Bienvenue à Sott.net
ven., 02 déc. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Ambulance

En danger à l'hôpital

Le « pronostic vital » des deux patients atteints du nouveau coronavirus, à Lille, est engagé, a-t-on appris lundi 13 mai 2013, dans la presse.

© Inconnu
En langage normal, cela veut dire que leur état s'est tellement dégradé que les médecins ignorent s'ils survivront. Nous risquons donc d'être informés de leur décès prochainement.

Si le premier patient a d'une certaine façon couru un risque en allant au Qatar, un petit pays du Moyen-Orient, sur les bords du Golfe Persique, où circulait le virus, son compagnon d'infortune, lui, est avant tout une nouvelle victime de la mauvaise organisation de l'hôpital.

En effet, le malheureux n'a pas été consulté : alors qu'il était là pour une toute autre raison, on lui a mis d'office, dans sa chambre, un malade infecté par ce virus ultra-dangereux et mortel dans plus d'un cas sur deux. Sans surprise (il ne pouvait pas faire autrement !) il a respiré l'air hautement contaminé par la toux de son voisin, et s'est rapidement retrouvé infecté lui aussi.

« Ce qui est sûr, c'est que le patient a été contaminé par une quantité de virus extrêmement importante pour parvenir à franchir la barrière d'espèce », a déclaré Pierre Saliou, épidémiologiste et professeur agrégé de l'hôpital du Val-de-Grâce à Paris, dans les colonnes du journal Le Figaro. (1)

Cookie

Comment l'industrie vous rend accros au sucre

Si vous appreniez que le sucre est autant voire plus addictif que la cocaïne, le croiriez-vous ? C'est en tout cas ce que confirment les dernières études scientifiques.

Si ce documentaire nous apprend que ce que nous croyons être l'attachement au plaisir et au bon goût est en fait une addiction créée et provoquée, si nous sommes prêt à considérer une grande partie de nos habitudes alimentaires comme une addiction, alors nous acceptons peut-être d'avouer que nous sommes dépendants et qu'il ne tient qu'à nous de retrouver notre liberté, même si cela demande des efforts souvent importants.


Sun

La vitamine D améliore l'expression de près de 300 gènes

© Inconnu

La vitamine D agirait notamment sur les gènes des cellules immunitaires.

Le Professeur Michael Holick, l'un des meilleurs spécialistes de la vitamine D vient de publier une étude montrant l'impact positif de la supplémentation en vitamine D sur les gènes.Lors de cette étude, 8 personnes souffrant d'un déficit en vitamine D ont reçu une supplémentation quotidienne en vitamine D3 pendant deux mois, à la dose de 400 UI ou 2000 UI. L'expression des gènes a été analysée dans les globules blancs des 8 participants.

Résultats : la supplémentation en vitamine D modifie l'expression de 291 gènes d'un facteur au moins égal à 1,5 : 82 gènes sont inhibés et 209 sont induits. Ces gènes sont impliqués dans de nombreuses voies biologiques, en particulier l'apoptose (mort cellulaire), la fonction immunitaire, le contrôle des gènes, la réponse au stress, le cycle cellulaire... Les résultats sont similaires avec les deux doses de vitamine D. Ceci confirme que la vitamine D joue un rôle dans la prolifération des cellules, le contrôle du cycle cellulaire et la réponse immunitaire.

Les chercheurs ont également regardé l'expression des gènes en fonction du statut en vitamine D. Avant de recevoir un supplément de vitamine D, la moitié des participants étaient déficitaires (16,2 ng/mL) et la moitié ne l'étaient pas. L'expression de 66 gènes était sensiblement différente selon que les volontaires manquaient ou pas de vitamine D. Après supplémentation, il n'y avait plus de différence.

Syringe

Vaccins : des médecins parlent...

Dr Lawrence Palevski, MD, Pédiatre

© Inconnu
« Le climat actuel de la vaccinologie est très controversé. L'information que j'ai reçue en Faculté de Médecine n'est nullement cohérente avec les notions de sécurité et d'efficacité, car nous pouvons observer qu'avec le nombre des vaccins qui sont ajoutés au programme de vaccinations, le nombre des maladies chroniques ne cesse d'augmenter chez les enfants. »
Dr Warren Levin, MD

© Inconnu
« Une des raisons pour lesquelles je témoigne aujourd'hui, c'est la toxicité des vaccins qui ont été utilisés depuis si longtemps dans ce pays. »

Health

Liens entre les OGM alimentaires et la leucémie

Cette nouvelle étude indique que les bio-pesticides INTEGREES dans les cultures OGM appelés Bacillus Thuringensis (Bt) ou cri-toxines, peuvent aussi contribuer aux anomalies sanguines d'anémie d'hémopathies malignes (cancers du sang) telles que la leucémie.

Un groupe de scientifiques du département de génétique et morphologie, Institut des Sciences biologiques, Université de Brasilia, définis pour tester la prétendue biosécurité humaine et environnementale des cultures OGM, regardant en particulier le rôle que la toxine Bt trouvé dans pratiquement toutes les cultures vivrières OGM.

La recherche a été repoussée par le Brazilian Collegiate Board of Directors de la National Sanitary Surveillance Agency (ANVISA), qui avait préconisé en 2005 pour des évaluations de la toxicité et le pouvoir pathogène des agents de lutte microbiologique comme les toxines Bt, étant donné que l'on ne connaît pas leur potentiel toxicologique sur les organismes non visés, y compris les humains.

Hearts

La méditation modifie le fonctionnement de certains gènes

La méditation réduit notre stress en modifiant l'expression de nos gènes. Une découverte « fantastique », qui n'apporte pas grand-chose, en fait, mais qui fait du bien...

© Inconnu
L'info tient en une phrase : pratiquer la relaxation (méditation, respiration profonde, yoga ou prière) active certains gènes qui contrecarrent les effets biologiques du stress, et en inhibe d'autres aux effets opposés. L'étude, publiée la semaine dernière dans PLoS ONE, a été menée par Dr. Herbert Benson, directeur émérite de l'Institut Benson-Henry et professeur agrégé de médecine à la Harvard Medical School.

Notre homme travaille depuis un certain temps sur le sujet. Et cette étude confirme les précédentes. Après des séances de relaxation, des modifications dans l'expression de certains gènes des participants à l'étude ont été constatés : des gènes liées aux mitochondries (les batteries qui alimentent la cellule en énergie), à la production d'insuline (qui régule la libération du sucre dans le sang), aux télomères (espèces de chapeaux chromosomiques qui ralentissent le vieillissement génétique), à l'inflammation, à l'imunité...

Health

Le miel soigne très efficacement les blessures

Le miel est l'un des remèdes les plus anciens de l'humanité que la médecine redécouvre aujourd'hui. Ce médicament de la nature est à la fois antiseptique, cicatrisant et anti-inflammatoire. Le Pr Bernard Descottes du CHU de Limoges l'emploie avec plus de succès que les crèmes médicinales très chères ! Le miel de thym semble la variante la plus efficace.


Syringe

30 ans de camouflage et mensonges sur les vaccins viennent d'être mis au grand jour

Des documents britanniques mettent à jour 30 années de camouflage

Le « Freedom of Information Act » (Acte donnant libre accès à des documents secrets) au Royaume-Uni auquel a eu recours un médecin a permis de révéler le contenu de 30 années de documents officiels secrets montrant que les experts gouvernementaux

1. savaient que les vaccins ne fonctionnaient pas
2. savaient que les vaccins pouvaient provoquer les maladies qu'ils étaient sensés prévenir.
3. savaient que les vaccins présentaient des dangers pour les enfants
4. se sont entendus pour mentir au public
5. se sont attelés à empêcher les études de sécurité.

Ce sont ces mêmes vaccins qui sont rendus obligatoires pour les enfants américains.

© inconnu
Les parents peuvent soit épargner tout ce mal à leurs enfants, soit continuer à s'incliner devant l'un des plus affreux mensonges de l'histoire, ce mensonge qui veut faire croire que des vaccins - remplis de métaux lourds, de maladies virales, de mycoplasme , de matières fécales, de fragments d'ADN d'autres espèces, de formaldéhyde, de polysorbate 80 (Agent stérilisant) - sont un miracle de la médecine moderne.

Un médecin américain dont le fils est autiste a eu recours au « Freedom of Information Act » pour obtenir des documents du CDC (Centres Américains de Contrôle des Maladies). Il voulait avoir accès à l'information que possédait le CDC au sujet des dangers que présentent les vaccinations. Selon la loi, il devait recevoir réponse endéans les 20 jours. Pratiquement 7 ans plus tard, le médecin s'adressa finalement à la justice, et c'est là que le CDC a fait valoir qu'il n'était pas obligé de remettre ces documents. Finalement, un juge a ordonné au CDC de remettre ces documents au médecin pour le 30 septembre 2011.

Smoking

La nicotine pour éviter la maladie du Parkinson

Manger des aliments contenant de la nicotine, comme les poivrons et les tomates, peut réduire le risque de développer la maladie de Parkinson, selon de nouvelles recherches.

Des études avaient déjà démontré que les fumeurs développaient plus rarement la maladie de Parkinson, mais on n'avait pas encore pu mettre le doigt sur l'ingrédient contenu par la cigarette, s'il y en avait un, qui pouvait être en cause. Le lien de causalité demeurait également difficile à identifier, puisque les personnes souffrant de cette maladie peuvent être moins enclines à fumer, en raison de la façon dont leur cerveau se développe.

Pour faire la lumière sur ces questions, des chercheurs de l'Université de Washington ont analysé le mode de vie de 490 personnes souffrant de la maladie de Parkinson et de 644 autres en bonne santé.

Penis Pump

Une simple prise de sang pour dépister la trisomie 21

Comment dépister la Trisomie 21 ? En effet, cette anomalie chromosomique est aujourd'hui la première source de dysfonctionnement mental des êtres humains dans le monde et en France. Cependant, la science permet de dépister très tôt cette pathologie. La dernière méthode en date est l'amniocentèse.

Le dépistage par l'amniocentèse et ses inconvénients

Jusqu'à présent, le dépistage de la trisomie 21 se fait au moyen d'une échographie. Cet examen est généralement réalisés au premier trimestre de la grossesse. Si le résultat de cet examen est douteux, il est proposé à la future mère de subir un examen encore plus précis : l'amniocentèse. Cette méthode consiste à prélever une infime quantité de liquide amniotique. Le prélèvement est ensuite soumis à un examen dans un laboratoire d'analyses spécialisé, afin de déterminer les chromosomes d'une cellule du fœtus.

Cependant cette méthode, même conduite dans des conditions de compétence maximale, comporte des risques de fausse couche estimés entre 0,5 et 1 % contrairement à un prélèvement sanguin.

Commentaire: Malheureusement cela ouvre aussi le champ à un éventuelle fichage génétique généralisé des fœtus..