santé. Dans un livre intitulé La vérité sur le cholestérol et qui doit sortir le 21 février, Philippe Even affirme que le cholestérol ne présenterait que des bénéfices pour le corps humain.

Conséquence, selon lui : les statines, des molécules largement utilisées dans le traitement de la maladie, ne serviraient à rien.

Commentaire: « La vérité sur le cholestérol - Professeur Philippe Even » - Extrait :
[...] Le professeur Philippe Even s'en prend aux médicaments contre le cholestérol expliquant dans un livre à paraître le 21 février aux Editions du Cherche Midi, La Vérité sur le cholestérol, qu'ils ne servent à rien. Il assure ainsi qu'« un taux de cholestérol élevé n'est pas la cause des infarctus du myocarde et des accidents vasculaires cérébraux » ajoutant qu'« il n'y a aucun exemple, dans toute l'histoire du médicament d'hier et d'aujourd'hui, d'un dérapage scientifique et éthique comparable et d'une cascade de tromperies aussi moralement choquantes ». [...]
« Il n'y a qu'un seul type de cholestérol : voici pourquoi »

« Escroquerie des statines : cholestérol, un business qui rend malade »


Health

Europe : l'OMS appelle à la vigilance après la découverte en Angleterre d'un douzième cas de contamination par un virus proche du SRAS

© Inconnu

NCoV, pour Nouveau Coronarovirus, c'est le nom de ce virus responsable d'infections respiratoires sévères. Les coronavirus sont une vaste famille de virus susceptibles de provoquer un large éventail de maladies chez l'homme, depuis le rhume banal jusqu'au SRAS, dont l'épidémie de 2002/2003 avait causé près de 800 décès pour plus de 8 000 cas dans le monde.

Appel à la vigilance

Après un douzième cas recensé en Grande-Bretagne, l'Organisation mondiale de Santé invite tous les États Membres à poursuivre la surveillance des infections respiratoires aigües (IRA) sévères. La présence du NCoV doit être recherchée chez tous les patients présentant des symptômes pulmonaires inhabituels. Le virus est apparu au Moyen-Orient à l'automne dernier, neuf cas ont été identifiés : au Qatar, en Arabie saoudite et en Jordanie. Tous ont été gravement malades et cinq sont décédés.

Un nouveau foyer est apparu en Grande-Bretagne en ce début d'année, avec quatre nouveaux cas. Trois sont issus d'une famille dont un des membres (malade lui aussi) a voyagé au Pakistan et au Moyen-Orient récemment. Ceci laisse supposer que le virus peut se transmettre par contact inter-humains mais sa contagiosité serait faible d'après les experts. L'Agence de Protection de la Santé anglaise (HPA) assure le suivi de toutes les personnes (parents et agents de santé) ayant pu être au contact rapproché avec ces malades. Aucune mesure de restrictions des échanges ou des voyages n'est envisagée actuellement.

Heart

La vérité sur le cholestérol - Professeur Philippe Even

© Inconnu

Voici une petite bombe, avec le nouveau livre du Pr Philippe Even, qui révèle que le cholestérol n'est pas dangereux, et par conséquent que les médicaments anti-cholestérols ne servent à rien, alors que la Sécurité Sociale les rembourse massivement, contribuant ainsi à creuser son trou.

Le professeur Philippe Even s'en prend aux médicaments contre le cholestérol expliquant dans un livre à paraître le 21 février aux Editions du Cherche midi, La Vérité sur le cholestérol, qu'ils ne servent à rien. Il assure ainsi qu'« un taux de cholestérol élevé n'est pas la cause des infarctus du myocarde et des accidents vasculaires cérébraux » ajoutant qu'« il n'y a aucun exemple, dans toute l'histoire du médicament d'hier et d'aujourd'hui, d'un dérapage scientifique et éthique comparable et d'une cascade de tromperies aussi moralement choquantes ».

Commentaire: Il nous semble qu'à l'instar d'autres institutions, la HAS n'est pas particulièrement « indépendante », laissant le soin au lobby pharmaceutique la prévalence de la seule vérité.


Syringe

Accidents vasculaires cérébraux chez les jeunes : induits par les vaccins ?

Traduit par Initiative Citoyenne

Alors que l'incidence des accidents vasculaires cérébraux a diminué chez les personnes âgées, elle a augmenté chez les jeunes et les personnes d'âge moyen. La question est de savoir pourquoi. Ces problèmes pourraient-ils être liés aux vaccins ?


Les accidents vasculaires cérébraux ont diminué chez les plus de 55 ans. Toutefois les jeunes sont en train d'en devenir les victimes. Le fait que des personnes de plus en plus jeunes fassent un AVC est particulièrement préoccupant du fait qu'il est le signe d'une tendance. Plus grave encore est la confusion que ce problème génère dans le monde médical du fait que les médecins éprouvent d'énormes difficultés à expliquer comment une maladie de personnes âgées touche maintenant des êtres dans leur prime jeunesse.

En 1994, le pourcentage d'accidents vasculaires cérébraux survenant chez des adultes âgés de 20 à 55 ans était de 12,9 pour cent. En 2006, on atteignait le chiffre de 18,6% - soit une augmentation de 44 %. Ces chiffres montrent que quelque chose d'important est en train de se passer.