Bienvenue à Sott.net
ven., 21 juil. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Cheeseburger

Les Américains, peuple obèse, stressé et malade

Image
Les Américains comptent parmi les habitants de la planète "les plus obèses, stressés et malades" laisse entendre un nouvel indice présenté par des scientifiques lors du Forum économique mondial en Suisse, écrit le quotidien Washington Post.

Exposé au forum, le nouveau concept d'"Indice de capital humain", prend en compte les maladies non-infectieuses, dont l'obésité, le diabète, les maladies cardiaques ainsi que l'éducation, la capacité de s'offrir des soins médicaux de qualité et une série d'autres critères.

Les scientifiques engagés dans l'étude ont constaté un impact important des maladies répandues parmi la population sur le bien-être économique du pays.

Bacon n Eggs

Pourquoi la diète cétogène semble-t-elle efficace ?

Le régime alimentaire cétogène peut faire peur à n'importe quel nutritionniste. Imaginez ! Vous mangez plein de graisses - dont saturées - et de protéines. Par contre, il n'y a quasiment aucun glucide. La diète cétogène est pourtant efficace d'après certains. On peut l'utiliser pour perdre du poids bien entendu, mais aussi améliorer le psychisme. Cela va plus loin : on sait que c'est une méthode efficace pour lutter contre l'épilepsie, mais aussi a priori pour d'autres pathologies concernant le cerveau (dont les insomnies, voire des cancers du cerveau). Comme il ne s'agit que d'un régime, il n'y a pas beaucoup d'effets secondaires (il faut bien sûr ne pas le faire n'importe comment et sûrement pas trop brutalement).

Il s'accumule de plus en plus de preuves qui montrent que le régime cétogène est loin de l'effet placébo. Le processus imite en fait le jeûne pour l'organisme (mais il est moins difficile à supporter). On peut donner une explication rationnelle et biologique. Lorsque le corps sent que le sucre n'arrive plus, il se place dans un mode métabolique particulier.

Bacon

Diabète : les bénéfices d'un petit-déjeuner protéiné

Un petit-déjeuner riche en protéines et graisses limite la faim et aiderait à contrôler la glycémie.

Prendre un petit-déjeuner consistant, riche en protéines et graisses, permettrait aux diabétiques de mieux contrôler leur faim et leur niveau de glucose sanguin. C'est le résultat d'une étude israélienne présentée au congrès de l'European Association for the Study of Diabetes à Barcelone.

Le petit-déjeuner représente un repas stratégique dans le cadre d'un régime. S'il est suffisamment consistant, il limite les fringales dans la journée. De manière générale, pour perdre du poids, il est conseillé de manger plus le matin que le soir.

Cult

Suède : débat sur l'interdiction de la circoncision

© Sipa
Le Défenseur des droits suédois souhaite que la circoncision soit uniquement autorisée pour des raisons médicales

Le Défenseur des enfants suédois appelle son pays à interdire la circoncision pratiquée sans justification médicale. Cette pratique largement répandue dans les religions juive et musulmane serait contraire aux droits de l'enfant selon lui.

« La circoncision est contraire à la Convention internationale des droits de l'enfant ». C'est fort de cet argument que le Défenseur des enfants suédois a appelé samedi son pays à interdire cet acte, pratiqué notamment dans les religions juive et musulmane. « L'opération est douloureuse, irréversible et peut entraîner de graves complications » justifie Fredrik Malmberg.

L'ombudsman, comme on appelle là-bas le Défenseur des droits, considère donc que « circoncire un enfant sans justification médicale ni son consentement enfreint les droits humains de cet enfant », dans une tribune cosignée avec des professionnels de la santé et publiée dans le premier quotidien suédois, Dagens Nyheter. Autrement dit, aucun motif religieux ne peut selon lui justifier une circoncision.

Smoking

Le scandale de la falsification des données sur les dangers du tabac

Image
Ces derniers jours ont été publiées de nouvelles statistiques sur le cancer du poumon en France, reprises dans tous les médias. Sa cause officielle, la consommation de tabac, est et reste le fléau mondial qu'il faut éradiquer au plus vite. L'OMS indique même qu'il va faire 1 milliards de morts au XXI ème siècle.

Peut-on en douter quand on lit ce qui est écrit sur un paquet de cigarettes, quand on lit la presse, les communiqués officiels et quand on écoute les plus grands professeurs de médecine ? L'unanimité a été faite autour du constat que le tabac est un poison qui tue énormément. Il faut donc que le monde entier arrête de fumer pour éviter une mort certaine.

Les conséquences de la consommation du tabac, affirmées depuis une trentaine d'année et justifiées par de nombreuses études dites incontestables, peuvent se résumer ainsi en France :

Smoking

Le cancer du poumon et le tabac

Image
Il est indiqué partout, sans exception, que le tabac provoque près de 90% des cancers du poumon chez les hommes et qu'il survient après environ 30 ans de consommation. Ces chiffres sont, paraît-il, validés par des centaines d'études scientifiques incontestables. Afin de diminuer l'incidence de ce cancer très dangereux, sachant qu'il n'a pas été trouvé de remède efficace pour le guérir, la solution la plus efficace ne peut être que de réduire le nombre de fumeurs dans la population.

Une baisse du nombre de fumeurs devrait entraîner automatiquement une baisse des cancers du poumon 30 ans après.

Qu'en est-il exactement ?

Le premier élément important à connaître est la proportion de fumeurs depuis 90 ans.

Le pourcentage de fumeurs a été maximum entre 1920 et 1950, soit pendant 30 ans. Largement plus de 70% des hommes fumaient régulièrement à cette époque.

Bacon n Eggs

Jacqueline Lagacé : « mes mains et mon genou sont rétablis à 100% »

Scientifique, souffrant de polyarthrite rhumatoïde, Jacqueline Lagacé explique dans un livre comment et pourquoi un simple régime d'éviction peut réussir là où les médicaments échouent.

Jacqueline Lagacé est une scientifique québecoise, spécialiste de microbiologie et immunologie. Elle a dirigé un laboratoire de recherche à la faculté de médecine de l'université de Montréal pendant 17 ans, tout en enseignant dans ces deux disciplines. Elle a pris sa retraite en 2004, à la suite de problèmes de santé. En 2006, la polyarthrite rhumatoïde lui avait fait perdre l'usage de ses deux mains et elle souffrait terriblement. Les traitements classiques étant en échec, elle se tourne vers d'autres approches. Elle découvre les travaux du Dr Jean Seignalet alors qu'elle suit les recommandations alimentaires du ministère de la santé canadien (guère éloignées des françaises). Or le régime Seignalet exclut deux groupes d'aliments pourtant conseillés par les autorités : les céréales à gluten et les laitages. D'abord sceptique, elle essaie ce régime hypotoxique en juin 2007. Les résultats dépassent ses attentes. De cette expérience, elle a tiré un livre : Comment j'ai vaincu la douleur et l'inflammation chronique par l'alimentation. Un best-seller qui s'est vendu à ce jour à plus de 80 000 exemplaires au Québec. Elle espère maintenant convaincre le corps médical du bien-fondé de cette diète alimentaire pour aider véritablement ceux qui souffrent de maladie auto-immune et d'inflammation chronique.

Cookie

Le sucre illumine les cancers sur les IRM

Traduit par NOT

Image

Les tumeurs ont besoin de grandes quantités de glucose pour soutenir leur croissance. © UCL
Une nouvelle technique pour détecter le cancer, ciblant la consommation de sucre par imagerie par résonance magnétique (IRM), a été dévoilée par des scientifiques de l'UCL. Cette découverte pourrait être une alternative plus sûre et plus simple aux techniques radioactives standard. Elle pourrait aussi permettre aux radiologues d'avoir des images plus détaillées des tumeurs.


La nouvelle technique, nommée « glucose chemical exchange saturation transfer » (glucoCEST), se base sur le fait que les tumeurs consomment beaucoup plus de glucose (une sorte de sucre) que les tissus normaux, sains, pour soutenir leur croissance.

Les chercheurs ont constaté que la sensibilisation d'un scanner IRM au captage cellulaire du glucose fait apparaître les tumeurs sous la forme d'images lumineuses sur l'IRM des souris.

Bacon n Eggs

Le régime cétogène pourrait être la clé pour guérir du cancer

Traduit par NOT

Image
Pour certains, un régime cétogène est rien de moins qu'un traitement anti-cancer sans les médicaments. Le régime nécessite l'élimination des glucides, remplacées par des protéines et des graisses saines.


La prémisse est que les cellules cancéreuses ont besoin de glucose pour se développer, et que comme le glucose provient des glucides, éliminer les glucides affame littéralement les cellules cancéreuses.

Ce type de régime dans lequel vous remplacez les glucides par des quantités modérées de protéines de haute qualité et de grandes quantités de bonnes graisses, est ce que je recommande à tous, que vous ayez un cancer ou non. C'est tout simplement un régime qui vous permet d'optimiser votre poids et votre santé, car manger de cette façon vous permet de passer du mode où vous brûlez des glucides, à un mode où vous brûlez des graisses.

Magnify

Un mode de vie malsain bouleverse notre ADN

En écho à cette récente publication dans le Lancet Oncology qui montrait, sur des patients atteints de cancer de la prostate qu'il est possible, grâce à un mode de vie sain et serein d'allonger nos télomères, les parties des chromosomes qui affectent le vieillissement, cette nouvelle étude du Helmholtz Zentrum München montre qu'une mauvaise hygiène de vie laisse des traces dans l'ADN. La recherche, publiée dans l'édition du 20 septembre de la revue Human Molecular Genetics suggère que le mode de vie a des effets spécifiques sur l'ADN, associés à des caractéristiques métaboliques, et identifie certaines de ces modifications.

C'est la première étude à l'échelle de l'épigénome d'association entre les gènes et la modification de métabolites. On l'aura compris, il s'agit de modifications épigénétiques de l'ADN, liées au processus du vieillissement et à l'exposition à certains facteurs environnementaux et de style de vie tels que le tabagisme ou l'alimentation. Celles-ci consistent généralement en une méthylation de l'ADN, un processus dans lequel les groupes méthyle sont ajoutés à des segments spécifiques d'ADN mais sans modifier la séquence. Ces modifications peuvent influencer l'expression des gènes sans les modifier fondamentalement.